Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 28-09-2017]

Coopérative Bourgogne du Sud

Une collecte historique

photo article
Cinquantes producteurs à Saint-Maurice-en-Rivière pour analyser les résultats des essais variétaux.
photo article
Michel Duvernois.
Le 12 septembre à Saint-Maurice-en-Rivière, Bourgogne du Sud présentait ses essais maïs grain d’indices 300 à 450. Retour sur ces enseignements et point sur les premières moissons, avec une collecte qualifiée d’«historique».
Lors de son point sur la conjoncture des marchés céréaliers, le directeur de Bourgogne du Sud, Michel Duvernois débutait par une bonne nouvelle. La récolte de la coopérative est «assez impressionnante». Surtout comparativement à d’autres régions de France. «Nous avons battu nos rendements historiques en blé, orge, colza, avec une collecte de +37 %». L’occasion de souligner ainsi les capacités de stockage conséquentes et la stratégie payante avec le site de «dégagement» de Fos-sur-Mer. Si la quantité rassure, la qualité aussi, les cours font une nouvelle fois peur…
Avec des marchés mondialisés, «le jeu insupportable est d’attendre le malheur des autres», regrettait Michel Duvernois. Et globalement, cette année encore, les acheteurs sur les marchés n’auront pas de souci à trouver des céréales et des oléoprotéagineux. En blé, avec 258 millions de tonnes (Mt) de stock en juillet, le monde devrait produire 743 Mt supplémentaires en 2017/2018. La consommation mondiale augmente moins vite (737 Mt) laissant 264 Mt de stock. Pour autant, la récolte européenne s’annonce moyenne, tout comme aux États-Unis. «L’an dernier, la France a produit moins de blé que l’Australie». Tout un symbole. Côté maïs, le stock mondial devrait lui s’alléger mais la production va atteindre les 1 033 Mt, essentiellement portée par la production américaine et, dans une moindre mesure, européenne. Il faut dire que la consommation a augmenté de 100 Mt en seulement deux ans ! Elle est supérieure à la production. La France avec ses 13 Mt n’est plus en mesure de peser lourd. Enfin, pour le soja, la France s’est spécialisée dans la niche du “non OGM”.
À ces fondamentaux, Michel Duvernois rajoutait l’influence des monnaies. «Depuis juillet, les cours du blé se sont cassés la figure de -27 €, dont 12 € dûs à l’euro fort». Pour lui cependant, les cours –que ce soit en blé ou maïs– ne devraient «plus descendre». Espérons cette remontada des cours au plus haut car les acheteurs devraient revenir avec une qualité au rendez-vous cette année. Sauf peut-être pour le colza en raison de l’abaissement des taxes sur le biodiesel (Argentin, Malaisien, Indonésien) alors que l’Europe a perdu un procès sur le sujet à l’OMC.
Alors que les marchés céréaliers sont volatiles et irréguliers, surtout depuis 2015, «le choix de décaler la fixation des prix d’acompte au mois d’août est judicieux» pour éviter tout rétropédalage compliqué, analysait Lionel Borey, administrateur et céréalier à Crissey. L’an dernier avait servi d’avertissement. La coopérative et ses coopérateurs avaient vécu une «mauvaise collecte» «sans qualité». Aujourd’hui, Bourgogne du Sud positive et compte «redistribuer tout ce qu’il peut en ristournes ou intérêts aux parts, comme en compléments de prix non négligeables sur les produits phytos ou semences». Les charges de séchages baissant avec la renégociation du contrat gaz, des économies sont également attendues sur ce poste. Les capacités de stockage et la reconquête de ses clients du pourtour méditerranéen devraient être porteurs.

Visite d’essais maïs
Bourgogne du Sud avait choisi de présenter quelques-uns de ses essais en maïs grain. La parcelle de Jean-Louis Moratin étant située au “centre” des deux autres plateformes d’essais de Lays-sur-le-Doubs et de Sennecey-le-Grand conduits par la coopérative.
Avant de débuter, la responsable des essais, Christine Boully, faisait un point climatologique de l’année «qui est la clé de bonnes ou moins bonnes réussites» comme souvent. Globalement, la campagne 2017 aura été plus favorable que la précédente, mais elle n’a pas été clémente pour autant. 2017 aura été marquée par un déficit hydrique important surtout aux mois d’avril et de mai. Les mois suivants l’ont été un peu moins, en raison de pluies «très groupées». Les moyennes ne reflètent donc pas les craintes qui pesaient cette année au sujet du développement des plantes. D’autant que les températures estivales sont montées «très haut» mais à nouveau avec de «grandes amplitudes». Reste qu’en températures cumulées ou en degré-jour, le mois de juin s’est situé dans le haut du panier ! Résultat, à dates de semis équivalentes à l’an dernier, une «grosse semaine d’avance» était à noter un peu partout, seul ce mois de septembre diminuant quelque peu cette précocité.
Côté maïs, les conditions de l’année ont donc permis de bonnes mises en place et levées donnant de belles programmations (nombre de grains/m2). Avant la récolte, la dernière question restant pour l’heure «sans réponse» concerne le remplissage des grains. Les jeux sont faits de toute façon avec des maïs étant déjà en-dessous de 35 % d’humidité. Espérons seulement que le «coup de chaud» des quinze derniers jours d’août n’ait pas eu trop d’impacts… Certains maïs ont trop vite desséché, manquant alors de verser.

2016, année «resserrée»
Dans ces limons ayant reçu 162 unités d’azote, 37 de phosphore et du fumier de bovins, plusieurs séries de variétés d’indices 300 à 450 ont été testées. À première vue, la cinquantaine de céréaliers présents pouvaient constater de visu que les maïs étaient «jolis» dans leur ensemble. «L’an dernier, nous étions dans une année “resserrée” en performance, avec beaucoup de variétés entre 100 et 102 % du rendement moyen des essais», prévenait Christine Boully.
La visite des essais en maïs grain a livré de nombreux enseignements. Les cultivateurs ont à leur disposition une large palette pour choisir en fonction de leurs dates de semis et de leurs objectifs en terme de dates de récolte, de taux d’humidité, de rendement et de débouchés.

Cédric Michelin

photo article

Quinzaine de la transmission - Regards croisés sur l’Europe

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

Session de la Chambre régionale d’agriculture BFC - Pac: le jeu dangereux de la commission européenne

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

éducation - Une nouvelle plateforme d’orientation pour les lycéens

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux