Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 12-03-2020]

Chambre régionale d’agriculture

Un modèle qui pose question

photo article
La Chambre régionale d’agriculture attend les conclusions d’un audit lancé en novembre pour parvenir à redéfinir un modèle économique viable.
photo article
Christian Decerle, président de la Chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté (à côté d’Éric Pierrat, Secrétaire général aux affaires régionales).
Les difficultés financières de la Chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté interrogent en fait le modèle économique issu de la régionalisation. L’audit lancé en novembre apportera des réponses avant l’été.
Entre la théorie et la pratique il y a parfois un gouffre qui peut s’avérer douloureux. En 2015, le schéma théorique sur lequel devait s’appuyer le fonctionnement de la Chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté paraissait viable. Cinq ans plus tard, dire que les opinions sont plus nuancées sur la question relève de l’euphémisme. «On ne peut être serein face à un tel résultat» commentait Christian Decerle, président de l’entité, lors de la session du 6 mars organisée à Longvic, près de Dijon, dans les locaux de Dijon Céréales, et au cours de laquelle le compte financier 2019 était présenté. Celui-ci présente un résultat déficitaire de 386 000 euros dont l’origine est multiple mais qui repose en partie sur la perte d’un subventionnement du Conseil régional de 300 000 euros. Un soutien instauré du temps où la Région ne répondait encore qu’au nom de Bourgogne. «En accord avec son règlement d’intervention, a précisé Christian Decerle, le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a décidé de mettre un terme à ce soutien. Il ne nous est toutefois pas interdit de demander d’autres soutiens régionaux mais cela devra passer par des conventions…» Au-delà de cet aspect, c’est toute une partie du modèle économique hérité de la nouvelle dimension de la régionalisation qui est interrogé alors que de réels efforts de gestion sont accomplis : entre 2018 et 2019, par exemple, la Chambre régionale est parvenue à baisser ses charges de 4 %. Néanmoins, la remontée des fonctions support des Chambres départementales vers la Chambre régionale, qui s’est traduite par un transfert de 30 personnes (à travers le Centre régional de prestations) reste difficile à digérer financièrement. «Le modèle économique est à redéfinir, souligne Christian Decerle, et c’est bien le but de l’audit lancé en novembre dernier et dont les conclusions sont attendues pour le mois de juin. Mais déjà, des travaux sont menés pour trouver des réponses et les initiatives qui devaient être prises l’ont été. L’audit a pour mission de décortiquer précisément la complexité des comptes mais nous «digérons» à notre manière la réorganisation des réseaux consulaires voulue par le gouvernement».

«Positionnement politique de l’agriculture régionale»
Face à ce contexte, le président de la Chambre estime que trois scenarii sont possibles à l’avenir : une Chambre régionale réduite au strict minimum, une autre, au contraire, très ambitieuse, ou une troisième qui évoluerait dans une position intermédiaire. «Fondamentalement, souligne-t-il, ce qui est ici en question, c’est le positionnement politique de l’agriculture régionale». En parallèle, et dans l’immédiat, Jean-Luc Linard, directeur de la Chambre régionale a listé les options concernant les charges de personnel (41 % des dépenses en 2019) : se pose clairement la question du non-remplacement de personnes partant à la retraite. Le directeur estime par ailleurs qu’un véritable chantier est à mener afin de disposer d’outils de pilotage. «Nous travaillons sur nos dépenses et nos recettes, concluait-il, mais certaines de ces dépenses ne devraient pas impacter la Chambre régionale». Parmi les élus consulaires, Jean-Pierre Fleury, à la tête de la commission Viande, invitait à beaucoup de prudence sur les choix qui pourraient être opérés : «faites attention à l’élevage, faute de quoi, c’est la porte ouverte à des filières qui ne sont pas matures». Les difficultés qui interrogent le modèle économique régional motivaient aussi la réaction de Daniel Prieur, président de la Chambre d’agriculture du Doubs et du Territoire de Belfort : «Le problème c’est qu’on a pensé, en hauts lieux, que tout pourrait se décider avec 13 Chambres régionales, mais ce que nos ressortissants nous demandent, c’est d’abord de la proximité. On le voit bien à travers les services d’aide à l’installation qui ne sont plus départementaux. Le lien entre les Chambres d’agriculture et les intercommunalités était très important de ce point de vue, notamment dans le contexte majeur de la question de l’avenir du foncier. Il y a encore deux ou trois choses de «l’ancien monde» à conserver : le smartphone ne peut pas tout…»

Berty Robert

covid 19
photo article

Lait - Indemnisations et interrogations en vue

[En ligne le 09-04-2020]

Statistiques - Changements sur les oléoprotéagineux en BFC

[En ligne le 09-04-2020]

Pratique - Permettre au GDS de poursuivre ses interventions

[En ligne le 09-04-2020]

reperes

«Je prends acte de la volonté de redresser la barre»

La présentation du compte financier de la Chambre d’agriculture de Bourgogne Franche-Comté s’est faite en présence d’Éric Pierrat, Secrétaire général aux affaires régionales (Sgar) et représentant du préfet. Face aux difficultés financières de l’organisme, il a confirmé que le temps n’était plus «à l’augmentation des ressources. Soyez convaincus que le simple maintien de ces ressources est déjà un gros effort pour les finances publiques». Éric Pierrat a fait un parallèle avec la situation des Chambres de commerce et d’industries (CCI) encore plus préoccupante aujourd’hui. «Je prends néanmoins acte, a-t-il poursuivi, de la volonté de redresser la barre, au sein de la Chambre régionale d’agriculture. Il faudra réfléchir à la question des contributions des Chambres départementales à la Chambre régionale. Si celle-ci passait de 9 à 10 % le déficit constaté cette année serait réduit de moitié». Le Sgar s’est dit lui aussi très attentif aux conclusions que l’audit apportera en juin.

RECHERCHE

ÉDITION N°1573

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux