Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

COTE D'OR

[Article mis en ligne le 29-08-2019]

Rendez-vous

Bligny, par ici les sorties !

photo article
Aurélien Gagnepain prépare sa vente annuelle de pommes de terre à Bessey-la-Cour.
photo article
La Ferme du pigeonnier, à Montceau-et-Écharnant, ouvre ses portes dimanche 8 septembre de 10 heures à 18 heures.
photo article
L’exploitation de Pierre Largy, à Écutigny, accueille les rencontres techniques ovines régionales jeudi 26 septembre à partir de 14 heures.
Trois exploitations des alentours de Bligny-sur-Ouche invitent très prochainement le public sur des thématiques très variées.    AG
De bons produits caprins
La Ferme du pigeonnier, à Montceau-et-Écharnant, ouvre ses portes dimanche 8 septembre de 10 heures à 18 heures. Un marché fermier est proposé avec la participation d’une dizaine de producteurs. Il est possible de se restaurer sur place à l’occasion d’un déjeuner 100 % local au tarif de 20 euros pour les adultes et 10 euros pour les enfants (en entrée : cake maison et terrine de canard de la ferme du Lou Metché, en plat : burger fermier de l’élevage Terrand, assiette de fromages, tarte aux pommes du verger des familles). Des réservations sont vivement conseillées au 03 80 20 23 23. «C’est la troisième année consécutive que nous organisons cette porte ouverte qui se veut très conviviale. Nous avons reçu environ 200 personnes lors des deux premières éditions, dont 60 pour le repas», indique Bernard Lagrange, associé à son épouse Élisabeth sur le Gaec comptant un salarié. Le public pourra visiter l’exploitation et découvrir un élevage de 57 chèvres alpines. La Ferme du pigeonnier transforme 75 % de la production laitière et écoule un tiers de ses produits depuis son propre magasin, situé à quelques mètres seulement de la salle de traite et du laboratoire de transformation. Des fromages lactiques frais, demi-secs et secs, des bûches et pyramides cendrées et aromatisées, des tomes, yaourts, faisselles et saucissons garnissent les rayons. « Nous livrons également dans plusieurs fromageries, grandes surfaces et restaurants », informe Bernard Lagrange. Quatre des fromages de la ferme ont été récompensés au dernier concours régional des fromages fermiers, dont deux l’ont été avec une médaille d’or. Le producteur de 61 ans se satisfait de la création de cet atelier caprin il y a maintenant trois ans : «nous vendons aux prix que nous fixons, c’est très appréciable par rapport à ce que nous subissons dans notre cheptel bovin et même dans nos céréales». La ferme du pigeonnier ouvre son magasin quatre jours par semaine le mercredi et le vendredi de 16 h à 19 h, le samedi de 9 h à 12 h et de 16 h à 19 h, ainsi que le dimanche de 10 h à midi. Les éleveurs de Montceau-et-Écharnant adhèrent au réseau Bienvenue à la ferme depuis le printemps dernier et proposent des chambres et tables d’hôtes tout au long de l’année.

Une grande journée ovine
L’exploitation de Pierre Largy, à Écutigny, accueille les rencontres techniques ovines régionales jeudi 26 septembre à partir de 14 heures. Cinq ateliers sont au programme : «s’engager en démarche qualité pour valoriser ses agneaux», «accueillir un chien de protection dans de bonnes conditions», «définir son assolement pour plus d’autonomie alimentaire», «prévenir les risques sanitaires des jeunes agneaux » et « concevoir et aménager une bergerie fonctionnelle». Pierre Largy, 28 ans, présentera son exploitation, son cheptel composé de 350 brebis (250 Île de France et 100 Texel) ainsi que son parcours inspiré de son arrière grand-père qui élevait déjà des moutons.
Sur le plan technique, le jeune éleveur installé en 2016 obtient de très bons résultats et parlera de ses différentes stratégies pour faire progresser son cheptel, avec notamment une attention particulière portée sur les brebis et leurs agneaux en période d’agnelages. Suite à plusieurs problèmes rencontrés avec des chiens de chasse durant l’hiver, Pierre Largy étudie de plus en plus l’hypothèse d’acquérir un Patou : cette discussion sera étroitement liée à la thématique du jour sur les chiens de protection. L’exploitant d’Écutigny présentera également son assolement et ses difficultés grandissantes à récolter du colza. Dans un contexte de sécheresse, Pierre Largy a réussi à reconstituer des stocks de fourrages relativement importants au printemps, mais «pioche» déjà dedans depuis près de deux mois. L’organisation de ce rendez-vous est assurée par les Chambres d’agriculture départementales bourguignonnes et les coopératives, avec l’appui de la Chambre régionale.

De bonnes pommes de terre
Aurélien Gagnepain prépare sa vente annuelle de pommes de terre à Bessey-la-Cour. «C’est une vieille tradition familiale initiée par mon père en 1987. Nous accueillons des particuliers au cours d’une journée spécialement dédiée à cette vente», indique le jeune exploitant de 36 ans, qui cultive 1,30 ha de pommes de terre dans les variétés Marabel, Charlotte, Manitou, Vitelotte, Rosabelle et Amandine. La date de la récolte déterminera le jour de l’évènement : «nous recevons le public généralement trois semaines après la récolte, dont le calendrier est très variable selon les années et les précipitations. En cas de sécheresse, nous pouvons récolter dès la fin du mois d’août. C’est deux, voire trois semaines plus tard si le temps est plus humide». Les tonnages récoltés sont également très hétérogènes d’une campagne sur l’autre, comme poursuit l’exploitant agricole : «nous n’avons pas la capacité d’irriguer et sommes très dépendants de la météo. L’année dernière n’avait pas été très bonne en volumes, c’est le moins que l’on puisse dire, car seulement sept tonnes avaient été récoltées. Les disponibilités étaient déjà très réduites à midi, le jour de la vente. Cette année s’annonce un peu mieux, les pluies des derniers jours ont sans doute fait du bien aux cultures». Aurélien Gagnepain attend entre 100 et 150 clients comme tous les ans : «un certain nombre de personnes viennent de Beaune et Dijon, nous avons aussi pas mal de locaux et nous les remercions ! Nous écoulons pratiquement toute la récolte lors de cette journée. Les bonnes années, nous pouvons récolter jusqu’à 25 tonnes de pommes de terre. Nous livrons alors le surplus chez des viticulteurs, lors des vendanges et pour leur consommation personnelle, et chez d’autres clients». Dans ses autres activités, Aurélien Gagnepain élève un troupeau de 55 vaches allaitantes, majoritairement en race parthenaise. Le jeune Côte-d’orien gère également deux poulaillers Label Rouge et produit de l’électricité depuis 2011 avec des toits photovoltaïques. Terres de Bourgogne communiquera prochainement la date de la vente de pommes de terre, dans sa rubrique agenda.

AG

photo article

Écopâturage - L’entretien par les ovins

[En ligne le 19-09-2019]

photo article

Reproducteurs charolais - Une bonne génétique à acquérir

[En ligne le 12-09-2019]

photo article

Poulailler - Tout beau, tout n’œuf

[En ligne le 12-09-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1545

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux