Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Phytos: le négoce agricole suspend son mot d’ordre de ne pas déclarer les CEPP

    La Fédération du négoce agricole (FNA) suspend son mot d’ordre de ne pas déclarer les CEPP (certificats d’économie de produits phytos), a-t-elle annoncé le 26 février, jugeant que «les pouvoirs publics confirment s’orienter vers davantage de pragmatisme» dans le dispositif. «La commission d’évaluation annonce une volonté d’avancer rapidement et concrètement sur les fiches "stockage des grains" et "réduction d’impact" avec à la clé une reconnaissance des bonnes pratiques des collecteurs par un nombre significatif de CEPP par action mise en œuvre", selon un communiqué.

    [ Publié le 26-02-2020 ]
  • Phytos: le Conseil national de l'air veut davantage de surveillance

    «Sur les phytos, la question de la surveillance réglementaire dans l’air doit se poser avec plus d’acuité», a déclaré, au Salon le 26 février, Jean-Luc Fugit, député LREM du Rhône et président du Conseil national de l’air (CNA), organisme affilié au ministère de la Transition écologique. Jean-Luc Fugit travaille actuellement avec la ministre de la Transition écologique et Bercy, en vue d’aboutir, à l’automne 2020, à des propositions visant à rendre lisibles les politiques de la protection de l’air et leurs financements, en vue du prochain projet de loi de finances. «Je ferai dans ce cadre des propositions sur les pesticides, parce que je pense qu’il manque des choses», annonce le député.

    [ Publié le 26-02-2020 ]
  • SDHI: l'Anses devrait proposer de renforcer les tests de toxicité mitochondriale

    Le directeur de l’Anses, Roger Genet, a indiqué à Agra Presse que son agence «aura certainement des propositions à faire au niveau européen pour renforcer le dispositif» d'évaluation de la toxicité mitochondriale pour les autorisations de mise sur le marché (AMM), suite à l’article publié en novembre 2019 dans la revue Plos One concernant les SDHI et à la seconde autosaisine de son agence sur le sujet. L’Anses devrait rendre ses conclusions au premier semestre, et le directeur précise que l’Inserm, dans le cadre de travaux en cours sur les effets sanitaires liés aux pesticides, «réfléchit également à cette question». L'étude de Paule Bénit et son équipe met en évidence que «l’utilisation de milieu de culture standard à base de glucose rend impossible de détecter les blocages» des mitochondries, tels qu'observés en présence de SDHI.

    [ Publié le 26-02-2020 ]
  • 9h15 – Conférence de presse « le don, créateur de liens » à la FNSEA – Hall 4, stand B81
    9h30 - 5e entretien de l’Observatoire de la formation des prix et des marges - Hall 4, Allée B, Stand 94
    10h-12h30 - Conférence de la Coopération agricole sur l’initiative « Code Online Food » - Hall 4, Stand B57
    10h - Thema «Agroécologie» de La Coopération Agricole - Hall 4, Allée B, Stand 57
    10h – Conférence de presse «Attentes des agriculteurs et nouvel agenda rural» - Hall 4, stand FNSEA
    10h-12h - Rencontre Inrae «Des grands défis pour l’élevage» - Hall 4, Allée B, stand 91
    10h30 - Table-ronde sur la méthanisation avec EM Normandie, Groupama - Hall 4, Allée D
    11h - Conférence de presse sur le soin par les plantes, Confédération paysanne - Hall 4, Allée C stand 29
    11h - Remise des prix du concours Agri.mouv, Chambres d’agriculture et FNGEDA – Hall 4, stand B102
    12h30-14h30 - Table ronde du cabinet Jeantet sur la concurrence et le secteur agricole » - Hall 4, stand C59
    13h30 - Table Ronde «Commercialiser ses produits en circuits courts», Crédit Agricole - Hall 4, Allée B, Stand 32
    14h - Conférence de presse pour la Campagne Décidons de notre alimentation, (Conf’) - Hall 4, Allée C stand 29
    14h30 - Rencontre avec le président de l’Observatoire des prix et des marges - Hall 4, Allée B Stand 94
    15h - Partenariat sur les matériaux de construction entre la FNSEA et Unicem – Hall 4, Allée B, stand n°81
    15h - Table-ronde sur les circuits-courts avec l’EM Normandie, Groupama - Hall 4, Allée D
    15h – Conférence d’Axereal sur la farine « blockchain » - Hall 4, stand B57
    16h – Blockchain sur le véritable petit beurre, Mondelez International - Hall 2.2, allée D, Stand 47
    15h – Signature d’une convention FNSEA/Vinci Autoroutes – Hall 4, stand FNSEA hall 4, B81
    16h - Conférence de presse de la Section des fermiers et métayers (FNSEA) - Hall 4 Allée B, n°81
    20h - Soirée Graine d'agriculteur (Jeunes agriculteurs) - Terminal 7

    [ Publié le 26-02-2020 ]
  • L'UE attend un décret du Kremlin pour transporter du porc en train vers la Chine

    L'Union européenne, et en particulier les exportateurs de viande porcine, attendent un décret du Kremlin autorisant le transit ferroviaire par le territoire russe de produits concernés par l'embargo alimentaire en place depuis 2014. Ce feu vert permettrait de développer le transport ferroviaire de produits alimentaires entre l'UE et la Chine. Selon un rapport de l'association France Russie pour l'agroalimentaire (Afra), présenté le 26 février au Salon de l'agriculture, après parution du décret, il sera «possible d'envisager le transport ferroviaire vers la Chine à partir du premier trimestre 2020». Le transport ferroviaire de marchandises vers la Chine est habituellement deux fois plus cher que le transport maritime, mais dure deux fois mois longtemps (environ 20 jours, contre 40 à 50 jours).

    [ Publié le 26-02-2020 ]
  • Pac: le règlement de transition met les Régions dans l'embarras budgétaire

    Le règlement de transition de l'entre deux Pac, actuellement en négociation à Bruxelles, ne permettrait pas certains transferts budgétaires attendus par l'Etat français et les régions, plaçant ces dernières dans une situation budgétaire difficile, a-t-on appris auprès de Régions de France le 25 février. Face à un assèchement des fonds européens de l'actuelle programmation pour financer les aides pluriannuelles (aides bio notamment), les Régions avaient avancé leurs propres budgets, comptant sur la programmation suivante des aides européennes (2021-2027) pour se rembourser. Or ce transfert ne serait finalement possible que sur les années de transition (2021-2022) et non la programmation complète. «Il manque 250 à 500M€», indique-t-on chez Régions de France. «L'agriculteur est protégé, il sera payé. Le problème c'est de savoir qui va assumer».

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • Les Régions déçues après un rendez-vous annulé par Didier Guillaume

    Le président de Régions de France Renaud Muselier a fait part de sa déception, le 25 février, après que le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume a annulé sa venue à une rencontre prévue dans la matinée qui devait les rassembler les Régions et l'Etat autour du Commissaire européen à l'agriculture Janus Wojcieckowski, en présence de représentants des chambres d'agriculture et de syndicats agricoles. En conséquence de cette défection du ministre, le Commissaire a lui-même annulé sa venue. «Cela aura des conséquences importantes que l'on ne peut pas encore mesurer. Les calendriers ont toujours des conséquences majeures, a déclaré Renaud Muselier. Avec quelle idée va repartir le Commissaire? Il va se dire que les Français restent des Français.»

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • Abattoir de Sobeval: pour L214, le ministère de l'Agriculture a menti dans sa réaction

    Dans un communiqué du 25 février, L214 demande la démission de Didier Guillaume, reprochant au ministre de l'Agriculture, à ses services et à la préfecture, d'avoir «sciemment choisi de mentir» dans leur réaction à une vidéo de l'association diffusée le 20 février. Dans cette enquête, L214 dénonçait de «multiples» «violations de la loi» à l'abattoir de Sobeval (Dordogne). Dans un communiqué du 19 février, la préfecture de Dordogne affirmait qu'«au premier visionnage des vidéos de l’association, il n’y a pas de mise en évidence de non-conformité à la réglementation». Une version contredite par L214, qui publie un échange de mails entre fonctionnaires du ministère de l'Agriculture (qu'elle dit avoir reçu par erreur). Ces discussions sur les éléments de langage en réaction à la vidéo évoquent une «liste des NC (non conformités, NDLR) indéniables, voire majeures relevées».

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • Les Républicains se lancent dans un «tour des champs de France»

    Dans le cadre de la refondation des idées du parti, Les Républicains ont annoncé, lors d’une conférence de presse du 25 février, le lancement d'un «tour des champs de France». Avec les présidentielles en ligne de mire, l’objectif est de se doter d’un «véritable projet d’avenir» sur l’agriculture, explique Christian Jacob, président du parti. En revenant sur les enjeux économiques, géostratégiques et sociétaux du secteur, il a largement rappelé la vocation exportatrice de l’agriculture française, qui reste un postulat de départ de leurs travaux. Pendant environ un an, les élus LR «recevront tout le monde» quelles que soient les sensibilités.

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • Brexit: mandat de négociation des Etats membres pour un accord commercial

    Les ministres des Affaires européennes de l'UE ont adopté le 25 février le mandat de négociation de la Commission européenne pour la future relation avec le Royaume-Uni. Londres devrait de son côté adopter son propre mandat le 27 février. Les premiers pourparlers pourront donc débuter début mars en vue de parvenir à un accord commercial – au moins sur les questions des échanges de biens y compris agricoles et de pêche – d'ici à la fin de l'année quand le Royaume-Uni quittera le marché unique. L'UE espère éviter tous droits de douane et tous quotas sur les biens échangés entre l’UE et le Royaume-Uni tout en garantissant des conditions de concurrence loyale en matière fiscale ou environnementale.

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • Sous-exploitation des données du ministère de l’Agriculture (Cour des comptes)

    Dans son rapport public annuel publié le 25 février, la Cour des comptes souligne «un potentiel à mieux exploiter» des données du ministère de l’Agriculture. Dans le tome II du rapport dédié au numérique dans l’action publique, les magistrats de la rue Cambon assurent pourtant qu’il s’agit d’une «nécessité pour améliorer l’action du ministère». «Il manque d’une vision globale sur les données déjà publiées et les modalités de leur publication», assurent-ils. Outre, «l’exploitation des données en masse pour innover et améliorer les politiques publiques», ils recommandent «la mise à disposition auprès de tiers extérieurs à l’administration pour favoriser les réutilisations».

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • La Cour des comptes étrille les abattoirs publics

    «Les abattoirs publics ne rendent plus le service pour lesquels ils ont été conçus», déplore Jean-François Monteils, président de la chambre régionale des comptes de Nouvelle Aquitaine, dans un entretien à Agra Presse le 24 février. Dans son rapport public annuel 2020, publié le 25 février, la Cour des comptes constate une situation financière des abattoirs publics «dégradée» du fait notamment d’équipements «surdimensionnés et sous-exploités» et de tarifs trop bas. Les magistrats de la rue Cambon assurent que les charges pour les contribuables imputables aux abattoirs publics sont «rarement justifiées» et que leurs déficits «sont trop souvent pris en charge par les collectivités» de rattachement dont ils «déséquilibrent les finances».

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • Instituts techniques: l’Itab «est sorti de l’urgence», selon son directeur

    Interrogé par Agra Presse le 24 février, Arthur Thomas, directeur de l’Itab (institut technique en agriculteur biologique) considère que son institut est «sorti de l’urgence». L'établissement avait été placé en redressement judiciaire en juin 2019. Indiquant se concentrer sur la reconstruction de l’équipe, la relation avec les partenaires, et la continuité des programmes, le directeur en poste depuis novembre 2019 déplore les polémiques autour de l’institut du bio, relancées par une récente tribune de chercheurs sur le site d'information Reporterre, qui alertaient sur l’«affaiblissement» de l'institut. L’Itab travaille à l’élaboration de nouveaux partenariats au-delà des 72 existants, indique son directeur. «Il faut qu’ils retrouvent une place dans le réseau», estime pour sa part Jean-Paul Bordes, directeur de l’Acta.

    [ Publié le 24-02-2020 ]
  • Les ZNT pourront bien être réduites avant validation d'une charte (professionnels)

    Lors de sa visite d'inauguration du Salon, le président de la République Emmanuel Macron aurait annoncé aux responsables agricoles et viticoles qu’ils peuvent compter sur une solution temporaire, en attendant l’élaboration des chartes de riverains, pour abaisser les distances de non-traitement jusqu'à 3 m, ont déclaré les dirigeants de la filière le 24 février au Salon. À partir du moment où l’agriculteur utilise le matériel adapté (décrit dans l'annexe 4 de l'arrêté du 27 décembre 2019) et où une charte est déposée, mais non encore validée (il faut six mois pour une validation), les agriculteurs pourront traiter à une distance inférieure à 10 mètres sans être sanctionnés, a-t-on appris auprès de la filière. Les professionnels se sont félicités de la sécurisation juridique de ce mécanisme prévu dans une instruction technique de la DGAL du 3 février.

    [ Publié le 24-02-2020 ]
  • Climat: le Giec mise sur la pédagogie à l'attention des politiques

    Le Giec devrait rendre la synthèse de son sixième rapport le 26 avril prochain, a rappelé l’organisation à l’occasion d’une conférence de presse en amont de sa 52e session plénière à Paris dans les locaux de l’Unesco. Une synthèse qui devrait se concentrer sur les recommandations aux décideurs comme le précise Hoesung Lee, président du Giec, «afin que nos rapports soient les plus pertinents et les plus utiles possibles pour les politiques publiques». Car, pour l’heure, selon le président du Giec, «par rapport à nos résultats, il y a un manque de réponse des gouvernements».

    [ Publié le 24-02-2020 ]
  • Santé végétale: l'émergence de ravageurs s'accélère (Anses)

    En ce début d'Année internationale de la santé des végétaux (FAO), l'Anses, a profité du Salon de l'agriculture pour tirer la sonnette d'alarme sur l'émergence de ravageurs des végétaux, dont le rythme s'est accéléré en 2019. «La situation est de plus en plus préoccupante, le nombre d'émergences augmente énormément», a déclaré le directeur général de l'Anses, Roger Genet, le 24 février en conférence de presse. L'agence recensait «jusqu'à l'an passé», trois émergences «majeures»: le nématode du pin, Xylella fastidiosa et la maladie du dragon jaune. «Depuis 2019, nous avons trois émergences supplémentaires», recense Roger Genet: le virus ToBRFV (tomates), la mouche des fruits Bactrocera dorsalis et la maladie de Panama (bananes).

    [ Publié le 24-02-2020 ]
  • Position commune de la FNSEA, des JA, de la Conf' et de la CR sur le budget de la Pac

    A l'occasion de la visite du Premier ministre Edouard Philippe au Salon de l'agriculture le 24 février, les représentants des quatre principaux syndicats agricoles ont exprimé une position commune sur le budget de la Pac. Les élus de la Confédération paysanne, de la Coordination rurale, de la FNSEA et des JA ont soutenu la position suivante, confirment-ils à Agra Presse: un objectif de 380 milliards d'euros pour la prochaine programmation et un refus en dessous de 375 milliards. «Nous partageons avec le gouvernement une ambition forte sur le budget de la Pac», explique le président des JA, Samuel Vandaele, à l'initiative de cette expression commune. «C'est le plus petit dénominateur commun», résume de son côté le porte-parole de la Confédération paysanne, Nicolas Girod.

    [ Publié le 24-02-2020 ]
  • Concertation sur la Pac: la France revendique le dispositif le plus poussé de l’UE

    Lors de la présentation du débat national sur la Pac, nommé «Impactons», mené par la Commission nationale du débat public (CNDP), la présidente du débat, Illaria Casillo, a souligné que «la France est le pays le plus qui a le dispositif le plus poussé sur cette concertation nationale». À l’issue des travaux d’une assemblée de 140 membres tirés au sort, et de 30 débats publics organisés sur tout le terrtioire entre le 23 février et le 31 mai, la CNDP remettra son rapport au ministère de l’Agriculture fin juillet. Alors que les travaux sur le Plan national stratégique (PSN) sont déjà en cours au sein du ministère, la CNDP s’est engagée à publier des résultats dès le mois de mars.

    [ Publié le 24-02-2020 ]
  • Des interprofessions satisfaites d'entendre le Président parler export et compétitivité

    A l'occasion de son déjeuner avec les présidents des interprofessions le 22 février, le Président de la République a largement évoqué les problématiques de compétitivité et d'export, à la satisfaction des professionnels présents. «Il a compris nos préoccupations, rapporte Guillaume Roué, président de l'interprofession porcine. La compétitivité est placée au centre, même si les considérations environnementales sont une épée de Damoclès». Emmanuel Macron aurait évoqué des objectifs à l'export : réouvrir le marché russe, continuer la dynamique en Chine et rebondir en Afrique. Le Pacte productif a également été abordé ; le secteur agricole devrait être consulté prochainement afin de faire de propositions sur la manière dont il souhaite être soutenu, aurait annoncé le président.

    [ Publié le 22-02-2020 ]
  • Plan protéine: une piste de financement de 50M€ via le Green Deal (syndicat)

    Lors de sa rencontre au Salon de l'agriculture avec des représentants des productions grandes cultures le 22 février, le président de la République aurait évoqué une piste de financement «hors Pac» de 50 millions d'euros pour abonder le prochain plan protéine, rapporte le président de la Fop (oléoprotéagineux), Arnaud Rousseau. Ces fonds seraient issus du Green Deal, la nouvelle politique d'investissement présentée en décembre par la Commission européenne. Emmanuel Macron aurait par ailleurs «reconnu que le travail n'avançait pas assez vite» sur ce dossier.

    [ Publié le 22-02-2020 ]
  • Sucre: bientôt un délégué interministériel dédié à la «sortie de crise» (syndicat)

    Lors de sa rencontre au Salon de l'agriculture avec des représentants des productions grandes cultures le 22 février, le président de la République aurait annoncé le projet en cours de nommer un délégué interministériel dédié à la sortie de crise de la filière sucrière, rapporte le président de la CGB (betteraviers), Franck Sander. Emmanuel Macron aurait précisé que ce delégué aurait un accès au Premier ministre, précise-t-il. «Le président a pris conscience de la situation», se félicite le betteravier.

    [ Publié le 22-02-2020 ]
  • Agenda du mercredi 26 février

    XXX

    [ Publié le 25-02-2020 ]
  • XX

    XX

    [ Publié le 22-02-2020 ]
  • Mediapart accuse la FNSEA d'avoir détourné de son usage un fonds paritaire

    Dans un article publié par Mediapart le 21 février, second épisode d'une série d'articles dédiée au syndicat majoritaire, le journal accuse la FNSEA d'avoir détourné de son usage un fonds dont elle bénéficie pour assurer une mission d'observatoire de l'emploi agricole. Financé par les cotisations obligatoires patronales, ce fonds, intitulé GPE (Gestion Prévisionnel de l’Emploi), bénéficie chaque année à la FNSEA à hauteur de 7 millions d'euros, au titre de sa représentativité chez les exploitants employeurs de main d'oeuvre. Selon les informations de Mediapart, le syndicat majoritaire aurait utilisé une partie de ses fonds pour «renflouer les caisses d’associations [spécialisées, ndlr] à l’agonie» citant notamment la FNPF (producteurs de fruits) ou encore «financer des campagnes électorales aux chambres d’agriculture».

    [ Publié le 21-02-2020 ]
  • Emballages plastiques : Interfel menace de mettre fin à son plan de filière

    Le 20 février dans une lettre ouverte à la secrétaire d’État à l’environnement Brune Poirson, Interfel a dénoncé l’interdiction des emballages plastiques pour les lots de fruits et légumes de moins de 1,5 kg dès le 1er janvier 2022. L'interprofession des fruits et légumes frais estime cette décision «inapplicable dans ces délais» et reproche aux pouvoirs publics un manque de concertation. «Ceci remet fondamentalement en cause les objectifs ambitieux de notre plan de filière pour lequel nous nous interrogeons sérieusement à informer le président de la République de notre obligation, dans ces conditions d’y mettre fin», dit la lettre. L'interdiction s’inscrit dans la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire, parue au journal officiel le 10 février.

    [ Publié le 21-02-2020 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1567

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux