Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

BOURGOGNE

[Article mis en ligne le 29-08-2019]

Apiculture

Une année catastrophique pour les apiculteurs

photo article
Les Ruchers du Morvan réalisent chaque année entre 35 à 40 tonnes de miel de neuf variétés différentes.
photo article
Jacques Vadel a enregistré la plus mauvaise année depuis son installation en 2014.
La saison apicole touche à sa fin et à l’heure de faire le bilan, les apiculteurs nivernais n’ont pas le sourire. Nous sommes allés à la rencontre de deux professionnels qui résistent différemment à cette mauvaise récolte.
«C’est une année catastrophique». C’est par ces mots que Jacques Vadel nous accueille sur son exploitation. Depuis qu’il a commencé son activité en 2014, il ne se rappelle pas avoir vécu une récolte similaire. «J’enregistre entre 50 à 60 % de perte. Habituellement, j’ai un rendement de 30 kg par ruche et cette année, ma récolte varie entre 7 à 10 kg par ruche sur les 130 que j’ai mise en production. À titre de comparaison, lorsque je me suis lancé avec seulement 30 ruches, j’avais réussi à faire 2 tonnes de miel. Je pense que je vais perdre 15 000 euros sur un chiffre d’affaires de 30 000 euros à l’année, c’est considérable» explique-t-il l’air un peu dépité. L’apiculteur qui produit quatre types de miel (acacia ; toutes fleurs : de printemps, tournesol) explique ces mauvais résultats par des changements de températures trop brutaux. «Ma saison débute en général aux alentours du mois d’avril. Dès le début, j’ai subi le vend du nord et l’acacia a gelé en début de floraison. Ensuite, les Grandes Cultures ont eu des floraisons compliquées et ont été touchées par des maladies et du salissement. Pour couronner le tout, la chaleur et le manque d’humidité ont ralenti la production de nectar dans les plantes. Sur ma première récole de miel de printemps, je réalise un volume de 150 kg alors qu’en règle générale, je fais plutôt au alentour d’une tonne. Au cours d’une année apicole, je fais 3 à 4 récoltes et le miel d’acacia permet normalement de compenser un début de saison qui n’aurait pas été bon. Mais cette année, rien n’a fonctionné comme prévu» ajoute-t-il. Une récolte qui va tout juste pouvoir lui permettre de payer ses charges.

«Il va falloir s’adapter»
Pour tenir lors des mauvaises années, Jacques Vadel estime qu’il faudrait avoir jusqu’à deux ans de stock. Mais il devient de plus en plus compliqué de faire avec ses mauvaises années qui s’enchaînent. De son côté, il lui reste un peu de miel de la saison précédente ce qui va lui permettre d’arriver à satisfaire ses clients. «L’enjeu pour les petits apiculteurs comme nous, c’est de maintenir les marchés porteurs. Je souhaite maintenir celui de la Charité le samedi matin et celui de Nevers le vendredi soir car se sont des rendez-vous importants avec ma clientèle. Si je n’y vais pas, d’autres prendront ma place. L’autre question qui se pose : faut-il tous les ans changer sa reine ? Dans les années quatre-vingt, une reine pouvait être utilisée 5 saisons consécutives. Aujourd’hui, si elle résiste deux ans c’est déjà très bien. Pour ma part, je ne rentrerai pas dans ce schéma car j’estime qu’il y aurait un coût financier trop important (de 7 à 14 euros pour l’achat d’une reine) et puis je me refuse à conduire ainsi la nature» explique-t-il. Pour l’heure, Jacques Vadel s’attelle à reconstituer son cheptel pour anticiper les pertes en hiver qui sont de l’ordre de 60 %. «J’habite sur Livry depuis de nombreuses années et pour la première fois j’ai reçu des préconisations pour la gestion de l’eau potable. La situation climatique est inquiétante et pose question sur le devenir de notre profession. Si j’avais 30 ans aujourd’hui, j’hésiterais à lancer mon activité» conclut-il.

Théophile Mercier

photo article

Consultation publique : riverains et phytos - Ne laissons pas les marchands de peur monopoliser le débat !

[En ligne le 19-09-2019]

photo article

Ruralité - La fête de l’Agriculture c’est ce week-end !

[En ligne le 12-09-2019]

photo article

Zones de non-traitement - Lancement d’une consultation sur la distance entre champs traités aux pesticides et habitations

[En ligne le 12-09-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1545

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux