Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 01-10-2020]

Interprofession

Un nouveau bureau pour Interbev Bourgogne Franche-Comté

photo article
Le nouveau bureau d’Interbev Bourgogne Franche-Comté presque au complet (manque Guillaume Gauthier).
Lors d’un conseil d’administration tenu en Côte-d’Or le 24 septembre, l’interprofession bétail et viande de la région a renouvelé ses instances dirigeantes.
Après neuf ans à la tête d’Interbev Bourgogne Franche-Comté, Jean-Pierre Fleury a cédé son fauteuil de président de l’interprofession régionale bétail et viande, le 24 septembre, lors du conseil d’administration organisé au pôle agricole de Pouilly-en-Auxois, en Côte-d’Or. C’est Yves Largy, du collège « Mise en marché » qui lui a succédé. Ce dernier est également président de l’union de coopératives Feder. Ce renouvellement constituait le fait marquant d’un conseil d’administration où il fut, par ailleurs, question des principales actions menées par l’interprofession. On retiendra notamment, dans le cadre du dossier Bœuf comtois, l’obtention d’une subvention du Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté de 27 500 euros destinée à financer la promotion de la marque. L’interprofession organise également des formations à la prise de parole sur le thème ô combien d’actualité du bien-être animal. La prochaine est programmée dans la Nièvre le 6 octobre. Les échanges au cours de ce conseil d’administration ont aussi beaucoup tourné autour de la question des achats de viande locale dans le cadre de la restauration collective.

Qu’est-ce qu’un circuit court ?
On constate que, sur ce point, il y a de fortes différences entre les discours politiques et la réalité des faits. « Le décret national prévoyant 50 % de produits locaux pour la restauration collective est sorti, faisait remarquer Jean-Pierre Fleury, mais nous manquons de chiffres pour vérifier si cela est effectivement respecté. Sur ce point, les élus doivent mettre leurs actes en accord avec leurs propos ». En corollaire de ce constat, les membres d’Interbev présents posaient clairement la question de ce que l’on entend précisément par la notion de « circuit court », pas forcément comprise de la même façon par tous les acteurs concernés et qui donne lieu à des interprétations parfois très « larges ». La question de fond demeure celle des règles propres aux marchés publics, souvent invoquées par les acteurs de la restauration collective pour justifier le fait qu’ils n’achètent pas « local ». Pour Michel Joly, éleveur de Saône-et-Loire « il faut pousser les juristes à faire évoluer les cadres existants et se pencher sur les cahiers des charges des marchés publics ». Isabelle Tisserand, directrice d’Interbev Bourgogne Franche-Comté, a rappelé à cette occasion que l’interprofession dispose d’un vade-mecum pour faire évoluer ces cahiers des charges. Ce conseil d’administration aura enfin été marqué par un hommage rendu à Claude Cornu, cheville ouvrière d’Interbev BFC et qui part à la retraite.

Berty Robert

votre publicité
photo article

Pour cause de crise sanitaire - Le Salon de l’Agriculture 2021 n’aura pas lieu

[En ligne le 14-10-2020]

photo article

Formation - L’enseignement agricole technique dans un contexte mouvant

[En ligne le 08-10-2020]

photo article

Innovation - AG Meet Up se maintient en s’adaptant

[En ligne le 01-10-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1600

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux