Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 27-05-2020]

Élevage

Les impacts de la crise sanitaire sur la filière

photo article
La crise sanitaire a eu un impact sur la filière laitière et notamment le prix du lait.
Avec la crise sanitaire actuelle, les méthodes de travail de beaucoup ont changé, s’adaptant au contexte et prenant en compte les gestes barrières imposés à tous. L’élevage ne fait pas exception de cela. Si d’ordinaire les précautions d’hygiènes sont respectées, elles ont été accentuées durant cette période. Mais c’est surtout l’impact économique qui inquiète les éleveurs. Dans la filière laitière, le prix du lait a chuté de 10 € aux 1 000 litres sur mai, par rapport à avril.
Peu importe son secteur d’activité, la crise sanitaire a eu et aura un impact. L’agriculture et l’élevage plus particulièrement n’y échappent pas. Avec le respect des gestes barrières imposés, quelques adaptations sont de mises. « Quand les vétérinaires viennent, nous nous tenons à distance, nous faisons tous les gestes barrières prévus », lance Francis Letellier, éleveur de vaches laitières à Saint-Privé. « Les vétérinaires viennent avec un masque. Et si nous, nous devons intervenir près d’eux, pour l’aider, nous mettons également un masque. On leur fournit ce qu’il faut pour se laver les mains et les bottes mais ça, c’est assez classique. Pour les vétérinaires, il y a déjà des gestes d’hygiène habituels à respecter », explique-t-il. « Nous nous tenons également à distance lorsqu’il y a des inséminateurs qui viennent ou lors de contrôles laitiers, ainsi qu’avec les livreurs d’aliments. Et nous ne signons plus de papiers ».

« La consommation de la population a changé »
Si ces gestes barrières demandent de l’adaptation dans leur travail, c’est l’impact économique qui inquiète bien davantage les éleveurs. « La filière a été dans la tourmente quasiment dès le début du confinement. Un grand nombre de laiteries voire l’ensemble de la profession a demandé à freiner la production de printemps. Car la consommation de la population a changé », continue Francis Letellier. « Les consommateurs se sont rabattus sur l’essentiel : c’est-à-dire le lait UHT, les camemberts, les yaourts. Ils ont abandonné tout ce qui était fromages à haute valeur ajoutée de type Chaource, Brillat-Savarin, Époisse… ».
Alors, tout le monde a baissé sa production. « Nous avons également demandé à enclencher la machine à stocker européenne malgré les difficultés qu’il y a sur ce système car nous sommes en transition PAC avec l’ancien budget ».
Qu’en est-il de la production aujourd’hui ? « Pour l’ensemble de l’élevage, la production avait commencé à baisser car nous arrivions vers une période de sécheresse. Ensuite, il y a eu de la pluie, donc la production semble s’être stabilisée. Mais maintenant, nous allons rentrer dans la période estivale où la production va baisser. En règle générale, l’été est une période où la production baisse pour remonter à l’automne. C’est la courbe laitière », détaille Francis Letellier.

Une baisse du prix du lait de 10 € aux 1 000 litres
Et il n’y a pas que la production qui a baissé : le prix aussi. « Pour nous (avec sa coopérative) il a baissé de 10 € aux 1 000 litres sur mai, par rapport à avril. Normalement cela n’aurait pas dû être le cas, mais les prix de la poudre et du beurre ont décroché, ce que nous fabriquons le plus en ce moment, alors cela a eu une incidence sur le prix du lait. Actuellement, le prix du lait (pour sa coopérative) est de 328 € aux 1 000 litres, en volume A », continue-t-il. « Il y a eu la saisonnalité d’appliquée sur avril-mai de -20 €, donc le prix payé au producteur en volume A en avril sera de 308 € aux 1 000 litres. Ces 20 € de saisonnalité, nous devons les récupérer en août et septembre (ou en septembre et octobre), ce n’est pas une baisse du prix du lait. C’est une baisse pour inciter les gens à faire moins de lait au printemps et plus à l’automne. Ce n’est donc pas de l’argent perdu », conclut Francis Letellier.

Christopher Levé

photo article

Cornichon - Une belle récolte en perspective

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

élevage - En vente directe, le bouche à oreille fait son effet

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - «Un écart type incroyable» en orges d’hiver

[En ligne le 02-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux