Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 13-05-2020]

Environnement

Regard sur l’agriculture dans le paysage

photo article
L’inscription d’un bâtiment agricole dans le paysage peut faire l’objet d’un travail de conseil de la part du CAUE.
En Côte-d’Or ou dans la Nièvre, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) remplit de multiples missions. Certaines concernent le domaine agricole.
Des Conseils d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE), on en trouve dans chaque département. En Côte-d’Or, il intervient sur de nombreux champs et certains croisent les préoccupations agricoles. Il peut ainsi intervenir, ponctuellement, auprès d’une commune, sur la planification de son urbanisme. «On apporte un regard très large, explique Julie Lestage, paysagiste au sein de la structure. On tente de réfléchir au développement du village sur une échelle temporelle de plusieurs années, dans lequel chacun est à la recherche d’un équilibre entre habitat, zones urbanisées, zones agricoles, paysages… On est à la croisée de tous les enjeux». La priorité est mise sur le fait de ne pas consommer de terres agricoles et sur la préservation du potentiel agronomique des terres. «Il faut, poursuit Julie Lestage, faire prendre conscience aux élus que les terres agricoles ne sont pas juste des terrains voués à être urbanisés. Ce message, les gens y sont de plus en plus réceptifs. Au CAUE, on veille à la densité de l’habitat, à la limitation de l’imperméabilisation des sols». Les enjeux agricoles, l’organisme peut aussi y être confronté dans des dossiers ayant trait à la biodiversité. Le CAUE n’est toutefois pas systématiquement sollicité sur tous ces enjeux. Il intervient uniquement à la demande de la collectivité concernée. Le Conseil travaille néanmoins à se faire connaître le plus possible, par le biais de formations qu’il organise. «Nous intervenons toujours en amont, précise la paysagiste. Nous ne réalisons pas d’étude pour un Plan local d’urbanisme (PLU) par exemple, mais on peut participer à la construction du cahier des charges, ou à l’émergence des enjeux. Si, sur un territoire, nous détectons un enjeu agricole fort, nous le pointons dans le cadre du cahier des charges et nous poussons à ce que des équipes pluridisciplinaires travaillent sur l’élaboration du PLU afin que tous les enjeux soient pris en compte». Il faut savoir que l’accompagnement du CAUE est gratuit pour les communes qui le sollicitent.

Conseil sur les bâtiments agricoles
Par ailleurs, en Côte-d’Or, depuis 2005, sur les questions de valorisation paysagère, et dans le cadre du label «Villes et villages fleuris», le CAUE fonctionne en partenariat avec Côte-d’Or Tourisme. «Il nous a paru intéressant de nouer un partenariat, explique Julie Lestage, pour aller au-delà des simples questions de fleurissement des villes et villages. On souhaitait faire réfléchir aussi sur le paysage communal dans sa globalité et élargir le champ des possibles». De nombreux agriculteurs sont membres des commissions «Villes et villages fleuris», le lien entre intérêt pour la préservation du paysage et maintien d’une activité se conjugue ainsi naturellement. Mais le CAUE fait aussi du conseil auprès des particuliers et cela touche notamment les agriculteurs, lorsque ces derniers ont pour projet l’édification d’un bâtiment agricole. Dans ce cas, l’organisme peut accompagner des personnes, envoyées par la Chambre d’agriculture, et qui ont un projet d’installation. Le Conseil peut aider à l’insertion de bâtiments dans le paysage. «J’ai aussi accompagné un exploitant, se rappelle Julie Lestage, qui souhaitait mettre en place des plantations d’arbres et de haies sur l’ensemble de son exploitation, ce qui représentait un territoire assez vaste. De plus, l’agriculteur en question répondait à un appel à projet de la Région. Notre conseil est très en amont : nous n’avons pas le pouvoir d’imposer des choses, comme cela pourrait être le cas pour un architecte des Bâtiments de France, mais nous donnons des indications. Notre posture, ce n’est pas de dire que le bâtiment agricole est une «tâche», mais au contraire, qu’il fait partie du paysage, et comment il peut s’y inscrire au mieux».  Dans ce domaine, chaque CAUE ne développe pas le même niveau d’activité mais, sur notre région, et en plus de celui de la Côte-d’Or, le CAUE de la Nièvre a initié, depuis plusieurs années, de nombreuses actions autour des bâtiments agricoles. Enfin, il faut noter que le CAUE du Jura a également édité une plaquette sur le sujet.

Notes : www.caue21.fr - www.caue58.com

Berty Robert

photo article

Aménagement de bâtiment - Des vaches laitières aux poules pondeuses

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - Déjà la fin !

[En ligne le 02-07-2020]

photo article

Moissons - Pas d’insecticides, pas d’orges

[En ligne le 02-07-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux