Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 20-02-2020]

Livre

Comment débattre du glyphosate ?

photo article
Glyphosate : l’impossible débat. Intox, mensonges et billets verts est un ouvrage que l’on doit à Gil Rivière-Wekstein. Il décrit comment un herbicide utilisé depuis plus de 45 ans sans difficulté particulière est devenu la cible de tous les écologistes et progressivement de l’opinion publique.
Il y a d’abord un péché originel : celui du glyphosate est d’avoir été conçu par la multinationale Monsanto qui cristallise toutes les dérives de l’agrobusiness. Cette entreprise a inventé simultanément l’herbicide et le maïs OGM tolérant à cet herbicide. La journaliste Marie-Monique Robin s’en est fait l’écho dans son ouvrage Le Monde selon Monsanto. Son documentaire éponyme a impressionné l’opinion publique. Sa deuxième tare est d’être considéré comme cancérogène probable par le Centre de recherche international sur le cancer (CIRC), l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) basée à Lyon, au même titre que le jambon ou la viande rouge. Et ce malgré l’avis contraire de toutes les agences de sécurité sanitaire, qu’elles soient américaines ou européennes. Il est reproché à ces agences publiques de s’appuyer sur des expertises biaisées réalisées par des scientifiques vénaux qui seraient vendus au grand capital. Le même reproche de lobbying malsain pourrait être renvoyé aux multinationales de l’écologie. Dans son livre, Gil Rivière-Wekstein pointe le rôle trouble mais essentiel joué dans cette décision par Christopher J. Portier, un bio-statisticien. Président d’un groupe de travail du CIRC, mais aussi militant écologiste, il a été rémunéré par un cabinet d’avocats américains pour porter la voix des anti-glyphosates.

Remise en cause d’un modèle
Le plus surprenant c’est encore l’affaire des « pisseurs volontaires » pour rechercher des traces de glyphosate dans les urines et accréditer l’idée selon laquelle la présence de la molécule dans les urines pouvait avoir un effet délétère sur la santé. À l’appui de cette thèse, l’émission Envoyé spécial qu’Élise Lucet a consacré à ce sujet en janvier 2019 a révélé que toutes les analyses réalisées, y compris par des people, étaient positives au glyphosate. Les mêmes tests effectués par un autre laboratoire en France donnent des résultats négatifs. Cherchez l’erreur : le premier laboratoire, situé en Allemagne, est dirigé par des écologistes militants. À travers le combat contre le glyphosate, c’est le modèle agricole dominant qui est dénoncé et au-delà un projet de société décroissante qui est défendu. Au final, pour Gil Rivière-Wekstein, l’histoire du glyphosate est l’illustration d’une fabrique de la peur initiée par des ONG écologistes, relayée par les médias et des journalistes sympathisants qui ont retourné l’opinion publique et les politiques, y compris notre Président de la République, à l’encontre de toute argumentation scientifique. Ou quand l’émotion l’emporte sur la raison.

Notes : Glyphosate : l’impossible débat. Intox, mensonges et billets verts. Paru aux éditions Le Publieur.

Actuagri

covid 19
photo article

Lait - Indemnisations et interrogations en vue

[En ligne le 09-04-2020]

Statistiques - Changements sur les oléoprotéagineux en BFC

[En ligne le 09-04-2020]

Pratique - Permettre au GDS de poursuivre ses interventions

[En ligne le 09-04-2020]

RECHERCHE

ÉDITION N°1573

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux