Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 04-02-2021]

Action syndicale à Dijon

Les nerfs à vif

photo article
Fabrice Genin aux consignes, lors du premier rassemblement de la journée, dans la cour de la DDT et de l’OFB.
photo article
Antoine Carré, très déçu de la rencontre en préfecture.
photo article
Une des deux brebis tuées la veille à Francheville était exposée par les manifestants.
photo article
« Nous allons continuer de mettre la pression. Nous avons besoin de tout le monde, nous sommes tous sur le même bateau », souligne François-Xavier Lévêque.
Près de 200 agriculteurs ont exprimé leur colère vendredi dernier à Dijon.
Des contraintes administratives et réglementaires toujours plus inapplicables, des excès de zèle pendant les contrôles, le report de l’examen du dossier calamités ou encore la réintroduction du loup. Pour la FDSEA et les JA de Côte-d’Or, il était vraiment temps de passer « la vitesse supérieure » pour se faire entendre. Le rendez-vous était donné vendredi 29 janvier à Dijon. Un cortège de près de 200 agriculteurs s’est successivement rendu devant l’OFB (Office français de la biodiversité), la DDT, la Dreal, la Draaf puis la préfecture.

«Au bout du rouleau»
Antoine Carré, président des JA, a été l’un des tout premiers à dégainer : « Nos administrations sont uniquement sur du punitif, c’est inacceptable. Nous ne sommes jamais écoutés et cela ne peut plus durer. À l’image d’un JA qui vient de se faire attaquer son troupeau ovin à deux reprises par le loup, nous sommes au bout du rouleau face à cette administration qui nous rit au nez ». « Concernant le loup, nos élevages sont dans l’incapacité de se protéger face à un tel prédateur », insiste Fabrice Genin, président de la FDSEA, « nous ne voulons pas entendre parler de filets, ni de patous. Le loup, nous n’en voulons pas, tout simplement ». Pour Antoine Carré, « la seule et unique demande que nous exprimons aujourd’hui et que nous accepterons, c’est le prélèvement du loup, rien d’autre ». « Il faut agir et agir vite, pas comme en Saône-et-Loire où il a fallu attendre la mort de 130 brebis pour faire quelque chose », lance Romain Poillot, un jeune éleveur ovin de Thoisy-la-Berchère qui participait là à sa toute première action syndicale. Antoine Duthu, agriculteur du canton de Saint-Seine-l’Abbaye, a relayé la douleur et l’incompréhension des éleveurs sinistrés dans son secteur.

Une administration militante
François-Xavier Lévêque, président de la commission productions végétales de la FDSEA, était très remonté lui aussi. Le responsable syndical a exprimé le ras-le-bol des producteurs en citant plusieurs projets contre-productifs envisagés par le gouvernement : « Il y a notamment le plan pollinisateur, qui vise à réduire la quasi-totalité des produits phytosanitaires à une utilisation entre minuit et 3 heures du matin. Ça, c’est la disparition assurée de l’IGP moutarde et du colza. Je le rappelle ici : tout ce qui ne sera plus produit localement sera inévitablement remplacé par des produits étrangers qui ne respectent pas nos standards de production. Je pense notamment au canola canadien et à la moutarde OGM. Il y a aussi la nouvelle carte de la directive nitrates : on nous demande des mesures irréalisables, totalement à contresens du plan Écophyto. Il faudra mettre des cultures intermédiaires devant chaque culture d’automne : cela ne servira à rien, si ce n’est de créer des charges supplémentaires pour les exploitations. Et nous devrons à nouveau demander des dérogations, car rien ne lèvera ! Nos revendications ne s’arrêtent pas là, il y a encore un tas d’exemples. Les irrigants sont notamment très inquiets face aux nouvelles contraintes que voudrait imposer la Draaf. Le nouvel arrêté-cadre en question n’est pas négociable ». Pour la FDSEA et les JA, l’administration locale est « militante » et « anti-agriculteurs » : « nous ne voulons plus vivre cette pression que l’on nous met au quotidien. Notre administration ne respecte pas les directives du ministre de l’Agriculture qui, lui, va dans notre sens ».

Rencontre avec le préfet
Une petite délégation d’agriculteurs a été reçue en fin de journée en préfecture. Cet ultime échange n’a pas toujours été du niveau escompté. « Nous avons présenté toutes nos problématiques évoquées en cours de journée, et bien d’autres comme celles des contraintes sanitaires en élevage », commente Fabrice Genin, « sur le loup, a priori, nous allons avoir droit à un tir de défense. On parle bien ici d’un prélèvement, qui devrait être effectué par un lieutenant de louveterie. Pour nos autres revendications, une réunion sera organisée sur chaque sujet dans le mois qui arrive. Nous regrettons la posture très réglementaire des gens que nous avons eue en face de nous. Nous reviendrons à chaque fois que cela sera nécessaire. La directive nitrate, par exemple, est en train de s’écrire. Nous sommes là aujourd’hui pour peser dans les discussions ». Antoine Carré se montrait très « insatisfait » de ce rendez-vous : « nos interlocuteurs sont dans le déni le plus total. Incroyable mais vrai : le directeur de la Dreal s’est endormi devant nous quand nous lui exposions nos revendications ! C’est du foutage de gueule. Aucun d’entre eux n’est capable de prendre la moindre responsabilité. La prochaine fois que nous manifesterons à Dijon, il faudra sans doute être un peu moins gentils ». François-Xavier Lévêque invitait les agriculteurs à rester mobilisés : « nous allons continuer à suivre ces dossiers et ne rien laisser passer. Nous ne lâcherons pas, nous allons continuer de leur mettre la pression. Pour ce faire, nous avons besoin de tout le monde car nous sommes tous dans le même bateau ».
Ce mouvement était soutenu par les organismes stockeurs de l’APPV21 (Dijon Céréales, Bresson, 110 Bourgogne et Bourgogne du Sud), le syndicat des irrigants, l’APGMB et le GDS.

AG

photo article

Abattoir de Châtillon-sur-Seine - Un coup de pouce apprécié

[En ligne le 06-05-2021]

photo article

Zoom sur les races laitière - Elles font le lait en Côte-d’Or

[En ligne le 22-04-2021]

photo article

Fête du bœuf à Créancey - Les belles retrouvailles

[En ligne le 21-04-2021]

RECHERCHE

ÉDITION N°1628

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux