Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

YONNE

[Article mis en ligne le 01-08-2019]

Emploi viticole

Les groupements d’employeurs à la rencontre des migrants

photo article
Les travailleurs sont recherchés pour les vendanges mais aussi pour les autres travaux de la vigne le reste de l’année.
photo article
Les groupements d’employeurs ont rencontré 15 réfugiés statutaires du centre Coallia d’Auxerre, pour leur présenter les métiers de la vigne.
Après avoir rencontré Coallia le mardi 9 juillet, la FDSEA de l’Yonne, AVE 89 et l’Anefa ont rencontré 15 jeunes réfugiés statutaires, mardi 23 juillet, dans les locaux de Coallia à Auxerre, puis des viticulteurs à la recherche de mains d’œuvre, jeudi 25 juillet, au BIVB de Chablis.
« Le rôle de l’Anefa, c’est d’informer et d’orienter tous les publics. Aussi de valoriser l’image des métiers agricoles et de développer l’emploi salarié en agriculture, tout en intégrant des formations », indique France Lahutte, animatrice emploi à l’Anefa (Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture).
Mardi 23 juillet, la FDSEA de l’Yonne, AVE 89 et l’Anefa ont rencontré 15 jeunes réfugiés statutaires, dans les locaux de Coallia à Auxerre. L’occasion de leur présenter le travail effectué lors des vendanges, où les groupements d’employeurs recherchent des travailleurs à proposer aux viticulteurs, qui ont des besoins. « On cherche aussi du monde pour toute l’année. On débute par les vendanges mais on recherche aussi des personnes pour faire la taille, le relevage et autres », ajoute France Lahutte, aux réfugiés statutaires.

« La langue n’est pas un obstacle »
Jeudi 25 juillet, c’est devant des viticulteurs intéressés que la FDSEA de l’Yonne, AVE 89 et l’Anefa ont abordé le projet, au BIVB (Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne), à Chablis. Parmi eux, Isabelle Gagnepain, viticultrice à Beine, qui a déjà fait l’expérience d’embaucher un réfugié statutaire. « Julien Libsig, qui s’occupe des formations aux CFPPA de La Brosse, m’avait contacté il y a deux ans car il cherchait un maître de stage pour placer trois réfugiés statutaires qu’il avait et on a accepté d’en prendre un », confie-t-elle. « Ce jeune a fait le stage chez nous durant sa formation. C’était concluant donc on lui a proposé un CDD par la suite ».
Un jeune homme passé par Coallia, l’une des trois structures qui gèrent l’accueil des migrants dans l’Yonne avec la Croix Rouge et Adoma. « La structure l’a aidé pour tous les papiers administratifs et la mise en place de la mobilité (il vient travailler depuis le début en scooter au domaine, ndlr) », explique Isabelle Gagnepain. « Ensuite, France Lahutte a été là pour un accompagnement à la formation (anciennement AEF) qui nous a permis d’avoir un soutien financier ».
Si la grande majorité des réfugiés statutaires ne parle pas le français, pour elle, la barrière de la langue n’est pas un obstacle. « Dans notre métier, hormis peut-être la formation à la taille, on peut facilement montrer la gestuelle à effectuer, car il n’y a pas de choses très techniques à apprendre », assure-t-elle.
Un autre rendez-vous a également eu lieu auprès de réfugiés statutaires de la Croix Rouge, le mardi 30 juillet, à Jaulges. Un autre est prévu le mardi 6 août, à Joigny, dans les locaux de Coallia.

CL

votre publicité
photo article

Pollinisation - L’importance des abeilles dans la culture de sarrasin

[En ligne le 13-08-2019]

photo article

Viticulture - Coup de chaud sur les vignes

[En ligne le 08-08-2019]

photo article

Viticulture - De la vigne au verre

[En ligne le 08-08-2019]

RECHERCHE

ÉDITION N°1540

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux