Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 07-05-2020]

S’adapter

Poursuivre un processus d’installation en plein confinement

Alors que l’étau du confinement semble enfin vouloir se desserrer un peu, faisons un retour sur ceux qui, en pleine démarche d’installation, ont dû composer avec ce contexte particulier. Là aussi, tout le monde s’est adapté.
Suivre une démarche d’installation en agriculture est un processus qui réclame du temps et qui peut conduire à se confronter à de la complexité. C’est encore plus vrai en période de confinement. Pourtant, là aussi, chacun a fait preuve d’un réel sens de l’adaptation qui a permis de ne pas bloquer la «machine».

En Côte-d’Or, l’accompagnement des jeunes qui désiraient s’installer a pu se poursuivre, mais à distance, via le Point accueil installation de la Chambre d’agriculture qui est resté ouvert. Les échanges se font par mail et les personnes demandeuses sont ensuite recontactées par téléphone. «Une telle forme d’échanges, explique Anne Pommier, en charge de ces questions à la Chambre d’agriculture de Côte-d’Or, modifie évidemment nos habitudes de travail. Dans certains cas, c’est plus compliqué que dans un cadre normal, par exemple, lorsqu’il s’agit d’une installation au sein d’une société. Il faut réunir les associés, parvenir à avoir tout le monde en même temps. On fait cela en visioconférence, mais il n’y a rien d’insurmontable, cela réclame juste de l’adaptation…» Pour ce qui est de la gestion administrative des dossiers avec les différentes structures concernées, tout se fait de manière dématérialisée. La Commission départementale d’orientation agricole (CDOA) se tient normalement, mais en consultation électronique. «Cela a permis de passer tous les dossiers qui devaient être installés avant la PAC et validés pour cette dernière. Il n’y a donc pas de souci de ce côté» précise Anne Pommier.

Assouplissement des procédures
La seule inconnue, à ce jour, concerne les dates auxquelles pourront reprendre les formations en collectifs, donnée importante du processus d’installation.

Il faut toutefois noter que l’État a mis en place un assouplissement intéressant : si des personnes doivent s’installer mais qu’elles n’ont pas terminé leur parcours de formation pré-installation, il existe désormais une mesure dérogatoire qui leur permet de s’installer dans le cadre dit de «l’acquisition progressive de la capacité professionnelle». «Cette mesure, précise la représentante de la Chambre d’agriculture, n’est pas nouvelle. Elle existait déjà mais, dans le contexte du confinement, elle a été élargie afin que les personnes qui ne sont pas parvenues au terme de leur plan de professionnalisation, puissent tout de même en bénéficier». A l’échelle de la Côte-d’Or, un seul dossier devrait être amené à mobiliser ce dispositif, et encore, si un confinement strict empêche la personne de réaliser son stage «21 heures» (une préconisation obligatoire du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP) d’ici le mois de septembre.

L’évolution actuelle de la situation laisse toutefois penser qu’il ne sera peut-être pas nécessaire d’en arriver là. «Quoi qu’il en soit, souligne Anne Pommier, la situation n’est pas bloquante».

Berty Robert

votre publicité
photo article

Viande - Face aux exigences du marché, savoir faire de la dentelle...

[En ligne le 09-09-2020]

photo article

Partenariat - Pour que chasse et randonnée se connaissent mieux

[En ligne le 09-09-2020]

photo article

Salon - Deux jours pour faire le tour des technologies de l’élevage bio

[En ligne le 02-09-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1595_P01.jpg

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux