Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Nouvelle destruction des Faucheurs volontaires en Aveyron

    70 militants ont détruit deux hectares de tournesol à Druelle, dans l’Aveyron le 15 août, expliquent les Faucheurs volontaires dans un communiqué du 17 août. En effet, le collectif soupçonnait « l’expérimentation de végétaux rendus tolérants aux herbicides, reconnus comme OGM par la directive de la Cour de Justice de l’Union européenne » et non des essais pour valider « la résistance aux maladies des variétés proches de la commercialisation » comme l’expliquait RAGT Semences, propriétaire de la parcelle saccagée. Et les membres de Faucheurs volontaires avertissent: « notre action ne va pas s’arrêter là ». Une parcelle similaire avait déjà été détruite le 1er août dans l’Hérault.

    [ Publié le 17-08-2018 ]
  • Agriculture de précision: le canadien UrtheCast rachète le français Geosys

    Le fournisseur canadien d'images satellitaires UrtheCast a annoncé, le 14 août, le rachat, pour 20 millions de dollars, de la société française de service à l'agriculture Geosys, jusqu'ici filiale de la coopérative américaine Land O'Lakes. Urthecast est l'un des principaux fournisseurs mondiaux d'images satellitaires à destination de l'agriculture de précision, avec ses deux satellites Deimos. D'ici 2020, Urthecast annonce qu'elle pourra proposer une image par jour (tous les 3 à 4 jours actuellement), grâce à la mise en orbite de 20 nano-satellites. Geosys fournit deux types de services: le suivi des cultures à large échelle, à destination des négociants, assureurs ou pouvoirs publics. Et l'aide à la décision pour les opérations culturales, au travers notamment du service Cérélia, dédié le pilotage de l'azote.

    [ Publié le 16-08-2018 ]
  • Tereos exclut trois anciens membres démissionnaires de son conseil de surveillance

    Le conseil de surveillance de Tereos a décidé « à l’unanimité » le 9 août dernier « de mettre fin aux relations » entre le groupe coopératif sucrier et Gilles Bollé, Gérard Clay et Xavier Laude, trois anciens membres du conseil de surveillance démissionnaires, indique l’entreprise dans un communiqué jeudi 16 août. Les trois coopérateurs ont été exclus « pour avoir mené une campagne de diffusion d’informations fausses ou mensongères, systématique et publique », précise Tereos qui affirme ne vouloir sanctionner « ni la liberté d’expression, ni même le cours des débats internes » par cette décision. « Cette mesure est à effet immédiat », poursuit l’entreprise, qui a proposé aux trois exclus le maintien du contrat les liant à la coopérative « jusqu’à la fin de la prochaine campagne betteravière 2018/2019 ».

    [ Publié le 16-08-2018 ]
  • Pollinisateurs : des chercheurs anglais alertent sur les effets du sulfoxaflor (étude)

    Une étude anglaise publiée le 15 août dans la revue scientifique Nature alerte sur les effets d'une molécule insecticide, le sulfoxaflor, sur les pollinisateurs. Leurs recherches mettent en évidence que des colonies de bourdons « qui ont été exposées au sulfoxaflor au cours de la première phase de croissance » ont produit moins d’« ouvriers » que les témoins non exposés. Puis, les ruches ont eu moitié moins de « descendants reproducteurs ». En France, deux produits contenant du sulfoxaflor ont obtenu une AMM, suspendue en référé en 2017 par le tribunal administratif de Nice. Après cette décision, l'Anses assurait alors que le produit ne présentait pas « de risque inacceptable » pour les abeilles si l’exposition est « limitée par des mesures de gestion appropriées ». Raison pour laquelle l’Anses avait interdit leur utilisation sur les cultures « attractives pour les pollinisateurs ».

    [ Publié le 16-08-2018 ]
  • Bayer-Monsanto: la fusion peut débuter

    À la suite de la cession à BASF de l’activité dédiée aux semences potagères de Bayer le 16 août, l’intégration de Monsanto au sein du groupe pharmaceutique allemand peut enfin s’opérer, annonce Bayer dans un communiqué de presse le 16 août. En effet, il s’agissait d’un préalable à la fusion posé par le département américain de la Justice. Bayer était déjà le propriétaire exclusif de Monsanto depuis le 7 juin dernier. Le projet de fusion des deux groupes avait été annoncé en septembre 2016. De son côté, BASF indique que les activités concernées par la cession, qui concernent 24 cultures et 2600 variétés, principalement de la marque Nunhems, lui permettent «d’ajouter au portefeuille de BASF une marque réputée, reconnue et prospère».

    [ Publié le 16-08-2018 ]
  • Pommes de terre de conservation: des rendements en recul de 7% en France (UNPT)

    Alors que s’achève au 15 août la commercialisation des pommes de terre primeurs, l’UNPT livre ses estimations pour la production française de pommes de terre de conservation, dont la commercialisation débute. L'UNPT annonce, dans un communiqué le 14 août, un rendement «en baisse de 7% environ, à date identique, par rapport à la moyenne quinquennale», du fait notamment de l’épisode caniculaire de ces dernières semaines. Une baisse de 15 à 25% des rendements est annoncée dans l'ensemble de la zone NEPG (France, Allemagne, Belgique, Angleterre et Pays-Bas). Face aux possibles difficultés à respecter les contrats de commercialisation en volumes ou qualités, l'UNPT appelle à ce que des discussions se mettent en place « dans les meilleurs délais » au niveau national et européen entre représentants des acheteurs et producteurs.

    [ Publié le 15-08-2018 ]
  • Changement climatique: la géo-ingénierie ne protégerait pas les rendements agricoles (étude)

    Dans une étude parue le 9 août dans la revue scientifique Nature, des chercheurs américains battent en brèche l'idée que la géo-ingénierie pourrait protéger les rendements agricoles des effets négatifs du changement climatique. Le terme de géo-ingénierie regroupe un ensemble de techniques de modification du climat. L'étude démontre que les techniques les plus souvent mises en avant, regroupées sous le terme SRM, auraient finalement un effet nul sur l'agriculture. Ces techniques consistent à «refroidir» la planète en introduisant dans la stratosphère des particules qui reflètent la lumière du soleil. Mais les chercheurs américains ont calculé que les effets négatifs pour l'agriculture de ces techniques (ex. perte du luminosité) annulent leurs effets positifs (ex. atténuation des hausses de température).

    [ Publié le 15-08-2018 ]
  • Fraises et abricots : pour la CLCV «la déception pour le goût se confirme»

    L’association de défense des consommateurs Consommation, logement, cadre de vie (CLCV) a publié le 14 août une enquête de satisfaction sur la qualité et le prix des abricots et des fraises vendus dans la grande distribution, réalisée en collaboration avec Aprifel et basée sur des tests à l’aveugle dans 25 départements. «La satisfaction pour le goût n’est pas au rendez-vous», constate l’association «et il n’existe pas de corrélation entre le prix et l’évaluation des consommateurs». Si 45% des testeurs se montrent satisfaits par «la qualité globale» des fraises et 42% pour les abricots, c’est le goût des produits qui pose problème. «Seuls 32% des consommateurs sont satisfaits par le goût des fraises», note la CLCV, 31% pour les abricots.

    [ Publié le 14-08-2018 ]
  • Des nappes «globalement bien rechargées», mais une hétérogénéité selon les régions

    Le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) estime que le niveau des nappes au 1er août est hétérogène d’une région à l’autre. Dans un communiqué du 14 août, il indique que la moitié des nappes affiche un niveau « modérément haut à très haut », tandis qu’un tiers est à un niveau « modérément bas à très bas ». Le restant est dans la moyenne. La période estivale a été abordée «avec des nappes qui, globalement, ont été bien rechargées». «Cette situation, assez favorable pour cette époque de l’année, est liée à l’incidence notable des pluies qui se sont prolongées tard au printemps, indique le BRGM. A l’exception de quelques secteurs, les niveaux de nappes se situent globalement au-dessus de ceux généralement observés en été. »

    [ Publié le 15-08-2018 ]
  • Procès Roundup: «Il faut écouter ce que disent l'Anses et l'Efsa» (E. Thirouin, FNSEA)

    Réagissant au récent jugement d'un tribunal de San Francisco condamnant Monsanto à verser 290M$ de dommages à un jardinier pour une mauvaise information sur son produit le Roundup, le président de la commission environnement de la FNSEA, Eric Thirouin regrette, dans un entretien accordé le 14 août à Agra presse, «la relance, en France, d'une hystérie collective et médiatique sur le glyphosate», et demande au gouvernement «d'écouter ce que disent les agences sanitaires française et européenne qui n'ont pas reconnu le produit comme cancérigène». Après la récente déclaration du ministre de l’Écologie, qui évoquait le 11 août le «début d'une guerre» contre les phytos, Eric Thirouin lui demande «plutôt de trouver des solutions et des alternatives, pour répondre aux demandes des consommateurs».

    [ Publié le 15-08-2018 ]
  • Pommes de terre: prévisions de rendements inférieurs «de 15 à 25% à la moyenne» (NEPG)

    De premiers signaux «indiquent que la prochaine récolte [de pommes de terre] sera beaucoup plus faible, et que les problèmes de qualité constitueront un défi majeur à relever», prévient dans un communiqué lundi 13 août la North-western european potato growers (NEPG), plateforme rassemblant les syndicats de producteurs français, allemands, belges, anglais et hollandais. Avec la sécheresse et les fortes chaleurs ces deux derniers mois, «les experts considèrent que l’on devrait être, au minimum, à un niveau de rendement inférieur de 15 à 25% à la moyenne pluriannuelle» sur la zone du NEPG, note l’association, tout en rappelant qu’il est encore trop tôt pour des prévisions fiables. Les premiers relevés indiqueraient «une différence importante» entre parcelles irriguées et non irriguées.

    [ Publié le 13-08-2018 ]
  • Nitrates: en Bretagne, la FRSEA et JA dénoncent le nouveau programme d'actions

    Après plusieurs mois d'une négociation houleuse et rompue en avril, la FRSEA et les Jeunes agriculteurs de Bretagne s’insurgent contre la signature, le 3 août, de l'arrêté préfectoral établissant le sixième programme d’actions régional Nitrates, révisé tous les quatre ans. L’arrêté imposerait de nouvelles contraintes aux agriculteurs, selon les deux syndicats. «C’est nier la baisse globale et avérée de la teneur en nitrates dans les eaux bretonnes», dénoncent-ils. En avril, ils regrettaient notamment l'absence de dérogation à l’interdiction de destruction chimique des repousses de cultures «piège à nitrates» (Cipan). Les syndicats estiment globalement que le texte est sans «aucun fondement scientifique», ni «justification agronomique ou environnementale».

    [ Publié le 13-08-2018 ]
  • Procès Roundup : le Modef plaide pour une concertation internationale sur les phytos

    Après la condamnation de Monsanto à San Francisco, le Modef martèle, dans un communiqué le 13 août, que ce jugement « démontre clairement » que le débat sur l’utilisation des produits phytosanitaires « ne peut pas se traiter uniquement au niveau franco-français ». Il estime que « la solution définitive pour rompre avec les produits chimiques » ne peut être que mondiale, car la diminution de l’usage des produits phytosanitaires en France uniquement « vont faire baisser automatiquement la production agricole et augmenter les importations ». Le Modef organisera à Paris le 22 août une «vente géante» de fruits et légumes, au cours de laquelle elle souhaite «porter ce débat avec les Parisiens».

    [ Publié le 13-08-2018 ]
  • Lait : la CR demande à rencontrer Sodiaal

    Dans une lettre ouverte adressée le 10 août à Damien Lacombe et Jorge Boucas, respectivement président et directeur de Sodiaal, la Coordination rurale assure être « régulièrement » contactée par des adhérents qui ont des « craintes concernant la gouvernance de leur coopérative ». Le syndicat fait référence à l’annonce « de l’éventuel rachat d’une partie de l’usine Synutra de Carhaix », qui « n’a fait que conforter leurs incertitudes » et « augmenter le nombre d’appels reçus ces derniers jours ». Véronique Le Floc’h, secrétaire générale de la Coordination rurale, demande un entretien avec la coopérative le 20 août, sans quoi le syndicat communiquera « sans être à même de rassurer les producteurs ».

    [ Publié le 12-08-2018 ]
  • Pommes : la production de 2018 devrait s'approcher de celle de l'an dernier

    La production nationale de pommes en 2018 est estimée, au 1er août, proche de celle de 2017. Dans une note Agreste datée du 10 août, le ministère de l’Agriculture estime que les calibres à venir dépendront « de la ressource hydrique des sols en été et en automne ». Au 1er mai, les stocks étaient en deçà de 18 % à ceux de 2017 et de 14 % par rapport à la moyenne de 2013 à 2017. Le chiffre d’affaires national, sur la campagne de commercialisation de septembre 2017 à avril 2018, gagne 8% sur un an. Un rebond qui s’explique « par la forte hausse des prix à la production » qui fait « plus que compenser » la baisse de 3% des volumes récoltés. En 2017, la production française affichait 1,47 Mt.

    [ Publié le 12-08-2018 ]
  • Eau: la FNSEA, l'APCA et Coop de France réclament des actions sur le stockage

    Le 9 août, la FNSEA, Irrigants de France, Coop de France, l’APCA et Jeunes agriculteurs, ont demandé dans un communiqué commun « un plan d’action concret » en matière de gestion de la ressource en eau, notamment du stockage. La cellule d’expertise chargée en août 2017, d’ « examiner les projets de territoire en cours, de proposer des pistes d’accélération de leur réalisation », n’aurait « toujours pas rendu son rapport », et « aucune mesure n’a été prise pour mener une politique active et ambitieuse ». Les organisations estiment aussi que les mesures soutenues par la profession en faveur du stockage de l’eau « ont été systématiquement rejetées » lors des États généraux de l’alimentation, et renvoyées « aux Assises de l’eau », prévues en septembre.

    [ Publié le 12-08-2018 ]
  • Prix du lait : la sécheresse ne joue pas encore sur la conjoncture, selon le Cniel

    Les cours des produits laitiers ont, pour l’heure, peu souffert de la sécheresse des dernières semaines en Europe, selon Benoît Rouyer, économiste au Cniel. « Le prix du beurre reste élevé, sans pour autant atteindre les sommets de l’année précédente, décrit-il dans une vidéo de conjoncture publiée le 9 août. Celui de la poudre de lait écrémé se maintient à un niveau très bas. » La collecte non plus n’a pas marqué le pas, mais pourrait néanmoins ralentir en Europe sur le second semestre, « et donc conforter une tendance plutôt à la hausse » des cours « dans les mois à venir ». En France, le prix standard du lait de vache conventionnel affichait 306€/1000l en mai, selon FranceAgriMer.

    [ Publié le 10-08-2018 ]
  • Tereos : la CGB appelle à retrouver « une gouvernance qui associe tous les betteraviers »

    La Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) appelle Tereos « à retrouver des instances de gouvernance qui représentent au mieux les planteurs de toutes les régions betteravières », indique l’organisation dans un communiqué du 8 août. « Cela ne peut en aucun cas passer par la menace d’exclusion de coopérateurs aux opinions différentes », estime-t-elle, alors que plusieurs élus régionaux ayant démissionné le 9 juillet dernier auraient depuis appris « l’inscription de la question de leur exclusion de la coopérative à l’ordre du jour du conseil de surveillance ». « La CGB n’acceptera pas que la pluralité des opinions au sein de tous les groupes sucriers soit mise à mal par des menaces d’exclusions », insiste l’organisation qui dit souhaiter « des conditions de dialogue renouvelées ».

    [ Publié le 09-08-2018 ]
  • Sécheresse : la Conf' pointe « le laxisme » de l'État

    Dans un communiqué du 7 août, la Confédération paysanne accuse l’État de n’avoir « pas pris la mesure de l'intensité » de la sécheresse et « encore moins de son occurrence liée au réchauffement climatique ». Elle craint qu’en conséquence des fortes chaleurs, les agriculteurs ne subissent une fois de plus de « graves problèmes d'affouragement » et de « développement pour certaines productions végétales ». La Conf' attend du gouvernement qu’il définisse à qui revient la prise en charge du « coût de la dérégulation climatique » et qu’il use « de toutes les possibilités que lui laisse l'Union européenne en matière de mesures structurelles, en particulier pour les financements des mesures environnementales et climatiques ».

    [ Publié le 08-08-2018 ]
  • Légumes de France dénonce des marges « inacceptables » en tomate et en melon

    Des prix rayon en melon charentais « en moyenne 20% trop élevés par rapport aux prix payés aux producteurs », « 20 à 30% trop élevés » en tomate grappe et une différence de près de 50% en tomate cocktail et cerise. C’est le constat de l’opération de relevé de prix effectuée par Légumes de France du 19 au 31 juillet dans 110 établissements de la grande distribution répartis sur huit régions. Les prix les plus élevés en melon (2,99€/pièce), en tomate grappe (2,89€/kg) et en tomate ronde (2,19€/kg) ont été trouvés dans un Intermarché de Nîmes, quand « les mêmes tomates ou melons sont payés 0,40 à 0,60€/kg aux producteurs », rappelle Légumes de France. L’organisation juge ces marges « inacceptables » et demande « des prix cohérents » et « une modération de la pression sur les prix d’achat afin de permettre aux producteurs de rentrer dans leurs coûts ».

    [ Publié le 08-08-2018 ]
  • Eau : l'UFC-Que choisir étrille le plan sécheresse 2017 de S. Travert et N. Hulot

    Dans un communiqué du 7 août, l’association UFC-Que choisir exige l’application du principe « pollueur-préleveur-payeur » dans le financement des agences de l’eau, une réorientation des subventions agricoles « au profit des modes de production économes en eau », ainsi qu’un pilotage national de la politique agricole de l’eau, « afin de mettre celle-ci hors d’atteinte des lobbys agricoles régionaux ». L’association tacle le plan sécheresse présenté en août 2017 par Nicolas Hulot et Stéphane Travert pour « résorber durablement les situations de tension hydrique » et créer « une concertation plus équilibrée » notamment dans le cadre des agences de l’eau. « Mais depuis, le plan sécheresse et la concertation semblent s’être évaporés, » ironise l'UFC-Que choisir.

    [ Publié le 08-08-2018 ]
  • Sécheresse : des restrictions d’eau dans 39 départements

    39 départements sont concernés « par au moins un arrêté préfectoral limitant certains usages de l’eau », a annoncé le ministère de l’Intérieur dimanche 5 août. Parmi ceux-ci, 12 ont mis en place un ou plusieurs arrêtés locaux de « crise », impliquant « un arrêt des prélèvements non-prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles », notamment sur la façade ouest (Vendée, Loire-Atlantique, Deux-Sèvres…), dans la vallée de la Garonne (Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne…) ou dans le centre de la France (Loiret, Loir-et-Cher…). 10 ont mis en place des arrêtés « d’alertes renforcées » impliquant une « réduction des prélèvements à des fins agricoles supérieure ou égale à 50 % », et 17 « d’alerte » avec des réductions des prélèvements à des fins agricoles inférieures à 50 %.

    [ Publié le 07-08-2018 ]
  • La CR demande « un plan d’urgence » pour atténuer les effets de la sécheresse

    Face aux « conditions exceptionnelles de sécheresse » posant « de graves difficultés dans de nombreux secteurs de production », la Coordination Rurale demande dans une lettre à Stéphane Travert publiée vendredi 3 août « d’envisager la mise en œuvre d’un plan d’urgence exceptionnel » pour en atténuer les effets sur le monde agricole. Le syndicat demande notamment « une dérogation de non-couverture automnale des sols pour l’impossibilité de semer les Cipan », des arrêtés de catastrophe naturelle « dans les cas les plus graves » comme en Hauts-de-France ou dans le Grand Est, « des prises en charges par le fonds de calamités agricoles, en particulier pour les fourrages », « le versement le plus précoce possible des aides Pac » ou encore des dégrèvements, voire des exonérations de la taxe foncière sur les propriétés non-bâties (TFNB).

    [ Publié le 06-08-2018 ]
  • La Commission délivre des autorisations pour cinq organismes génétiquement modifiés (OGM)

    La Commission européenne a annoncé vendredi 3 août avoir adopté « des décisions d’autorisations portant sur cinq organismes génétiquement modifiés (OGM) destinés à l’alimentation humaine et animale ». Parmi elles, deux nouvelles autorisations (maïs MON 87427 x MON 89034 x NK603, maïs 1507 x 59122 x MON 810 x NK603) et le renouvellement de trois autorisations déjà existantes (maïs DAS-59122-7, maïs GA21, betterave sucrière H7-1). « Ces autorisations sont valables 10 ans » et « ne concernent pas l’utilisation de ces OGM à des fins de culture », précise la Commission. Les autorisations ont été adoptées après « une procédure d’autorisation globale » comprenant une évaluation scientifique de l’Efsa, et l’aval juridique des États membres pour agir, rappelle l’institution.

    [ Publié le 06-08-2018 ]
  • Face à la sécheresse, la FNSEA demande des dérogations pour le verdissement

    L’impossibilité « d’envisager un travail du sol, ni de réaliser des semis dans de bonnes conditions avant plusieurs jours » du fait de la sécheresse va conduire les agriculteurs à se mettre « dans l’illégalité vis-à-vis des obligations du verdissement », estime la FNSEA dans un communiqué du vendredi 3 août. La période de présence obligatoire pour les intercultures Surfaces d’intérêt écologique (SIE) et les Cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan) démarrant entre « le 30 juillet ou le 6 août dans de nombreux départements ». Les agriculteurs « refusent de faire un semis administratif », insiste le syndicat, qui demande au ministère de l’Agriculture « une dérogation à l’implantation des Cipan et SIE sans préjudice sur le paiement vert » et une reconduction des avances de trésoreries remboursables (ATR) « à hauteur de 90 % des aides Pac ».

    [ Publié le 06-08-2018 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1489

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux