Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 06-07-2017]

Concours Général Agricole

L’heure de la remise des prix

photo article
Les producteurs présents à la soirée, diplôme en main
Comme chaque année, les lauréats icaunais du Concours Général Agricole se sont vus remettre leur distinction dans les celliers du département. Une trentaine de viticulteurs et producteurs étaient présents.
De l’avis général, cette édition 2017 du Concours Général Agricole aura été un «bon cru» pour les producteurs de l’Yonne, avec pas moins de 69 médailles glanées en février dernier dans le cadre du Salon de l’agriculture, dont 29 couleur or. Comme chaque année, les vins de Chablis se sont taillés la part du lion, engrangeant à eux seuls, 38 médailles, dont 19 en or. Au total, 296 échantillons représentant l’ensemble des appellations icaunaises étaient en lice, provenant de 73 viticulteurs, coopératives et négoces du département.
Un concours qui a su traverser toutes les époques, depuis sa création, sous la IIIe République en 1870 et qui n’a rien perdu de sa légitimité, comme l’a rappelé le Préfet de l’Yonne, Jean-Christophe Moraud, présent à la soirée : «recevoir une distinction au Concours Général Agricole n’est pas anodin, 20% à peine des produits présentés sont récompensés et seulement 10% par une médaille d’or, c’est dire l’exigence». Un sentiment partagé par Etienne Henriot, président de la Chambre d’agriculture de l’Yonne : «participer au concours, c’est important en terme d’image, mais cela sous entend aussi tout un travail mis en place derrière et quelque part, c’est un peu de votre talent qui est récompensé ce soir au travers de ces médailles».

Seul éleveur présent à la cérémonie, Jean-Paul Moiron est un habitué du Concours Général et revient chaque année de la Porte de Versailles, récompensé. L’édition 2017 n’a pas failli à la règle, avec 3 premiers prix en race Suffolk pour l’éleveur ovin de Guillon, même si les retombées économiques ne sont pas toujours au rendez-vous : «en terme de marché français, Paris ne rapporte rien, contrairement au marché étranger. C’est aujourd’hui devenu un rituel d’y aller, même si cela devient de plus en plus difficile, de partir ainsi plusieurs jours».

Dominique Bernerd

votre publicité
photo article

Agriculture biologique - En conversion et en colère...

[En ligne le 21-09-2017]

photo article

Groupama PVL - Balade royale pour Petits Princes

[En ligne le 14-09-2017]

photo article

Circuits courts - Enquête auprès des agriculteurs de l’Yonne

[En ligne le 14-09-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1443

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux