Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 06-07-2017]

Moissons 2017

Des écarts très importants

photo article
La récolte des orges d’hiver touche à sa fin.
Alors que le battage des orges d’hiver est en passe de s’achever, un point d’étape avec Jean-Luc Billard, Directeur de la coopérative Inovaé.
La collecte des orges d’hiver touche à sa fin un peu partout dans le département. L’heure d’un premier bilan pour le directeur de la coopérative Inovaé, Jean-Luc Billard : «en enlevant l’année 2016, nous sommes inférieurs de 8 à 10 quintaux/ha par rapport à la moyenne des cinq dernières années, un taux de rendement relativement satisfaisant et un écart type qui va de 87 à 58 q/ha, mais avec des écarts très importants. Ce sont une nouvelle fois, les zones à potentiels, comme la Forêt d’Othe ou la vallée de l’Yonne, avec les terres séchantes, qui chutent. Mais au final, la moyenne de la coopérative devrait tourner autour de 68 à 69 q/ha, un chiffre conforme à nos prévisions». Les forêts chaleurs enregistrées ces quinze derniers jours ne semblent pas avoir pesé dans la balance, la maturité des orges d’hiver étant suffisamment avancée : «nous avons aujourd’hui des orges avec des calibrages relativement corrects, de l’ordre de 75 à 77, mais par contre, des taux de protéines légèrement supérieurs, à la norme contractuelle de 11,5. Il y aura du travail à effectuer pour rattraper le grain, mais en partie seulement, car nous ne pourrons pas tout sauver pour ramener l’ensemble aux normes brassicoles». Encore trop tôt pour un commentaire sur l’état sanitaire des orges de printemps.
Concernant les blés, quelques cas de germination ont fait leur apparition dans le département, suite aux fortes pluies de ces derniers jours, mais Jean-Luc Billard se veut confiant : «nous sommes en attente des premiers résultats d’analyse, mais on ne peut pas dire à ce jour qu’on craint une forte dégradation de la qualité. Nous avons constaté quelques grains abimés sur certaines parcelles, mais il est encore trop tôt technologiquement, pour dire aujourd’hui que cela aura une influence sur la qualité intrinsèque du produit».
Du côté des marchés, cette analyse du directeur d’Inovaé : «les prix ont repris quelques couleurs depuis trois jours. La conséquence de la sécheresse dans laquelle sont installés les états-Unis pour leurs cultures de printemps, dont le blé, qui en souffre particulièrement. D’où ces achats massifs sur les marchés, effectués par des fonds américains dans cette zone du monde. Même si ce n’est qu’un épiphénomène américain, qui ne change pas pour le moment le reste du monde, il a néanmoins pour conséquence d’influencer l’ensemble des quotations au niveau du marché mondial».

Dominique Bernerd

votre publicité
photo article

Agriculture biologique - En conversion et en colère...

[En ligne le 21-09-2017]

photo article

Groupama PVL - Balade royale pour Petits Princes

[En ligne le 14-09-2017]

photo article

Circuits courts - Enquête auprès des agriculteurs de l’Yonne

[En ligne le 14-09-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1443

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux