Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 21-04-2021]

Crise sanitaire

Des ajustements nécessaires pour les marchés aux bestiaux

photo article
Martial Tardivon, chef des ventes sur le marché de Moulins-Engilbert ne peut s’empêcher d’avoir l’œil rieur au passage d’un bovin affectueusement baptisé «Boîtouille» par son propriétaire. Ce moment sera partagé avec l’assemblée le surnom ayant été affich
photo article
Les deux cadrans proposent des ventes de bovins (Charolais, Limousin, Salers, etc.), mais aussi d’ovins.
photo article
Si la plupart des acheteurs du Cadran de Corbigny sont studieux, Jérôme Deville avec d’autres ne s’empêche pas de rire.
Depuis un peu plus d’un an, les marchés aux bestiaux de Corbigny et de Moulins-Engilbert ont dû s’adapter à la situation sanitaire pour continuer leur activité.
Le constat est le même pour la Sicagemac à Corbigny et la Sicafome de Moulins-Engilbert : la crise sanitaire les a forcées à s’adapter à la situation et aux contraintes. Parmi ces dernières, l’achat de masques et de gel hydroalcoolique représente un coût non négligeable. Pour le président de la Sicagemac, Alexandre Lorré, «l’investissement financier est difficile à chiffrer d’un point de vue matériel, mais il est certain que la Covid a eu un impact catastrophique sur les cours des bovins destinés à l’export qui a fortement impacté notre structure». Du côté de la Sicafome, sous la houlette du président, Benoît Blandin, «c’est environ 8 000 euros qui sont injectés pour respecter les mesures sanitaires».

Phare économique
«Au premier confinement, la question se posait : ferme-t-on? Mais, les pouvoirs publics et l’ensemble des politiques nous ont fortement incités à poursuivre notre activité» raconte Martial Tardivon, chef des ventes sur le marché de Moulins-Engilbert. Philippe Duchemin, administrateur de la Sicafome continue : «pour la tenue du marché pendant la Covid, il y a eu chaque semaine une réunion téléphonique d’urgence du conseil d’administration pour décider du maintien de l’activité et ce en accord avec les salariés de la Sicafome et les pouvoirs publics. Il était nécessaire de permettre aux éleveurs d’avoir de la trésorerie et de continuer les transactions importantes du bétail au printemps. De plus, il fallait continuer de fournir en viande la population, afin qu’il n’y ait pas de manque dans la filière. De même il fallait empêcher une baisse des courts par un surplus de produits ainsi qu’un engorgement des marchés après la réouverture si arrêt il y avait eu».
Pour Alexandre Lorré : «Bien que la sous-préfecture ait tenté de nous dissuader d’ouvrir, j’ai pris la décision de poursuivre l’activité. Pour nous, il est indispensable que les marchés restent actifs, même en période de pandémie, car nous donnons une idée réelle des cours du marché aux éleveurs pour ne pas qu’ils se sentent perdus». Benoît Gaulon, chef des ventes de la Sicagemac ajoute qu’en plus «les marchés aux bestiaux sont des nœuds économiques importants puisqu’ils sont créateurs d’emplois». Certes les transactions ont baissé à l’automne dernier, mais les deux présidents des marchés insistent : «l’activité à repris depuis le début de l’année».
Des attitudes qui changent
«Aujourd’hui l’activité professionnelle est presque la même qu’au début de la crise même s’il y a encore quelques vendeurs qui ne restent pas pour la vente, par peur de la contamination» détaille Philippe Duchemin. Il rajoute que malheureusement les ventes en présentiel sont ouvertes uniquement aux professionnels et acteurs du marché du jour, les particuliers n’ayant plus accès aux salles. La situation est identique à Corbigny où Benoît Gaulon met en lumière que «pour certains de nos habitués, principalement des retraités, c’est un lien social qu’ils perdent mais, avec eux, c’est aussi une ambiance familiale, conviviale et pleine d’échanges qui s’est un peu diluée». Mais, si cette atmosphère si particulière s’amoindrit un peu, elle n’est pas totalement perdue puisque les participants restants sont de bonne humeur notamment grâce à l’enthousiasme des chefs de vente des deux cadrans qui prodiguent des conseils aux acheteurs et vendeurs.

La transformation
Durant la pandémie, sur demandes de certains éleveurs, la Sicagemac s’est lancée cette année dans les ventes vidéos avec un investissement de 2 000 euros environ. La première du genre s’est déroulée fin mars et fut un succès. Pour l’acheteur, Jérôme Deville, 25 ans et négociant en bestiaux «c’est un super outil, car les bêtes subissent un seul transport ce qui limite les risques sanitaires en tous genres. Et, pour le vendeur, c’est plus simple puisqu’il n’a pas à déplacer ses bêtes». De son côté, la Sicafome, précurseur du procédé, a opté pour ce système en 2016, mais l’arrivée de la Covid dope son utilisation. «Nous sommes passés de 28 ventes en vidéo en 2020 (pour 1 032 bovins) à déjà 17 ventes au premier trimestre pour cette année (pour 518 bovins). De plus, nous avons lancé en janvier 2020, la première vente en live avec un système d’application pour suivre la vente et enchérir en direct. Pour ce type de ventes, nous sommes passés de 10 en 2020, et grâce à l’application du live, à 17 en 2021» spécifie Martial Tardivon. La demande est donc grandissante pour ces deux systèmes permettant de limiter les déplacements, pour les vendeurs dans le premier cas (vente vidéo) et pour les acheteurs dans le second cas (live). Selon les deux cadrans, la prochaine vente vidéo devrait avoir lieu début mai pour Corbigny et la semaine prochaine pour Moulins-Engilbert. En somme, les marchés au cadran de Moulins-Engilbert et de Corbigny s’adaptent aux éléments extérieurs pour perdurer.

Chloé Monget

photo article

Communication - La Nièvre participe aux Journées nationales de l’Agriculture

[En ligne le 06-05-2021]

photo article

Enseignement professionnel - Le Lycée Cœur de Nièvre se dote d’un nouvel outil

[En ligne le 22-04-2021]

photo article

Portrait - Être exploitante et enceinte

[En ligne le 15-04-2021]

RECHERCHE

ÉDITION N°1628

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux