Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Les saisonniers étrangers seront autorisés à travailler trois mois de plus

    Les salariés agricoles étrangers déjà présents sur le territoire pourront voir leur contrat prolongé d’une période exceptionnelle de trois mois. C’est ce qu’a indiqué le cabinet du ministre de l’Agriculture le 7 avril à Agra Presse. D’après le cabinet, un certain nombre de travailleurs étrangers - originaires des pays du Maghreb notamment - ne peuvent pas rentrer chez eux à cause de la fermeture des frontières: «Une ordonnance va être prise la semaine prochaine pour permettre de prolonger ces contrats.» Cette ordonnance devrait permettre aux salariés agricoles européens et des pays tiers, en fin de contrat et déjà présents sur le territoire, «d’avoir exceptionnellement une prolongation possible de trois mois pour pouvoir passer l’épisode de crise».

    [ Publié le 07-04-2020 ]
  • Pac: les Etats membres adoptent leur position sur les mesures transitoires

    Les experts des États membres de l'UE ont donné le 6 avril leur feu vert (à la majorité qualifiée) au mandat de négociation partiel du Conseil sur les mesures de transition pour la Pac en 2021. Le Conseil maintient, à ce stade, une transition d'un an – et non pas de deux ans comme cela est très probable –, mais ajoute dans une déclaration conjointe que la décision définitive sur cette question sera prise ultérieurement, à la lumière de l'évolution de la situation. Le Parlement européen devrait adopter sa position sur ce dossier mi-avril. Pourront alors s'ouvrir des négociations inter-institutionnelles entre les États membres et les eurodéputés, qui pourraient aboutir à un accord final avant la fin du mois de juin.

    [ Publié le 06-04-2020 ]
  • 60 parlementaires lancent une consultation en ligne pour préparer l’après-crise

    Dans un communiqué envoyé le 4 avril, 60 parlementaires proches de l’aile gauche de la majorité, dont Matthieu Orphelin, Cédric Villani, ou encore Sandrine Le Feur, annoncent le lancement d’une consultation en ligne jusqu’au 4 mai pour proposer et débattre de «mesures très fortes, à la hauteur de la crise, pour le climat, la biodiversité, la solidarité, la santé et la démocratie». «Il nous faut réfléchir dès maintenant et collectivement à un grand plan de transformation de notre société et de notre économie», invitent les parlementaires. Onze thèmes sont soumis à consultation sur le site lejourdapres.parlement-ouvert.fr, dont l’Europe, les territoires, ou encore «consommation et santé». Pour ce dernier volet, sous lequel sont rangés les enjeux agricoles, 357 propositions ont déjà été émises.

    [ Publié le 06-04-2020 ]
  • La filière du bioéthanol veut des mesures de sauvegarde face au risque d’importations

    Les exportateurs d’éthanol brésiliens et surtout américains, confrontés à des stocks records, guettent la reprise européenne de la consommation dans quelques semaines pour remplir les premières cuves qui auront été vidées au T1, le terminal d’importation de Rotterdam. Dans un communiqué publié le 6 avril, la filière du bioéthanol alerte sur ce risque et demande aux autorités européennes de mettre en place des mesures de sauvegarde. Pour être prises, ces mesures nécessitent plusieurs semaines, le temps de justifier que l’industrie de l’alcool risque de subir des dégâts durables si les importations arrivent en dessous des coûts de production. En l’occurrence, des mesures de sauvegarde pourraient consister en des droits de douanes.

    [ Publié le 06-04-2020 ]
  • La FNSEA et les JA demandent à Bruxelles d'intervenir sur les marchés «de toute urgence»

    «Nous demandons expressément à la Commission d’engager une action spécifique comme le stockage privé ou la régulation des volumes», lancent la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) dans un communiqué le 3 avril. A la suite du confinement et de la fermeture des restaurants, «des déséquilibres majeurs sont en train de se créer sur certains marchés», soulignent les syndicats majoritaires, jugeant «nécessaire» de «réagir de toute urgence». La FNSEA et les JA appellent donc Bruxelles à activer les outils prévus par le règlement OCM (Organisation commune des marchés). Ils demandent aussi à la Commission d'agir pour les produits non couverts par le règlement OCM (comme les volailles par exemple) «au travers des articles 219 à 222 du règlement qui donnent plein pouvoir à la Commission».

    [ Publié le 05-04-2020 ]
  • Covid-19: le gouvernement lance un site pour candidater dans les secteurs prioritaires

    Lancée le 2 avril par le ministère du Travail, la plateforme web Mobilisationemploi.gouv.fr est accessible «aux demandeurs d’emploi inscrits ou non à Pôle Emploi et aux salariés en activité partielle», indique un communiqué du ministère. L’objectif est de pourvoir plus facilement aux besoins de main-d’œuvre dans l’ensemble des secteurs prioritaires: agriculture, agroalimentaire, mais aussi médico-social, transports, logistique, aide à domicile, énergie et télécoms. L’Association nationale des industries alimentaires (Ania) s’est félicitée de cette initiative, estimant, dans un communiqué le 2 avril, qu'elle «va aider les entreprises de l’agroalimentaire à la mise en place de leurs plans de continuité d’activité».

    [ Publié le 05-04-2020 ]
  • Coronavirus: pas d’épandage des boues d’épuration sans hygiénisation (Anses)

    Saisie en urgence par le ministère de l’Agriculture le 20 mars, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande, dans un avis datant du 27 mars, «de ne pas épandre de boues d’épuration produites durant l’épisode épidémique sans hygiénisation préalable». «Il n’est pas possible de définir avec précision le niveau de contamination pour les boues non traitées, ni de préciser une période de stockage au-delà de laquelle le virus serait inactivé», explique l’agence, justifiant sa précaution par le manque de données.

    [ Publié le 05-04-2020 ]
  • Covid-19: le Congrès mondial de l’IUCN reporté à janvier 2021, toujours à Marseille

    Dans un communiqué conjoint publié le 3 avril, le ministère français de la Transition écologique et l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) annoncent que le Congrès mondial pour la nature, initialement prévu en juin 2020 à Marseille, sera reporté du 7 au 15 janvier 2021 dans la même ville. L’équipe d’organisation précise que les travaux de préparation se poursuivront à distance entre chercheurs d’ici janvier 2021, et que certaines publications, comme l’actualisation de la liste rouge des espèces menacées, seront maintenues en juin.

    [ Publié le 05-04-2020 ]
  • L'asperge commence à reprendre du poil de la bête après la crise

    Deux semaines après le début de la crise conjoncturelle, déclarée le 20 mars, le ciel s’éclaircit pour l’asperge. «La situation s’est radicalement inversée», affirme l’animatrice de l’AOPn Asperges de France Astrid Étèvenaux. «Nous sommes presque passés d’une sur-offre à une sous-offre, les actions mises bout à bout ont porté leurs fruits», explique-t-elle, en faisant référence au soutien des GMS et au plan de communication mis en action par l’interprofession. Côté valorisation, la situation s'améliore également, car les prix de première mise en marché commencent à dépasser le seuil de déclenchement de crise. Ainsi, le 2 avril, l’asperge blanche en vrac du Sud-Ouest (catégorie 1, + de 22mm) affichait une cotation de 6,50 €/kilo au RNM, contre 6 €/kilo le 19 mars.

    [ Publié le 05-04-2020 ]
  • La FNSEA veut une aide de l'UE pour stocker les produits privés de débouchés

    «Nous nous sommes tournés vers le ministre de l'Agriculture pour demander à Bruxelles d'envisager le plus vite possible des mécanismes d'accompagnement et de retrait» des produits agricoles privés de débouchés, a annoncé Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, le 2 avril. «Nous ne pourrons pas trouver des débouché pour tout», a-t-elle précisé, évoquant les produits les plus affectés par la fermeture de la restauration hors domicile: fromages AOP, canards, pintades pigeons, viande (pièces à griller notamment) ou encore pommes de terre. La FNSEA souhaite un «accompagnement financier pour pouvoir stocker, reporter, congeler, bref, faire en sorte que les produits ne soient pas jetés ou détruits», d'après sa présidente, tout en atténuant les pertes économiques pour les agriculteurs.

    [ Publié le 02-04-2020 ]
  • Covid-19: la CFA (aviculteurs) demande des aides spécifiques pour les éleveurs

    «Les difficultés (…) s’accumulent dans les élevages depuis 15 jours», alerte la CFA (aviculteurs, FNSEA) dans un communiqué du 2 avril. Le confinement et la fermeture des restaurants ont provoqué «un très fort ralentissement des achats» en poulets pour la RHD, canards (gras et maigres), pintades, cailles, poulets de Bresse, pigeons et gibier. Ces filières font déjà face à des «allongements de vide sanitaire, [des] arrêts d’activité, [des] abattages anticipés, voire des destructions de cheptel». Le syndicat demande notamment «des mesures équivalentes à l’activité partielle pour les chefs d’exploitation», qui pourraient se traduire en indemnisations pour le rallongement des vides sanitaires entre deux bandes.

    [ Publié le 02-04-2020 ]
  • Climat: la Cop26 est officiellement reportée à 2021

    «Au vu des effets mondiaux en cours du Covid-19, organiser une Cop26 ambitieuse et collective en novembre 2020 n’est plus possible», regrette le comité d’organisation de la prochaine conférence mondiale sur le climat, dans un communiqué conjoint avec le gouvernement britannique daté du 1er avril. La Cop26 devait permettre de faire le point sur les efforts des pays en matière de réduction des émissions, cinq ans après les engagements pris à la Cop21, qui avait abouti aux accords de Paris.

    [ Publié le 02-04-2020 ]
  • Climat: les travaux du Giec retardés par le coronavirus

    Dans un communiqué publié le 2 avril, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), indique que l’épidémie aura «de sérieuses conséquences pour la publication du sixième rapport dans les délais prévus». La version finale du sixième rapport avait été annoncée pour le second semestre 2022, mais certains résultats et recommandations préliminaires, précédemment attendus pour la fin du mois d’avril, seront donc également décalés. Face à l’impossibilité de maintenir l’ensemble des rendez-vous prévus, le Giec annonce que la révision de la seconde version du rapport, qui aurait dû se terminer le 26 avril, se poursuivra donc jusqu’au 5 juin. D'autres rendez-vous et échéances seront également reportées.

    [ Publié le 02-04-2020 ]
  • Aides Pac: le ministère de l'Agriculture reporte la date limite de déclaration au 15 juin

    Concernant les demandes d'aides surfaciques de la Pac pour 2020, «les déclarations pourront (…) être déposées sans pénalités jusqu'au 15 juin», soit un mois plus tard qu'habituellement, annonce le ministère de l'Agriculture dans un communiqué le 1er avril. La télédéclaration est ouverte le 1er avril, comme habituellement. Ce report concerne les aides découplées, les aides couplées végétales, l'ICHN, les aides en faveur de la bio, les MAEC et l'aide à l'assurance récolte. Précision importante: «La date du 15 mai reste celle à laquelle seront appréciés les engagements du demandeur». La FNSEA avait demandé ce report le 17 mars, le jour même où la Commission européenne avait autorisé les Etats membres à retarder la date limite de dépôt.

    [ Publié le 01-04-2020 ]
  • «Des bras pour ton assiette» recense 207 000 inscrits pour travailler en agriculture

    Les cours de l’éthanol-carburant sur les grandes places mondiales dévissent. En seulement dix jours, entre le 17 et le 27 mars, le prix du mètre cube est passé de 552,39 € à 503,50 € en fob Rotterdam, soit près de 50 € de chute. Mais à ces prix, les industriels ne vendent quasiment pas. Du coup ils font tourner leurs usines au ralenti. «Le débouché de l’éthanol-carburant pourrait se réduire jusqu’à 90 % durant la période de confinement, prévue jusqu’à fin avril», évalue Jérôme Bignon, président du SNPAA (Syndicat national des producteurs d’alcool agricole). En France l’éthanol incorporé à l'essence représente 60% du marché de l’alcool. Ce marché a fondu des deux tiers. Il ne représente plus que 20% du marché de l’alcool.

    [ Publié le 01-04-2020 ]
  • Coronavirus: un effet hétérogène sur les entreprises agroalimentaires (Ania)

    Dans le cadre d’une consultation menée fin mars auprès de 530 entreprises du secteur agroalimentaire, l’Ania indique, dans un communiqué le 1er avril, que 22% d’entre elles attendent des hausses de chiffre d’affaires. À l’autre bout du spectre, 26% redoutent en revanche un recul d'activité supérieur à 50%. Car, souligne l’Ania, 70% des entreprises interrogées rencontrent des problèmes logistiques, qui entraînent des surcouts estimés à 16% en moyenne. Côté approvisionnement, si 60 % des entreprises ne rencontrent aucune difficulté, 16% d’entre elles ont du mal à s’approvisionner en matières premières agricoles.

    [ Publié le 01-04-2020 ]
  • Suspension du débat public national sur la Pac

    Après avoir été décalé une première fois il y a deux semaines, le débat national sur la Pac, intitulé Impactons, est «suspendu», annonce la commission dédiée à cet évènement, dans un communiqué paru le 1er avril. La décision fait suite à la réunion de la Commission nationale du débat public (CNDP) le 1er avril, au cours de laquelle il a été décidé de «suspendre tous les débats publics en cours». Un rapport sera rendu fin avril au ministère de l'Agriculture sur les résultats de la consultation sur la hiérarchisation des objectifs du plan stratégique national (PSN), lancée depuis le 23 février. L'Assemblée citoyenne sur l'agriculture (ACA) est reportée au dernier week-end de septembre, et les débats publics dans les territoires se dérouleront à partir du 1er septembre.

    [ Publié le 01-04-2020 ]
  • ZNT: 25 départements bénéficient déjà des réductions de distance (professionnels)

    D’après les informations de la FNSEA, 25 chartes d’engagement auraient été déposées en préfecture au 1er avril suite aux textes officiels ZNT, dans l’ensemble des régions Bretagne, Normandie, Pays-de-Loire, Centre, ainsi que dans les Landes, l’Hérault, la Drôme, le Nord et le Pas-de-Calais. Avant le confinement, douze de ces départements avaient également lancé la phase de concertation. «À partir du moment où la charte est déposée en préfecture, et que le préfet, s’il la juge conforme, signe un récépissé, les agriculteurs peuvent appliquer les réductions de limites», précise Christian Durlin, vice-président de la commission environnement de la FNSEA.

    [ Publié le 01-04-2020 ]
  • Le Cniel débloque 10 millions d'euros pour limiter la production de lait

    Dans une lettre du 31 mars adressée à ses membres, le Cniel (interprofession laitière) annonce vouloir mettre en place un «fonds de solidarité exceptionnel de 10 millions d’euros qui pourra indemniser tout éleveur dans son effort de limitation de production». Il sera financé par la trésorerie de l’interprofession. Mis en place en avril, l’aide sera calculée sur la «totalité du volume non produit – pour une baisse de 2 à 5% sur la base de la production avril 2019 – et pour un prix du lait fixé à hauteur de 320 euros maximum les 1000 litres», explique le Cniel. Avant de pouvoir le mettre en place, l’interprofession demande l’autorisation de la Commission européenne et le soutien des pouvoirs publics français pour l’appuyer en ce sens.

    [ Publié le 01-04-2020 ]
  • Fonds de solidarité: Bruno Le Maire élargit les conditions d'éligibilité

    Le ministre de l'Economie a annoncé, le 31 mars, un assouplissement des conditions d'éligibilité au «fonds de solidarité» destiné aux très petites entreprises touchées par les mesures de lutte contre le coronavirus. «Le seuil de perte de chiffre d'affaires passe de 70 à 50%», a annoncé Bruno Le Maire sur Twitter. Une décision prise «à la suite de très nombreux échanges avec les parlementaires et les organisations professionnelles», a-t-il précisé. Cet assouplissement s'appliquera «dès le mois de mars» - et non à partir du mois d'avril, comme annoncé la veille par le ministre. Le fonds de solidarité permet aux entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1 million d'euros de bénéficier d'une aide forfaitaire de 1500 euros et d'un dispositif anti-faillites au cas par cas.

    [ Publié le 31-03-2020 ]
  • Coronavirus: Bruxelles assouplit les contrôles vétérinaires et phytosanitaires

    La Commission européenne a publié le 31 mars un règlement temporaire, de deux mois, allégeant les contrôles sur la chaîne agroalimentaire, compte tenu de la situation due à l'épidémie de coronavirus. Les contrôles officiels vétérinaires et phytosanitaires sur les animaux, les végétaux, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux pourront donc être effectués par des personnes autres que les autorités compétentes lorsque celles-ci ne sont pas en mesure d'être physiquement présentes. De même, des laboratoires spécifiquement désignés peuvent exceptionnellement être utilisés lorsque les laboratoires officiels ne sont pas disponibles. Et pour les contrôles aux frontières, les documents soumis par voie électronique peuvent exceptionnellement être acceptés.

    [ Publié le 31-03-2020 ]
  • Le Parlement ukrainien entérine sa réforme de libéralisation du foncier agricole

    Portant des masques et gants en raison de l’épidémie du coronavirus, les députés ukrainiens ont définitivement adopté le 31 mars, une loi autorisant la vente des terres fertiles agricoles du pays, notamment à leurs exploitants. Il s’agit d’une condition clé pour le déblocage d’une aide financière du FMI alors que le pays est sous la menace d’un défaut de paiement. La présidence ukrainienne a d’emblée salué comme «historique» cette réforme. Ladite législation fixe un cadre strict permettant aux seuls particuliers ukrainiens de bénéficier de l’ouverture du marché à partir de juillet 2021. En 2024, c’est au tour des entreprises du pays d’être autorisées à acquérir jusqu’à 10 000 ha. L’ouverture aux étrangers est pour l’instant conditionnée à un référendum.

    [ Publié le 31-03-2020 ]
  • Arboriculture: le sud de la France craint une «gelée noire» la nuit prochaine (FFL)

    Les arboriculteurs du sud de la France se préparent à vivre un gros épisode de gel dans la nuit de mardi à mercredi, selon le directeur de la Fédération des fruits et légumes d’Occitanie (FFL) Raphaël Martinez. Interrogé par Agra Presse ce matin, il a indiqué que «tous les secteurs (du sud de la France, ndlr) seront possiblement touchés parce que c’est une gelée noire» (printanière et de forte intensité). «Vu les températures actuelles, ça risque de plus toucher la vallée du Rhône et les Alpes que l’Occitanie, mais on ne sait jamais, les masses d’air peuvent se déplacer» a-t-il précisé. Le directeur de la FFL a indiqué que les arboriculteurs sont d’autant plus sur le qui-vive que les données météorologiques sont moins fiables qu’à l’accoutumée à cause du confinement de certains agents.

    [ Publié le 31-03-2020 ]
  • Le Modef propose de rouvrir les serres et les pépinières

    Alertant sur la situation difficile des horticulteurs et pépiniéristes, dont le commerce est à l'arrêt depuis les restrictions d'accueil de public mises en place mi-mars, le Modef «tire la sonnette d'alarme» dans un communiqué le 30 mars, et propose des mesures pour relancer le commerce de plantes ornementales et légumières. Le syndicat minoritaire demande que les horticulteurs et pépiniéristes puissent commercialiser leurs produits «sur les marchés alimentaires», «en respectant le protocole du gouvernement», précise-t-il; et qu'ils puissent rouvrir les pépinières et les serres au public, «en mettant en place un sas de désinfection à l'entrée». Le Modef argue notamment que «30% des Français vivent et se nourrissent avec leur jardin et jardiner en période de confinement est une excellente manière de s’occuper!»

    [ Publié le 30-03-2020 ]
  • La Commission européenne veut faciliter les déplacements des travailleurs saisonniers

    La Commission a publié, le 30 mars, des orientations pratiques pour garantir la libre circulation des travailleurs exerçant des professions critiques, notamment dans le secteur alimentaire. En ce qui concerne les travailleurs saisonniers, notamment agricoles, la Commission invite les États membres «à échanger des informations sur leurs différents besoins au niveau technique et à établir des procédures spécifiques» pour leur assurer un passage sans heurt aux frontières, afin de remédier aux pénuries de main-d'œuvre dues à la crise. Bruxelles appelle donc instamment les États membres à mettre en place des procédures spécifiques rapides et libres de charges, dont un dépistage médical proportionné, afin de faciliter les déplacements de ces travailleurs.

    [ Publié le 30-03-2020 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1572

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux