Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 20-07-2017]

MFR de Gron

Une formation pour dessiner l’avenir

photo article
Jean-Pierre, Sabine, Stéphane et Florian, l’équipe pédagogique de la MFR de Gron, devant l’espace paysager réalisé par les détenus en formation
photo article
C’est Audrey Rembert, représentant le Conseil régional, financeur majoritaire de l’opération, qui a remis leurs diplômes aux nouveaux «jardiniers paysagistes».
photo article
La serre construite au sein même du centre de détention, réservée aux détenues femmes, dans le cadre de leur formation «Productions horticoles».
photo article
L’occasion de planter un nouvel arbre d’ornement, un tulipier, assistés de Florian, formateur à la MFR de Gron.
La formation professionnelle en prison, joue un rôle majeur en matière de préparation à la sortie et à la réinsertion. L’action menée depuis une dizaine d’années par la MFR de Gron a ainsi permis à une centaine de détenus d’acquérir un CAP en productions horticoles ou travaux paysagers.
Baignée par un silence «minéral», à l’écart des bruits de la campagne, l’enceinte du Centre de détention de Joux la Ville se dessine au bout de la longue allée bordée d’arbres. Bruits de clés, passage sous le portique de sécurité, contrôle des autorisations et de l’identité, quelques rires pour masquer l’émotion, au moment où les lourdes grilles se referment derrière soi… Bienvenue en prison !
Sabine, Jean-Pierre, Florian, Stéphane, l’équipe pédagogique et le directeur de la MFR de Gron, sont présents, pour une cérémonie qui prend une signification toute particulière derrière les hauts murs : la remise pour une dizaine de détenus, d’un diplôme validant leur formation de jardinier paysagiste. L’aboutissement de cinq mois d’effort et d’un long travail sur soi même, pour des personnes dont la plupart, n’avait jamais de leur vie, tenu bêche ou râteau en main… Sabine est formatrice depuis plus de cinq ans à Joux la Ville : «passé le premier instant d’appréhension naturelle, on oublie vite l’ambiance carcérale, je dirai même qu’il est plus facile de travailler avec le public d’ici qu’avec des adultes à l’extérieur. Beaucoup ne sont jamais allés à l’école, d’où l’importance d’être valorisé par quelque chose».
C’est en 2005 que tout a commencé rappelle le directeur de la MFR de Gron, Stéphane Perennès : «nous avions alors initié une formation découverte d’une semaine, sur le thème du monde paysager, à l’attention des détenues du quartier femme». Une première expérience couronnée de succès qui fut suivie un an plus tard, de la mise en place d’un CAP en productions florales et légumières, avec travaux pratiques au moyen d’une serre montée pour l’occasion, dans l’enceinte même de la prison. Premier établissement en France, à mener une formation diplomante de ce type au sein de l’univers pénitentiaire, la MFR de Gron a poursuivi son action en créant en 2009, une nouvelle formation autour de l’aménagement espaces verts, destinée cette fois-ci, aux détenus hommes de Joux la Ville. Aujourd’hui, avec le soutien de l’administration pénitentiaire et l’aide financière du Conseil régional, elle mène de front et en alternance, un double cursus, conduisant à l’obtention d’un CAP travaux paysagers chez les hommes et d’un CAP en productions horticoles pour les femmes.

Faire quelque chose de «bien»
Au bout de la «rue», ce lieu de passage où se distribue la circulation des détenus, un long couloir grillagé, ouvert sur les terrains de sport et les bâtiments du quartier femmes, avec en toile de fond, la forêt environnante, à la fois si proche et si lointaine. L’espace paysager créé par les détenus mêle à la fois le minéral, le bois et les végétaux. Un espace tout en courbes, harmonieusement dessiné, qui s’est déjà trouvé une fonction, explique Yvan Le Guludec, directeur adjoint du Centre de détention : «nous en ferons certainement un espace de loisirs, géré par le moniteur de sports, à l’attention des détenus. Ce projet me tenait à cœur et va durer dans le temps, les plantes vont pousser, des projets de vie s’amorcent pour certains d’entre vous, la détention, je la vois comme ça, profiter de ce temps pour entamer quelque chose et mener une vie normale». L’instant de la remise des diplômes est arrivé, l’occasion pour Jean-Pierre Chignardet, formateur de la première heure à se lancer dans l’aventure, de confier sa satisfaction aux lauréats du jour : «ce n’était pas gagné au départ, mais la mayonnaise a bien pris ! C’était un challenge, mais vous avez tous joué le jeu et le résultat est là… Vous êtes de si bons ambassadeurs que c’en est même catastrophique, car nous avons tellement de candidats, qu’il nous faudrait au moins trois sessions !» Un satisfecit partagé par Stéphane Perennès, «c’est une réussite de voir que certains d’entre vous vont pouvoir demain aller vers l’emploi. Vous pouvez vous applaudir». Se souvenant en riant de la première fois : «quand j’ai expliqué aux responsables de l’administration pénitentiaire que nous allions construire un tunnel!» En fait, une simple serre de plastique pour y faire pousser fleurs et légumes, mais l’interprétation pouvait être tout autre !  «Planter, semer, faire les choses correctement pour que ça germe. C’est gratifiant et ma mère a vu que son fils était capable de faire quelque chose de bien !» Akim* est détenu à Joux la Ville et mène un combat pour se reconstruire, la formation y a contribué. Même sentiment pour Jean*, la trentaine, à la parole libératrice : «la satisfaction d’avoir maintenu le cap et d’être allé jusqu’au bout, la découverte de nouvelles personnes devenues collègues de travail, le bonheur d’une «bonne»  fatigue, d’un café partagé et de se dire que tout seul, on n’avance pas». Bonheur de se relever après avoir mis un genou à terre, en jardinage, comme dans la vie !

(*) Pour des raisons de confidentialité, les prénoms ont été modifiés

Dominique Bernerd

votre publicité
photo article

Filière chanvre - Des produits de paillage 100% naturels «Made in Yonne»

[En ligne le 19-10-2017]

JA 89 - Une première rencontre constructive avec le préfet

[En ligne le 16-10-2017]

Témoignages après la disparition de Marcel Huré - D’un humanisme rare…

[En ligne le 16-10-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1447

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux