Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 06-07-2017]

Observatoire prospectif de l’agriculture régionale

Pour voir plus loin et faire coller l’action régionale à la réalité du terrain

photo article
photo article
Chaque année l’Observatoire prospectif de l’agriculture (Opab) apporte au travers des  contributions de CerFrance, des Chambres d’agriculture et de leurs partenaires, une vision fine et prospective de l’agriculture régionale. Il contribue ainsi à l’élaboration de la stratégie régionale, en cohérence avec les problématiques spécifiques du monde agricole. Premier focus sur les grandes tendances de 2016 pour les filières grandes cultures, viticulture et l’agriculture biologique.
L’année 2016 a été marquée par des conditions climatiques calamiteuses, des volumes de production en baisse pour les grandes cultures et la viticulture, tandis que le marché s’avérait toujours aussi difficile pour les producteurs de bovins viande. Une situation qui a contribué à dégrader la santé économique de nombre d’exploitations.

Grandes cultures : Résultat négatif pour 94% des exploitations
Que ce soient dans les zones à faible potentiel ou dans les zones à fort potentiel, le résultat des exploitations grandes cultures s’inscrit en négatif, respectivement, - 36 900 euros et - 29 900 euros. Les rendements sont en particulier «historiquement mauvais» en blé et en pois (- 34% et - 69% de la moyenne) et décevants en orge et tournesol. Un printemps froid et pluvieux, un manque d’ensoleillement récurrent expliquent ces contre-performances. Après trois ou quatre années du même acabit, les situations se trouvent durablement fragilisées.  Entre 2015 et 2016, le résultat courant des exploitations de grandes cultures plonge dans un gouffre vertigineux, avec toutefois de grandes disparités pour une même configuration. Des pistes restent à explorer pour relever les défis techniques, commerciaux, financiers et humains qui en découlent, retrouver de la compétitivité, repenser le système agricole à l’échelle de la nouvelle donne d’un changement climatique qui bouleverse tous les schémas actuels. C’est un défi d’urgence qui se pose aux instances régionales et à tous les acteurs de l’économie et de la production agricoles pour «sauver les systèmes à dominante grandes cultures à court et moyen termes et préserver le tissu économique régional qui en dépend». Au delà de cette urgence stratégique qui appelle des choix politiques, des marges de manœuvres individuelles restent possibles par une maîtrise des charges de mécanisation et une vision plus collective de l’activité agricole, en recourant à l’investissement partagé et à des stratégies de regroupements entre agriculteurs.

Viticulture : Du positif mais une situation fragile
Là plus encore que pour d’autres productions les effets du réchauffement climatique se font particulièrement sentir : irrégularité des niveaux de récoltes, aléas à répétition, pression des maladies, dépérissement des pieds. La situation a nécessité l’élaboration d’un plan national pour trouver des solutions qui pallient ces conséquences dommageables.
Après quatre récoltes en retrait, la Bourgogne viticole, comme la Nièvre, connaissent à nouveau des volumes réduits sur la vendange 2016. La viticulture jurassienne se trouve en revanche épargnée. Les difficultés récurrentes pénalisent les ventes à l’export par manque de volumes et dans un contexte d’un marché mondial extrêmement disputé. Les vins de Bourgogne et du Jura continuent cependant leur progression à l’export par rapport aux volumes exportés en 2015. Du fait d’un taux d’endettement élevé et d’un rythme d’investissement soutenu, des viticulteurs pourraient se retrouver à terme dans une situation délicate si la situation se retournait et provoquait une importante baisse de revenu. La priorité doit donc être donnée à la sécurisation de l’exploitation viticole, en cas d’aléa, en constituant des réserves de trésorerie.

Agriculture biologique : rythme de conversion soutenu et marchés porteurs
Depuis plusieurs années, le rythme des conversions en agriculture biologique reste soutenu, porté par des marchés tout aussi dynamiques et une demande des consommateurs en constante progression. Tout aussi exposés au risque climatique, les systèmes bio s’avèrent plus résistants économiquement que les systèmes conventionnels. Ce qui se traduit par une moindre variabilité des résultats. En polyculture viande, polyculture lait et grandes cultures, les résultats courants en agriculture biologique sont supérieurs à ceux du conventionnel pour la 4ème année consécutive, bien qu’ils soient en baisse en 2016. Ces systèmes sont cependant dépendants du niveau de qualité de leur production, notamment pour les fourrages et l’alimentation animale. La baisse de qualité des fourrages enregistrée en 2016 a induit un baisse de productivité en lait et en engraissement des bovins viande en particulier. L’engraissement en filière bio et la commercialisation en circuit bio sont indispensables à l’équilibre économique de ces systèmes. Les derniers chiffres du baromètre de l’Agence bio montrent que la bio est confrontée à un changement d’échelle significatif avec 7 français sur 10 qui s’affirment consommateurs de produits bio.
Les consommateurs de produits bio plébiscitent à 78% les légumes, 71% les produits laitiers, 65% les oeufs, 51% l’épicerie, 49% la viande. Mais ces bons résultats ne dispensent pas de progresser pour assurer une offre régulière et de qualité face à une demande forte mais exigeante. Les marges de progrès s’évaluent en maîtrise technique, maîtrise des charges, gestion de la main d’oeuvre, valorisation des produits, mise en perspective du développement de la production et des débouchés.
À suivre dans notre prochaine édition : les résultats de l’Opab 2016 pour les filières élevage (viande bovine - lait - comté - ovins - volailles - porcs - caprins - équins) et en diversification.

Anne-Marie Klein

votre publicité
photo article

Avenir de la PAC - L'inconnue budgétaire brouille le débat

[En ligne le 27-07-2017]

photo article

Chambre d’agriculture - Un nouveau groupe de développement dédié à la production animale

[En ligne le 20-07-2017]

photo article

États généraux de l'alimentation - Les attentes des filières agricoles

[En ligne le 20-07-2017]

RECHERCHE

ÉDITION N°1435

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux