Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 20-02-2020]

Salon de l’agriculture

Vivement dimanche

photo article
Laurie et son veau Rougegorge représenteront l’élevage de Molphey.
François Lucand et Alex Hernandez participent ce week-end au grand concours charolais du Sia 2020.
Le salon international de l’agriculture ouvre ses portes ce samedi. Le concours charolais ne tardera pas à livrer son verdict car celui-ci se tient dès dimanche en présence de nombreux élevages français, dont deux sont issus de Côte-d’Or avec le Gaec de Saint-Roch (présenté lors d’une récente édition de Terres de Bourgogne) et François Lucand, du village de Molphey. Il s’agira de la septième participation consécutive de cet éleveur de 63 ans. François Lucand fera le déplacement avec Alex Hernandez, le futur repreneur de son exploitation, et leurs deux animaux. La vache Laurie, cinq ans, connaît bien le parc des expositions parisien pour s’y être déjà rendue à deux reprises, ramenant au passage un premier et un deuxième prix de section. Né il y a seulement quelques jours, le 23 janvier, Rougegorge accompagnera sa mère et fera bien entendu sa toute première sortie en dehors de la ferme.

En voiture Simone
Ces deux animaux sont en route pour la capitale ce vendredi matin, avec l’aide d’un transporteur. Alex Hernandez, 22 ans, hors-cadre familial et originaire de Molphey lui-aussi, fait partie du voyage. François Lucand les rejoindra en voiture demain, samedi, le temps d’assurer le travail dans la ferme. L’éleveur sélectionneur, très motivé à l’idée de partager une nouvelle fois sa passion pour la génétique, se dit ravi de participer à cette édition du Sia qui met le charolais à l’honneur : «C’est une motivation supplémentaire, c’est certain. On va parler davantage de notre race, avec beaucoup plus d’animaux présents tout au long du salon. Il ne fallait pas rater cette édition qui, pour moi, pourrait être la dernière à mon nom». François Lucand espère obtenir un bon résultat pour sa «der» mais ne sait pas du tout à quoi s’attendre lors des épreuves charolaises : «pour la première fois, nous ne connaissons pas la composition des différentes sections. Ce sera la surprise une fois sur place. Quoiqu’il advienne, l’essentiel sera de participer et d’être présent à ce grand rendez-vous !»

Des retombées certaines
Les deux élevages côte-d’oriens pourront compter sur les encouragements de nombreux «compatriotes», grâce à un transport en bus organisé ce dimanche par la Fédération charolaise.
Même si Cournon reste le rendez-vous «numéro 1» en France, le Salon de l’agriculture reste une valeur sûre pour vendre des animaux. «Cet évènement est beaucoup moins professionnel que dans le passé, mais il continue d’ouvrir des portes et demeure important d’un point de vue commercial avec la présence, notamment de nombreux étrangers», confie François Lucand, qui a enregistré plusieurs transactions directement ou indirectement dues à ses participations au Sia. Après un bref retour chez lui lundi, au lendemain du concours charolais, l’éleveur de Molphey reprendra la route pour assister mardi à la journée Côte-d’Or au salon. François Lucand pourra compter sur l’aide précieuse de son ancienne stagiaire pour s’occuper de ses animaux.

Aurélien Genest

covid 19
photo article

Jeunes agriculteurs - Pas de pénurie, ils vous nourrissent

[En ligne le 01-04-2020]

photo article

Production ovine - Panique dans les élevages

[En ligne le 01-04-2020]

photo article

Élevage laitier - Génétique et espoir de concours pour la Prim’Holstein

[En ligne le 01-04-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1572

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux