Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

NIEVRE

[Article mis en ligne le 24-10-2019]

Foncier

Quelle place pour le foncier dans notre département ?

photo article
Ces temps forts doivent aboutir à des propositions concrètes en vue d’une future loi foncière proposée par le gouvernement.
La Safer de Bourgogne Franche-Comté organise le jeudi 7 novembre au Stade de rugby de l’Uson, une après-midi de réflexion autour de la question foncière dans le département de la Nièvre. Une journée organisée sous l’égide de la Préfecture et de la Chambre d’Agriculture. Tour d’horizon des enjeux de cette journée ?
Quelle stratégie foncière pour la Nièvre dans les prochaines années ? Telle est la question centrale de la journée du 7 novembre organisée à Nevers au stade du Pré Fleury, conjointement par la préfecture, la Chambre d’agriculture et la Safer de Bourgogne Franche-Comté. «Ce temps fort, autour du foncier s’inscrit en cohérence avec la volonté du gouvernement de présenter un projet de loi sur le foncier agricole. Ce dernier aurait dû être proposé cette année mais en raison de la mobilisation des gilets jaunes ce projet a été reporté au premier semestre 2020. Ce report nous laisse du temps pour travailler et cette journée inédite dans la région doit justement déboucher sur des propositions concrètes qui viendront agrémenter cette loi foncière. L’idée est d’avoir aussi un cadre législatif à opposer aux apporteurs de capitaux qui captent le foncier dans notre département» explique Cyril Forest, président de la Safer de la Nièvre. Une après-midi qui est organisée en deux temps : Un premier temps d’échange qui est réservé aux acteurs des commissions agricoles. Un compte-rendu de ces commissions sera présenté au grand public dès 17 heures Il sera également l’occasion d’apporter des données chiffrées du département. Cette restitution sera suivie d’un débat autour du sujet de l’accaparement du foncier. Un débat auquel participe Frédéric Courleaux, directeur des études d’agriculture stratégiques. Il viendra apporter des pistes de réflexion sur le sujet.

«Il faut des seuils de contrôle»
Cyril Forest le martèle : «tout le monde à besoin du foncier. 50 % des exploitants agricoles ont plus de cinquante ans. Il y a donc un réel enjeu sur la capacité à s’auto-suffire dans les prochaines années. Ce temps fort vise donc à avoir un regard croisé sur le devenir des structures d’exploitations nivernaises mais aussi à réfléchir la manière avec laquelle on peut financer les installations de nos futurs jeunes agriculteurs. Aujourd’hui, il faut moyenne 264 000 euros de capitaux et 170 ha pour s’installer. Je rappelle juste qu’un agriculteur installé est facteur de six emplois induits» ajoute le président nivernais. Au-delà du devenir des exploitations, il y a aussi des enjeux économiques qui se posent. Faisant allusion aux zones d’activités de Cosne-sur-Loire ou Varennes-Vauzelle par exemple, Cyril Forest pose les bases du futur débat : «doit-on mettre en avant notre souveraineté alimentaire au profit d’un développement économique ?» s’interroge le président nivernais. «Une synthèse de ces temps forts sera remise ensuite aux parlementaires nivernais afin qu’ils puissent se l’approprier pour formuler des questions à l’Assemblée Nationale» estime-t-il en conclusion.

Théophile Mercier

photo article

Grandes cultures - Le désherbage roule des mécaniques

[En ligne le 14-11-2019]

photo article

Concours charolais - Derniers préparatifs pour le concours de Luzy

[En ligne le 07-11-2019]

photo article

Élevage - «Une belle promotion pour la race Limousine»

[En ligne le 07-11-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1553

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux