Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Sécheresse : les semis de colza «sérieusement affectés» dans l’UE (Commission)

    Les semis de colza dans l’UE sont «sérieusement affectés» par la sécheresse, a indiqué le 22 octobre la Commission européenne, qui table sur des surfaces en baisse de 5 à 10% en France et inférieures à 1 M ha en Allemagne. «Une grande partie des principales zones de colza en Europe ont souffert de la sécheresse, compromettant le nombre d’hectares semés et gênant la levée des cultures, selon un bulletin du service de prévisions Mars. Seules une minorité de régions profitent de bonnes conditions. Cela devrait amputer la production 2019.» Des difficultés de germination sont relevées dans le centre de la France et de l’Allemagne, l’ouest de la Pologne, ainsi que le sud et l’est de la Roumanie, l’ouest de la Bulgarie.

    [ Publié le 22-10-2018 ]
  • Création d'une marque «produit en Île de France»

    L’Île de France prépare un plan régional pour l’alimentation d’origine francilienne, a indiqué Alexandra Dublanche, vice-présidente de la région, le 22 octobre au Sial de Paris. Une marque «produit en Île de France» pour le marché hexagonal et «made in Paris Region» pour l’export et les lieux touristiques a été créée, et sera apposée sur les produits répondant à des critères de proximité et de qualité. Au-delà de cette marque, c’est tout un plan pour l’agriculture qui consistera à « territorialiser l’offre » agricole par l’accompagnement à l’installation de près de 200 agriculteurs par an, à la diversification vers les circuits courts et à la création d’ateliers de transformation.

    [ Publié le 22-10-2018 ]
  • Loup : le plafond d'abattage remonté de 43 à 51 pour 2018

    La préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui pilote le Plan Loup au niveau national, a annoncé le 19 octobre sa décision de relever de 43 à 51 le nombre d'abattages de loups autorisés pour l'année 2018 sur le territoire français. Dans un arrêté daté du 16 octobre, elle permet ainsi le «prélèvement» de «huit spécimens» supplémentaires, «correspondant à 2 % de l’effectif moyen de 430 loups estimés». Le précédent plafond a été dépassé en juin dernier, suite à la découverte des restes d'un canidé dans le massif du Glandasse, dans le Haut-Vercors. Après des examens toxicologiques, les autorités ont révélé que l'animal est mort empoisonné par des produits chimiques.

    [ Publié le 22-10-2018 ]
  • La loi sur le foncier agricole repoussée à 2020

    Le président de la mission parlementaire sur le foncier agricole, Jean-Bernard Sempasous, a indiqué le 19 octobre que la loi foncière, initialement prévue pour 2019, serait finalement présentée en 2020. Interrogé lors d'un débat organisé à l'occasion des quinze ans de l’association «Terre de Liens» à Montpellier, il a justifié cette décision par «l’agenda parlementaire, déjà très chargé». Il a par ailleurs évoqué le «retard» pris par la mission d'information, qui doit rendre son rapport le 4 décembre, après dix mois d’auditions. «Nous avons voulu répondre à toutes les sollicitations, afin d’être le plus exhaustif possible sur un sujet très attendu» indique le député, qui promet une «grande réforme».

    [ Publié le 22-10-2018 ]
  • Viande bovine : Elivia annonce une «première expédition française vers la Chine»

    Elivia (groupe Terrena) a annoncé, le 19 octobre dans un communiqué, «la première expédition de viande bovine française vers la Chine depuis son site du Lion d’Angers (Maine-et-Loire)». Cette expédition, qui sera effective le 24 octobre, «fait suite à l’agrément délivré en juillet dernier par les autorités chinoises à deux sites d’abattage en France, dont celui du Lion d’Angers, autorisant la reprise des exportations de bœuf français après 17 ans d'embargo», précise le numéro deux français de la viande bovine.

    [ Publié le 21-10-2018 ]
  • Les Hauts-de-France créent une «avance remboursable» pour les projets d'agriculteurs

    Le conseil régional des Hauts-de-France a adopté, le 18 octobre, un texte portant création d'un dispositif d'avance remboursable à destination des agriculteurs (y compris Cuma ou GIEE) qui souhaitent investir, annonce sa vice-présidente Marie-Sophie Lesne. L'avance remboursable porte sur 20 à 40% du montant des projets (20 à 30% dans le végétal et jusqu'à 40% en élevage). «Nous avons décelé un manque, explique-t-elle dans une vidéo. Il y a des subventions Feader (...) qui laissent de côté de trop nombreux projets d'investissement qui sont de bons projets». Autre dispositif adopté le même jour : une subvention aux projets d'investissements dans l'approvisionnement local des cantines scolaires (logistique, transformation).

    [ Publié le 21-10-2018 ]
  • Agenda de la semaine agricole du 22/10/18

    Dimanche 21 octobre
    Inauguration du Sial de Paris (salon de l'agroalimentaire) par Didier Guillaume

    Lundi 22 octobre
    Suite de l'examen du PLF (1ère partie) en séance publique (Assemblée nationale)
    Conférence sur le commerce équitable d'origine France (au ministère de l’Écologie)

    Mardi 23 octobre
    Suite de l'examen du PLFSS en commission des affaires sociales (Assemblée nationale)
    Début de l'examen du PLF (2nde partie) en commission des finances (Assemblée nationale)
    Examen pour avis de la mission Aafar (Agriculture) du PLF en commission des aff. économiques (Assemblée nationale)

    Mercredi 24 octobre
    Conférence de presse de l'AGPM (producteurs de maïs)

    Jeudi 25 octobre
    Colloque du Haut conseil de la coopération agricole (HCCA)
    Examen d'une note sur l'huile de palme (OPECST)
    Voyage de presse Afja sur l'agroéquipement

    [ Publié le 19-10-2018 ]
  • Qualité du miel : les apiculteurs reprochent au SFM de dénigrer la vente directe

    Les organisations d’apiculteurs ont reproché le 19 octobre au SFM (conditionneurs) de dénigrer la qualité du miel en vente directe. «Nous sommes régulièrement contrôlés par les services de l’Etat», affirment la FFAP et l’Unaf dans une lettre ouverte avec la Conf’. «L’affirmation du SFM selon laquelle "les miels d’apiculteurs qui vendent en circuit court échapperaient à tout contrôle" est fausse et diffamatoire», poursuivent-elles, réagissant aux propos des conditionneurs le 4 octobre face à la presse. Et de dénoncer les prix «abusivement bas» réclamés par les négociants. Le SFM a pourtant noté le 4 octobre que «le miel payé aux apiculteurs français est 30 à 40% plus cher qu’en Espagne».

    [ Publié le 21-10-2018 ]
  • Un «bon rendez-vous globalement» avec Didier Guillaume (Christiane Lambert)

    La présidente de la FNSEA, reçue le 18 octobre par le nouveau ministre de l’Agriculture, l’a trouvé «très au fait des sujets, opérationnel tout de suite» et décidé à défendre une «agriculture française productive et durable», a-t-elle déclaré à Agra Presse le 19 octobre. Principaux dossiers évoqués : le TODE (Didier Guillaume est «déterminé à trouver une solution»), la méthanisation (il «soutient» la filière), les accidents climatiques (le ministre se rendra la semaine prochaine dans l’Aude), la sécheresse (la FNSEA a formulé une double proposition : chèque transport pour les fourrages, relèvement de l’avance des aides Pac à 90%), la Pac (Didier Guillaume va entamer «un tour d’Europe en commençant par l’Allemagne»), les ordonnances liées à la loi Egalim (le ministre a dit sa «vigilance absolue»).

    [ Publié le 19-10-2018 ]
  • L’Autorité de la concurrence confirme une enquête sur un potentiel «cartel du jambon»

    À la suite des révélations du Monde le 19 octobre, l’Autorité de la concurrence confirme qu’il y a «bien une enquête en cours » sur une potentielle entente dans le secteur de la charcuterie. D’après un arrêt de la cour d’appel de Paris de 2014, l’enquête porte sur une possible «coordination des industriels de la charcuterie-salaison, à la fois, à la baisse, sur les variations de la cotation du jambon auprès des abatteurs et, à la hausse, sur les prix pratiqués à l’égard de leurs clients de la grande distribution». Les soupçons d’entente portent également sur une coordination, entre les industriels, des réponses aux appels d’offres pour les marques de distributeurs.

    [ Publié le 19-10-2018 ]
  • Vin : les exportations à un record en valeur en 2017/18, les importations aussi

    Les exportations de vin par la France ont atteint un niveau record durant la campagne 2017/18, à 9,35 milliards d’euros (Mrd€), a indiqué FranceAgriMer le 18 octobre. Une performance qui révèle notamment l’efficacité des mécanismes de régulation viticole quand on intègre le fait que la vendange de 2017 était la plus basse depuis l’après-guerre. Le précédent record était en 2016/17, à 8,8 Mrd€. Les destinations en hausse sont les États-Unis et la Chine, l’UE restant la destination prépondérante. Parallèlement, les importations ont-elles aussi augmenté, en valeur. Elles ont dépassé les 900 millions d’euros, atteignant 905 millions. Un trait marquant de ces vins importés est qu’ils montent en gamme.

    [ Publié le 21-10-2018 ]
  • L’AFBV propose un plan de sauvegarde de l’édition génomique

    L’Association française de biotechnologies végétales (AFBV) a indiqué, le 18 octobre, avoir soumis à la Commission européenne un plan de sauvegarde de l’édition génomique. Elle propose, «à court terme, de mettre en place un processus de validation pour les plantes issues de l’édition génomique», qui «pourrait être de la responsabilité d’une autorité à désigner», selon un communiqué. A plus long terme, il s’agit d’«engager une procédure de révision complète de la réglementation sur les OGM». L’association craint un blocage de l’édition génomique après l’arrêt de la Cour de justice de l’UE sur la mutagénèse rendu le 25 juillet dernier.

    [ Publié le 21-10-2018 ]
  • Le secteur des agroéquipements anticipe un maintien de sa croissance en 2019

    Axema a confirmé le 18 octobre sa prévision d’une croissance de 5 % pour l’agroéquipement en 2018, anticipant un maintien de la tendance l’an prochain. Plus d’un dirigeant sur deux déclare connaître une reprise économique. Un résultat d’enquête confirmé par l’Insee : le chiffre d’affaires des entreprises de l’agroéquipement affiche +6 % lors des six premiers mois de 2018. Les perspectives d’activité restent positives au 2ème semestre pour 57 % des dirigeants (contre 47 % l’an dernier). Concernant 2019, deux tiers des sondés anticipent une poursuite de la croissance (supérieure à 2 %) au 1er semestre. Une conjoncture liée à l’amélioration de la situation financière des exploitations ces deux dernières années, selon le président Frédéric Martin.

    [ Publié le 18-10-2018 ]
  • Foie gras : la production se redresse nettement en 2018

    La production française de foie gras devrait atteindre 16 360 tonnes en 2018, a indiqué le Cifog le 18 octobre. Un chiffre en progression de 49 % sur 2017 (10 950 t), mais qui reste en deçà des 19 250 t atteintes en 2015, avant les épisodes d’influenza aviaire de 2016 et 2017. La consommation semble elle aussi au rendez-vous, avec des achats de foie gras de canard en hausse de 2 % en valeur sur les 7 premiers mois de l’année. La dynamique est plus nette encore pour le magret dont les achats par les ménages ont progressé de 7 % en volume et de 11 % en valeur sur les 8 premiers mois de l’année.

    [ Publié le 18-10-2018 ]
  • Le réseau d'écoles d'ingénieurs Fésia devient France Agro

    Le réseau de grandes écoles d'ingénieurs Fesia a annoncé, dans un communiqué de presse du 18 octobre, sa décision de changer de nom pour devenir «France Agro». «Ce changement d'identité intervient dans le contexte à forts enjeux des États généraux de l'Alimentation», indique l'organisation, qui considère que «demain, plus que jamais l'ingénieur agronome occupera une place décisive dans les entreprises de la filière alimentaire». Les quatre écoles d'ingénieurs qui constituent le réseau (Esa à Angers, l'Isa - Yncrea Hauts de France, l'Isara à Lyon et Avignon et l’École d'ingénieurs de Purpan à Toulouse), rejoindront à partir de 2019 la plateforme d'admission Parcoursup, pour «être plus visible auprès des lycéens».

    [ Publié le 18-10-2018 ]
  • Circuits courts : projet de création de plusieurs dizaines de fermes en Ile de France

    Un projet de création ou de reconversion vers le débouché local de plusieurs dizaines de fermes en Ile de France pour alimenter les Franciliens via des circuits de proximité est en cours, a indiqué Sophie Danlos, responsable des activités de production à l’association Fermes d’avenir lors du forum Bioresp, qui s’est tenu le 16 octobre. Ce projet a pour vocation de développer une «agriculture nourricière» de façon massive, en complément des circuits spécialisés. Il s’agit de fournir entre autres la grande distribution de la communauté d’agglomération Coeur d’Essonne « d’ici quelques années », d’assurer le renouvellement des agriculteurs et de créer 2 000 emplois directs et indirects.

    [ Publié le 18-10-2018 ]
  • Veau de boucherie : échec des discussions interprofessionnelles

    Alexandre Merle a démissionné de la présidence de la section veaux d’Interbev en réaction à l’échec des discussions interprofessionnelles conduites avec le Syndicat de la vitellerie française (SDVF), annonce la FNB dans un communiqué du 17 octobre. Alors que la filière était parvenue à un accord, «validé en juillet, portant sur la prestation versée par les intégrateurs aux éleveurs, visant à couvrir leur coût de production (...) force est de constater que cette vision collective n’était plus partagée par l’équipe dirigeante du SDVF.»

    [ Publié le 18-10-2018 ]
  • La CFA «très inquiète» pour l’avenir des PCAE en régions

    Devant l'assemblée générale de la CFA, le 17 octobre à Paris, son président, Jean-Michel Schaeffer, a dit sa «très grande inquiétude» pour l’avenir des Plans de compétitivité et d’adaptation des exploitations (PCAE) en région. Certaines caisses seront «vides en juin 2019». Le Grand plan d’investissement de 5 milliards d’euros sur cinq ans «ne remplacera pas les PCAE», a assuré Philippe Duclaud, directeur général adjoint de la DGPE au ministère de l’agriculture, en précisant que de «nouvelles modalités de ciblage» des PCAE devraient voir le jour en 2019.

    [ Publié le 17-10-2018 ]
  • Fusion de l’Inra et de l’Irstea en 2020 pour une recherche « plus pertinente »

    L’Inra et l’Irstea (institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture) devront fusionner en janvier 2020, ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche Frédérique Vidal et le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. « Souvent quand on parle de fusion on fantasme sur un objectif purement budgétaire. Là, il s’agit vraiment de faire mieux ensemble », a déclaré Frédérique Vidal, citant les recherches d’alternatives aux pesticides, avec une complémentarité entre les solutions agronomiques de l’Inra et la compétence de l’Irstea en surveillance des parasites. Une aide de 4 M€ sera consacrée à la mise en œuvre de cette fusion.

    [ Publié le 17-10-2018 ]
  • Lac de Caussade : l’autorisation est retirée (préfecture)

    Le feu vert, donné par la préfecture du Lot-et-Garonne au projet de retenue d’eau de Caussade, est passé à l’orange, a-t-on appris le 17 octobre auprès de l’administration. Le préfet du département «a retiré l’autorisation, délivrée le 29 juin», selon un communiqué, pointant un «risque contentieux sur la compatibilité du projet avec le Sdage» (schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux, NDLR) susceptible de générer «un enlisement du dossier et un retard significatif». «On ne peut plus attendre», réagit Patrick Franken, président de l’ASA (Association syndicale autorisée) de Caussade, qui promet d’engager les travaux de construction du barrage «même sans autorisation».

    [ Publié le 17-10-2018 ]
  • Aides aux apiculteurs : l'Unaf regrette une réponse «a minima»

    L'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), a partagé le 17 octobre sa «déception», quant au dispositif d'aide de 3M€ annoncé par le ministère de l'agriculture le 12 octobre pour les victimes des mortalités d'abeilles survenues durant l'hiver 2017/2018. L'organisation regrette une réponse «a minima», faite «plus de 6 mois après les mortalités constatées». Elle déplore notamment que les apiculteurs les plus durement touchés ne «disposent pas des fonds nécessaires pour compléter l'aide à l'achat d'essaim, qui représente environ la moitié de son prix». L'Unaf appelle par ailleurs à l'assouplissement des conditions d'octroi de l'aide, réservé aux apiculteurs ayant subi un taux de mortalité de plus de 30% de leurs abeilles.

    [ Publié le 17-10-2018 ]
  • Olivier Alleman devient conseiller stratégie et communication de Didier Guillaume

    Olivier Alleman a été nommé conseiller stratégie et communication au cabinet du nouveau ministre de l'Agriculture de Didier Guillaume, confirme-t-il à Agra Presse le 17 octobre. Olivier Alleman a été animateur et chroniqueur sur plusieurs chaînes de télévision et radio (France TV, Europe 1, Sud Radio...), directeur général délégué et animateur de la chaine Campagnes TV, ainsi que directeur général d'une agence de communication et de production audiovisuelle. L'ensemble du cabinet devrait être nommé d'ici la semaine prochaine, annonce-t-il. Guillaume Macher est d'ores et déjà nommé chef de cabinet ; il exerçait auparavant cette même fonction au ministère des Sports. Béatrice Frecenon occupe le poste de conseillère parlementaire ; elle était jusqu'ici secrétaire générale du groupe socialiste et républicain au Sénat.

    [ Publié le 17-10-2018 ]
  • XXX

    XXX

    [ Publié le 17-10-2018 ]
  • Climat: l'agriculture française n'a pas fait assez d'efforts, selon l'Iddri

    La France n'atteint pas ses objectifs en matière de réduction des gaz à effet de serre (GES), selon une étude publiée le 16 octobre par l'Institut du Développement Durable et des Relations Internationales (Iddri). Et pour l'agriculture, ces émissions n'ont diminué que de 5.8% entre 1990 et 2016, note l'institut. Une baisse liée à la «diminution du cheptel ruminant» et à «l'amélioration de l'efficience dans l'usage de l'azote». Mais ce chiffre est bien en deçà de la moyenne européenne, qui se situe à -20% sur la même période. En cause : la disparition sur le territoire français de «plus de 65%» de la surface des légumineuses en 25 ans, et de «près de 10% de la surface totale des prairies permanentes en à peine 10 ans».

    [ Publié le 16-10-2018 ]
  • TODE: l’association pommes poires lance «un appel solennel» aux parlementaires

    L’association nationale pommes poires (ANPP) «en appelle aux parlementaires» dans un communiqué de presse diffusé le 16 octobre afin de « maintenir le TO-DE et obtenir la compensation intégrale de la perte du CICE », alors que commence le même jour l’examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) par la commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale. La suppression de ce dispositif d’allégement de charge pour les emplois saisonniers «est un couperet pour la filière arboricole française» et «condamne à la faillite l’ensemble des producteurs de pommes et de poires», prévient l’ANPP qui rappelle que la suppression représenterait pour les producteurs «une hausse brutale du coût du travail d’au moins 15%».

    [ Publié le 16-10-2018 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1498

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux