Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 27-01-2021]

Élevage

Quel avenir pour la filière équine ?

photo article
Cette réunion a permis de mettre en avant les besoins de la filière équine pour l’insertion et la formation des jeunes dans les métiers du cheval.
Le service diversification de la Chambre d’agriculture a organisé mercredi 20 janvier dans ses locaux, une réunion avec les principaux acteurs de la filière équine dans le département. Objectif : essayer de mutualiser les actions pour favoriser l’emploi dans ce secteur.
Le constat est là : le monde du cheval est facteur d’emplois. Mais faute de structurations suffisantes, certaines possibilités d’insertion sont méconnues. C’est la raison pour laquelle la Chambre d’agriculture sous l’impulsion de son président Didier Ramet a décidé de créer au début de la mandature, une commission équine présidée par Mélanie Vavon.
Pour aller plus loin, Christelle Martin et Clémence Guillaumet du Pôle Diversification avaient invité le 20 janvier dernier, les principaux acteurs du département afin d’étudier les métiers de la filière équine et les compétences existantes dans le département. Autour de la table : les représentants de l’enseignement agricole avec le lycée de Château-Chinon, la formation pour adulte avec les deux directeurs de CFPPA, le Haras de Cercy-la-Tour, le centre équestre du Marault et les écuries des Écots.
La réunion a débuté par une présentation d’une enquête réalisée par la Chambre d’agriculture auprès 157 personnes.
Parmi les principaux enseignements de l’étude : 67 % des sondés ont exprimé un besoin de se former pour mieux valoriser les prairies pour les chevaux afin d’éviter le surpâturage. Il y a également une volonté commune des personnes interrogées d’aller vers des méthodes alternatives : 61 % d’entre elles souhaitent connaître les bases de la naturopathie. Concernant la reproduction, l’enquête montre le besoin des éleveurs de mieux gérer les étapes clefs de la gestation.
Enfin, pour ce qui est des journées techniques, la majorité s’est prononcée en faveur du soin et du bien-être du cheval à savoir : parage, ostéopathie et homéopathie animale.

« Nous avons des carences en centre équestres »
La suite des échanges a porté sur un état des lieux des activités et besoin de chacun des acteurs. Les discussions ont montré qu’il existe une demande forte par exemple en centre équestre pour des métiers de cavaliers d’entraînement. C’est le constat fait par les représentants des Haras de Cercy-la-Tour.
Du côté du centre équestre du Marault, l’activité se porte également bien mais des besoins en hébergement se font sentir pour accueillir les jeunes en formation.
La possibilité d’utiliser l’internat du lycée agricole de Challuy ou de Château-Chinon a été évoquée afin de permettre au plus grand nombre d’accéder à ces emplois et formations. Enfin, les professionnels de la filière équine ont fait le constat que les jeunes n’étaient pas assez formés à la conduite pour le transport d’animaux vivants qui est une obligation.
Le coût de ce permis est sans doute un frein. La Chambre d’agriculture va donc engager des discussions avec des auto-écoles afin d’étudier la possibilité d’un partenariat. D’autres rencontres vont être prévues dans l’année si toutefois, la situation sanitaire le permet.

Théophile Mercier

photo article

Communication - La Nièvre participe aux Journées nationales de l’Agriculture

[En ligne le 06-05-2021]

photo article

Enseignement professionnel - Le Lycée Cœur de Nièvre se dote d’un nouvel outil

[En ligne le 22-04-2021]

photo article

Crise sanitaire - Des ajustements nécessaires pour les marchés aux bestiaux

[En ligne le 21-04-2021]

RECHERCHE

ÉDITION N°1628

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux