Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 03-08-2017]

Arnay-le-Duc

Prêt à faire bouger le canton

photo article
Le président des JA arnétois Mickaël Pacaut-Mimeur évoque la préparation de l’évènement.
La fête départementale des 26 et 27 août approche à grands pas sur la commune de Mimeure.
Dans trois semaines, on y sera. La grande fête départementale de l’agriculture se tiendra à Mimeure le dernier week-end du mois, le long de l’axe routier entre Arnay-le-Duc et Pouilly-en-Auxois. Les Jeunes agriculteurs arnétois, rejoints par leurs homologues de Nolay, préparent activement l’évènement. Rencontré la semaine dernière dans son exploitation de polyculture-élevage à Sivry, près de Voudenay, Mickaël Pacaut-Mimeur ne cachait pas son impatience de voir débuter cette grande fête : «Elle est dans les cartons depuis maintenant deux ans, mais nous la préparons réellement depuis décembre. Chacun donne son maximum pour que ces deux jours de festivités soient une pleine réussite !».  Le jeune Côte-d’orien de 31 ans avait lui-même suggéré d’organiser la fête départementale dans son fief, lors de sa réélection à la présidence de son canton fin 2015  : «nous ne l’avons jamais reçue chez nous, c’était l’occasion. Depuis quelques temps, nous organisions un bal tous les étés à l’étang Fouché, tout comme un repas lors des Estivales, une manifestation organisée chaque jeudi soir de juillet-août dans les rues d’Arnay. Cette fête départementale était une opportunité supplémentaire d’assurer la promotion de l’agriculture et de montrer le dynamisme des JA».

Des bêtes sauvages !
La manche du championnat de France de rodéo, qui se tiendra dès le samedi après-midi, devrait être très attractive : «nous avons vu des vidéos, c’est extrêmement spectaculaire. Une entreprise à proximité de Charolles, la seule en France à proposer ce type de spectacle sous forme de championnat, va assurer un show à l’américaine. Plusieurs concurrents de France et de l’étranger, selon les disponibilités du moment, tenteront de monter des taureaux et des chevaux très sauvages».  Bien d’autres animations seront au programme de cette fête, comme une exposition de matériels anciens, un repas dansant, un marché du terroir, du moiss’batt cross et peut-être des baptêmes en hélicoptère (après une impossibilité réglementaire de proposer de l’ULM). Pour une parfaite organisation, les JA recherchent encore des bénévoles pour leurs deux journées festives. À ce titre, Mickaël Pacaut-Mimeur invite les personnes souhaitant «donner un coup de main» à se manifester au plus vite afin de peaufiner les derniers réglages.

S’amuser et communiquer
Installé depuis 2011 sur la ferme de son père Patrice, Mickaël Pacaut-Mimeur, ancien électricien, pense que le grand public a encore «beaucoup de choses à apprendre sur l’agriculture»: «il ne suffit pas d’aller bien loin pour rencontrer des gens qui ne connaissent pas nos métiers. C’est aussi un des buts de notre fête que de partager notre quotidien. Moi-même, je ne connaissais que très peu l’agriculture avant de changer de voie professionnelle. C’est un très beau métier qui mérite d’être connu». Après une petite «pause» durant les moissons, les jeunes exploitants d’Arnay-le-Duc et de Nolay sont chacun repartis dans leurs démarches respectives. Mickaël Pacaut-Mimeur en profite néanmoins pour faire un rapide bilan des récoltes : «elles sont globalement correctes pour notre secteur, à l’exception du blé qui a germé dans sa quasi-totalité. Les PS sont particulièrement bas, entre 70 et 74. Le rendement devrait tourner aux environs de 45q/ha mais nous n’attendons pas davantage par ici. La moitié de nos pois d’hiver se sont retrouvés par terre, mais nous en avons au moins récolté quelques uns, contrairement à 2016, année durant laquelle la culture avait contracté la maladie. Le colza, lui, est dans une bonne moyenne avec 32q/ha, c’est bien mieux que le maigre résultat de l’an passé à 23q/ha. L’avoine est très bonne  : nous la réservons pour les animaux mais nous en avons un peu vendu cette année vu la quantité récoltée. Le triticale n’est pas vilain non plus, tout comme la récolte de foin et de paille».

Aurélien Genest

photo article

Dijon Céréales - L’avenir se construit à l’échelle régionale

[En ligne le 13-12-2017]

photo article

Gestion de l’eau - ça bloque avec la Région

[En ligne le 07-12-2017]

photo article

Dégâts de gibier - Un hic dans la réglementation

[En ligne le 07-12-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1455

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux