Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 30-04-2020]

Témoignage

Entre les champs et les devoirs des enfants

photo article
Pour Brice Veaulin, l’agriculture ne s’arrête pas, comme en témoigne le blé qui pousse dans ses champs.
photo article
L’emploi du temps de Brice Veaulin, agriculteur à Rogny-les-Sept-Écluses, a un peu changé ces derniers temps.
Comme beaucoup d’agriculteurs et de Français en général, Brice Veaulin, de Rogny-les-Sept-Ecluses, a dû adapter son emploi du temps en cette période de crise sanitaire et de confinement. Parfois en abandonnant tracteurs et champs pour faire faire les devoirs scolaires à ses enfants.
Les jours se suivent et se ressemblent en cette période de confinement. Tous doivent s’adapter. Mais jongler entre l’activité professionnelle et les obligations familiales n’est pas toujours chose aisée.

C’est le cas de Brice Veaulin, agriculteur à Rogny-les-Sept-Ecluses. «À titre personnel, cette période est compliquée car j’ai des enfants en bas âges. Pour la continuité pédagogique et leur garde, c’est une organisation au quotidien», explique-t-il. «Et ma femme travaille dans un groupe pharmaceutique donc elle n’a pas le choix, elle doit travailler».

Alors, certains jours, Brice Veaulin délaisse ses tracteurs et ses champs pour jouer les professeurs. Ce matin du 20 avril, «c’est moi qui m’y colle», sourit-il. «Nous alternons avec ma femme. Les deux-trois premières semaines, c’était très compliqué. Ma femme travaillait le matin et moi je partais dès midi dans les champs, jusqu’à quasiment minuit, presque tous les jours. Donc nous n’avons pas vraiment eu de vie de famille», confie-t-il. «Puis, nous avons réussi à caler un rythme qui nous convient davantage».
Aujourd’hui, Brice Veaulin espère que ses enfants pourront rapidement retrouver le chemin de l’école. «Car je ne suis pas du tout un bon pédagogue», rit-il. «Chacun son métier et je reconnais que les enseignants font très bien leur travail».

Des conséquences agricoles fortes
Si la crise sanitaire a des répercussions sur la vie de famille, elle en a et en aura sur l’agriculture en général. «Les conséquences agricoles sont fortes. Quand on voit les commandes qui ont explosé aux drives fermiers, nous voyons que les gens cherchent à avoir une régularité de produits que l’on peut leur apporter directement, sans intermédiaire», indique Brice Veaulin.

Mais pour ce céréalier, le travail dans le champ est rendu encore plus délicat en cette période, d’autant plus que le climat n’est pas toujours favorable. «Le temps ne nous a pas beaucoup aidés cet automne, ce qui fait que j’ai dû retourner énormément de cultures. On a été obligé de prendre notre mal en patience», continue-t-il. «J’ai retourné presque 40 % de ce que j’ai semé à l’automne, ce qui est énorme. Je me retrouve avec 30 hectares de blé sur 60 hectares plantés et 0 hectare de colza sur 30 hectares plantés», détaille Brice Veaulin. «Il a donc fallu tout implanter en trois semaines de temps. C’était compliqué. Ce n’est pas fini mais on en voit le bout. Heureusement qu’il y a eu de l’eau durant le week-end dernier», conclut-il.

Christopher Levé

photo article

FDSEA 89 - Adapter les services au confinement

[En ligne le 20-05-2020]

photo article

Emploi - Des solutions locales pour remédier à une pénurie de main-d’œuvre agricole

[En ligne le 20-05-2020]

photo article

Viticulture - Le préfet de l’Yonne en visite à La Chablisienne

[En ligne le 13-05-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1579

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux