Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 31-10-2019]

Portrait

La ferme d’Ulteria au cœur d’un projet d’écosystème

photo article
La ferme d’Ulteria de Claire Genet ouvrira ses portes autour du 15 novembre.
photo article
Pour Claire Genet, devenir éleveuse de chèvres est un doux rêve d’enfant qui se réalise.
photo article
À Saint-Bris-le-Vineux, Claire Genet, une jeune éleveuse de chèvres, voit la concrétisation de son projet pointer le bout de son nez. La ferme d’Ulteria ouvrira prochainement ses portes et proposera des fromages bios et locaux aux consommateurs. Un projet qui s’inscrit dans un écosystème avec pour devise de proposer une alimentation bio, saine et pleine de goût.
Depuis la route entre Saint-Bris-le-Vineux et Champs-sur-Yonne, un grand bâtiment est sorti de terre en l’espace de quelques mois. Forcément, cela attire l’œil et bien sûr la curiosité. Mais qu’est-ce que cette bâtisse ? À quoi va-t-elle servir ? Une rencontre s’impose pour lever le mystère.
Alors qu’une poignée d’ouvriers du bâtiment finalisent la construction, un autre bruit attire l’attention. Celui d’un bêlement, ou plutôt d’un concert de bêlement. La bâtisse semble déjà habitée. Et en s’approchant, une jeune femme arrive pour faire la lumière sur cette histoire. «Ici, on est sur la ferme d’Ulteria qui fait partie d’un écosystème regroupant Mobil Wood (un fabricant et agenceur de mobilier bois massif, engagé dans le développement durable, ndlr), une école maternelle et primaire Montessori, une maison citoyenne et un centre de formation en développement personnel», explique Claire Genet.
À 31 ans, Claire Genet est à l’initiative de la création de la ferme d’Ulteria. Un rêve de petite fille qui se réalise. Si la construction des autres parties du projet d’écosystème vient de débuter, la ferme d’Ulteria est la première à être sortie de terre. Et lorsque Claire Genet ouvre les portes du bâtiment, on comprend mieux les bêlements qui attirent tant l’attention. «Il y a 70 chèvres et deux boucs», sourit-elle.

«Créer plus qu’une ferme»
Alors, quel est l’objectif de cette ferme ? «C’est de créer plus qu’une ferme», répond Claire Genet. «Je ne voulais pas avoir une ferme pédagogique avec juste quelques animaux. Je voulais montrer le fonctionnement réel d’une exploitation, en toute transparence, et que ce soit un lieu ouvert, accueillant et vivant. Et que les gens puissent venir voir comment cela se passe. Le but est qu’il y ait des personnes à accueillir pour échanger avec eux».
Le projet de la ferme comme de l’écosystème est clair : «proposer une alimentation bio, saine et pleine de goût grâce à une ferme moderne et technique au sein d’un écosystème en permaculture», indique la jeune femme. «Les chèvres ne mangent donc que des produits bios et locaux : des féveroles, du pois, des lentilles, des tourteaux de colza… Elles vont sortir dans les prairies aux alentours. Et tout le lait sera transformé en fromage et en autres spécialités directement sur place».
Son regard traduit une fierté de voir son projet se concrétiser. Après huit ans comme commerciale en nutrition animale dans la région de Poitiers, puis à Rennes, Claire Genet avait toujours ce rêve d’enfant en tête d’avoir un élevage de chèvre. Et d’une idée à la concrétisation, il n’y a parfois qu’un pas, ou qu’une rencontre. «En janvier 2018, j’ai rencontré Sébastien Becker et Alexis Nollet, les gérants de Mobil Wood. C’est là que l’idée de cet écosystème et de cette ferme a mûri et que le projet a débuté».
Ensuite, Claire Genet est partie du côté de Niort pour suivre des formations. « En même temps, je faisais mon business plan. Puis je suis revenue au début de l’année 2019 pour le début de la construction de la ferme ».
Quant à Saint-Bris-le-Vineux ? «C’est le lieu de la construction de l’écosystème. Il fallait un endroit avec un espace suffisamment grand pour accueillir tout le monde ».

Un système de parrainage des chèvres
Pour promouvoir son projet, Claire Genet avait mis en place un système de parrainage pour ses animaux : les chèvres, mais aussi les boucs et des poules pondeuses qui arriveront sur la ferme en 2020. Aussi, en offrant la possibilité de prendre des abonnements de fromages ou en participant à la journée de lancement début novembre pour la fête du parrainage «les parrains et marraines pourront choisir leur animal ainsi que son prénom. Et avec l’abonnement fromage, ils pourront venir tous les mois chercher un fromage», détaille-t-elle. Plus de 170 personnes ont participé et aidé à la concrétisation du projet.
L’activité débutera pour Claire Genet et sa ferme autour du 15 novembre. «Le but est que ce soit viable économiquement. Socialement on va créer cinq emplois en cinq ans au niveau de la fromagerie. Et environnementalement, l’objectif est de n’avoir que des produits bios et locaux en magasin». Un beau projet qui ne fait que commencer.

Claire Genet est à retrouver sur Facebook : claire.genet.716 et ferme.ulteria. Contact : 06 82 65 04 41.

Christopher Levé

photo article

Élevage ovin - Une journée pour préparer les jeunes aux Ovinpiades

[En ligne le 14-11-2019]

Sécheresse - La situation s’améliore dans le département

[En ligne le 12-11-2019]

photo article

Emploi - Insertion - Retrouver le chemin de l’emploi grâce aux Jardins de la Croisière

[En ligne le 07-11-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1553

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux