Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Baisse de la production de carotte dans l'ouest suite au non-renouvellement du 1,3-DCP

    Le non-renouvellement, au 3 juin 2018, de la dérogation pour l’utilisation de l’herbicide 1,3-DCP aurait entraîné, dans l'ouest de la France, une baisse de 11% des surfaces implantées en carottes, lors de la campagne de mai 2018 à avril 2019, selon une note de conjoncture du ministère de l'Agriculture, parue le 19 avril. Selon les dernières estimations, les surfaces nationales seraient en repli de 6% sur un an et de 3% par rapport à la moyenne quinquennale. Le bassin sud-ouest, principal producteur, verrait ses surfaces implantées reculer de 4%. La production française, quant à elle, reculerait de 10% sur un an, à 278000 tonnes, en raison de conditions climatiques particulièrement défavorables. Le printemps a été pluvieux et l’été chaud et sec.

    [ Publié le 19-04-2019 ]
  • L'interprofession apicole reconnue par les pouvoirs publics (JO)

    Dans un arrêté paru le 19 avril au Journal officiel, l'interprofession des produits de la ruche (Interapi) est reconnue en qualité d'organisation interprofessionnelle. Une fois reconnue, une interprofession peut demander aux pouvoirs publics d'étendre ses accords, c'est à dire les rendre obligatoires pour l'ensemble des membres des professions couvertes par l'interprofession. Née le 29 janvier 2018, Interapi comprend à la fois des acteurs de la production, et de la distribution, réunis en deux collèges. L’interprofession devait présenter son plan de filière au gouvernement avant fin mars. Elle prévoit de créer une contribution volontaire obligatoire, payée par les acteurs de l’amont et de l’aval.

    [ Publié le 19-04-2019 ]
  • Agenda de la semaine agricole du 22/04/2019

    Mardi 23 avril
    Présentation des résultats 2018 de Terrena, à Ancenis

    Mercredi 24 avril
    Présentation (attendue) des ordonnances prix abusivement bas et séparation vente/conseil des phytos en Conseil des ministres
    Salon Medfel, à Perpignan

    Jeudi 25 avril
    Congrès de la Cnaoc, à Colmar
    Élection du bureau national et du président du Modef
    Lancement de la démarche Epiterre (services environnementaux) par la FNSEA et Imagin’Rural

    Vendredi 25 avril
    Observatoire européen du marché du sucre

    [ Publié le 19-04-2019 ]
  • Elevage: le syndicalisme majoritaire dénonce une accélération des intrusions

    Dans deux communiqués distincts parus le 18 janvier, du tandem FNSEA/JA et de deux sections spécialisées (CFA et FNP), le syndicalisme majoritaire dénonce une accélération des intrusions dans les élevages porcins et avicoles «depuis quelques semaines». La CFA et la FNP en recensent «une vingtaine depuis le début de l'année». La plus médiatique fut celle du journaliste Hugo Clément il y a quelques jours, dans un élevage de poulets. «Les éleveurs sont à bout», témoignent la CFA et la FNP. La FRSEA et les JA de Bretagne organisaient le 18 avril une manifestation, au siège d'Avril en Ille-et-Vilaine, pour dénoncer celle organisée par les militants de L214, au même endroit, qui demandaient au groupe un arrêt de l'élevage de poules en cage.

    [ Publié le 19-04-2019 ]
  • Cristal Union envisage de fermer deux sucreries

    Cristal Union envisage la fermeture de deux sucreries et une réduction de l’activité de conditionnement sur un autre site, a-t-il indiqué le 18 avril. «Le conseil d'administration de Cristal Union a décidé de mettre à l'étude le projet de fermeture des sites de Bourdon (Puy-de-Dôme) et de Toury (Eure-et-Loire), ainsi que le projet d'arrêt partiel de l'activité de conditionnement du site d'Erstein (Bas-Rhin)», selon un communiqué. Le groupe coopératif, qui présente «des résultats négatifs pour l’exercice clos le 31 janvier 2019», se dit à la recherche de repreneurs et de solutions alternatives à la fermeture des deux sites.

    [ Publié le 18-04-2019 ]
  • Évaluation des risques: Strasbourg valide le renforcement de la transparence

    Le Parlement européen a adopté, le 17 avril à Strasbourg, l’accord trouvé avec les États membres au mois de février sur le renforcement de la transparence du processus d’évaluation des risques, notamment des produits phytosanitaires. Cette révision de la législation qui répond à l’initiative citoyenne «stop glyphosate», prévoit notamment un meilleur accès du public aux études soumises par l'industrie, l'établissement d'un registre européen pour que soient prises en compte toutes les études existantes ou encore la possibilité pour l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) de mener ses propres études complémentaires financées par le budget de l’UE. Le texte doit désormais être approuvé formellement par les États membres avant son entrée en vigueur définitive.

    [ Publié le 18-04-2019 ]
  • Tereos demande aux auteurs de la plainte au parquet antiterroriste de démissionner

    Le conseil de surveillance de Tereos, visé par une plainte pour «actes de terrorisme et complicité d'actes de terrorisme», classée sans suite, a demandé le 18 avril aux auteurs de ces accusations de démissionner. «Ces huit personnes ont mis gravement en danger les coopérateurs et les salariés en accusant Tereos» dans l’affaire du sorbitol retrouvé en Syrie, selon un communiqué. «La réputation de Tereos a été durablement entachée, en France comme à l'international», déplore le groupe. Tereos avait par ailleurs réagi en déposant plainte pour dénonciation calomnieuse et une audience se tiendra le 4 juin. Sont notamment cités à comparaître les trois frondeurs pour lesquels la justice a suspendu le 20 décembre l’exclusion de la coopérative.

    [ Publié le 18-04-2019 ]
  • Au congrès de la Conf’, Guillaume timidement applaudi

    Intervenant le 17 avril en clôture de la première journée du congrès de la Confédération paysanne, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a été timidement applaudi, «sans apporter beaucoup de réponses», a estimé Laurent Pinatel, qui a longuement interpellé le ministre à son arrivée. Ce dernier a malgré tout donné quelques gages sur la future loi foncière (objectif de «zéro artificialisation» inscrit dans la loi), le pastoralisme («le loup n'est plus une espèce en voie de disparition») ou sur l’assurantiel pour lequel il s’est dit favorable à un système «mutualisé inter-filière». Il n’a en revanche pas répondu aux attentes du syndicat sur la suite des États généraux de l’alimentation, sur un plafonnement des aides Pac ou la revalorisation des retraites agricoles.

    [ Publié le 18-04-2019 ]
  • Un économiste propose d'utiliser le budget de la Pac pour la protection du patrimoine

    Suite à l'incendie de Notre-Dame de Paris, l'économiste Jacques Delpla (École d'économie de Toulouse) propose, dans une tribune publiée dans Les Échos le 18 avril, de renationaliser la Pac pour réaffecter son budget européen vers la protection du patrimoine. Selon lui, la Pac «n'a plus de raison d'être», car «les marchés assurent sans problème une alimentation de qualité pour l'Europe». Et «tant que la France s'accroche au maintien de la Pac, elle n'a pas de crédibilité à demander une réforme du budget de l'UE». L'économiste propose donc de «transférer la responsabilité de la politique agricole aux Etats, voire aux régions», et de réaffecter le budget européen jusqu'ici consacré à l'agriculture, vers la protection du patrimoine (normes de sécurité et d'entretien élevées).

    [ Publié le 18-04-2019 ]
  • Pommes de terre : Meteo Protect et l’UNPT lancent des assurances spécifiques

    Le courtier en assurance Meteo Protect et l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) ont présenté le 17 avril six solutions assurantielles spécifiques à la filière. Cela concerne quatre aléas climatiques : gel de printemps sur fécule, coup de chaud et stress hydrique en été, excès d’eau à la récolte, selon un communiqué commun. Les couvertures sont «modulables»: le producteur peut ajuster la période d’assurance, la surface, le capital assuré, soulignent les deux partenaires. Elles se déclenchent «automatiquement, dès que les indices météorologiques sont atteints» et offrent comme avantages une indemnisation sans franchise, sans expertise.

    [ Publié le 17-04-2019 ]
  • Le dioxyde de titane interdit dans les denrées alimentaires

    Les ministères de l’Économie et de la Transition écologique ont annoncé, dans un communiqué du 17 avril, l’interdiction de mise sur le marché des denrées alimentaires contenant du dioxyde de titane (E171) à partir du 1er janvier 2020. Le gouvernement suit l’avis du 15 avril de l’Anses, qui a réitéré ses recommandations concernant cet additif alimentaire classé comme «cancérigène possible» par le Circ. À l’issue de son expertise des «études les plus récentes», l’agence de santé a en effet indiqué ne pas disposer «d’éléments nouveaux permettant de lever les incertitudes sur l’innocuité» de cet additif. Utilisé pour ses propriétés colorantes et opacifiantes, son interdiction avait été adoptée par les députés, dans la loi Egalim, mais Bercy avait reporté la parution des arrêtés.

    [ Publié le 17-04-2019 ]
  • Sexage des poussins in ovo: le projet français patine

    Lancé en 2015, en partie sur fonds publics, le projet français de développement d'une technique de sexage in ovo des poussins, afin d'éviter le broyage des mâles, connaîtrait des difficultés. Selon deux sources présentes lors d'une réunion Conseil national d'orientation de la politique sanitaire animale (Cnopsav), fin mars, le ministère de l'Agriculture y aurait annoncé que l'entreprise qui pilote les recherches, Tronico, a mis de côté, faute de résultat satisfaisait, la technologie optique sur laquelle elle concentrait jusqu'ici ces efforts. L'entreprise se tournerait désormais vers des techniques intrusives, proches de celle proposée par l'entreprise allemande Seleggt depuis novembre. Aucun nouveau calendrier n'aurait été annoncé. Le cabinet du ministre de l'Agriculture n'a pas confirmé l'information.

    [ Publié le 17-04-2019 ]
  • Jean-François Loiseau élu président de la Meunerie française

    L’ANMF (Association nationale de la meunerie française) annonce l’élection le 15 avril de Jean-François Loiseau comme président. Il succède à Lionel Deloingce, en poste depuis novembre 2015. Jean-François Loiseau est à la tête du groupe coopératif Axéréal, présent dans la meunerie via sa filiale Axiane. La meunerie française revendique un chiffre d’affaires d’environ 1,8 Mrd € avec près de 420 unités de production utilisant quelque 5,3 Mt de blé.

    [ Publié le 17-04-2019 ]
  • Poulehouse initie en France la vente d'oeufs issus de poules sexées in ovo

    La start-up Poulehouse, qui commercialise des œufs avec la promesse que les poules qui les ont pondus ne sont pas abattues, a reçu, le 17 avril, une première livraison de poussins femelles sélectionnés grâce à une technique de sexage dans l’œuf, qui permet d'éviter l'abattage controversé des poussins mâles. Le surcoût correspond à 2 cents/œuf vendu au consommateur, explique Fabien Sauleman, co-fondateur de Poulehouse, qui assure que ce surcoût sera pris en charge par sa société. La technique est proposée par la société germano-hollandaise Sellegt, qui est la première à avoir mis une technique de sexage in ovo sur le marché, depuis novembre. Il s’agit d’une technique de prélèvement de liquide amniotique dans l’œuf, neuf jours après la ponte. En France, un autre projet, mené par la société Tronico depuis 2015, mise sur une technique optique, mais n'a pas encore abouti.

    [ Publié le 17-04-2019 ]
  • Négociations commerciales : une déflation de 0,4 % en 2019 (médiateur)

    Le médiateur des relations commerciales agricoles fait état d’une déflation de 0,4 % durant les négociations commerciales de cette année, à l'issue du comité de suivi le 16 avril à Bercy réunissant producteurs, transformateurs et distributeurs. «L’observatoire des négociations commerciales (…) entérine une diminution de 0,4% du prix d'achat des produits alimentaires vendus sous marque nationale pour l’année 2019 et confirme une nouvelle hausse pour les produits laitiers», selon un communiqué. Concernant le frais, les produits laitiers (dont œufs) atteignent +1,4 % quand les produits non laitiers (viande, charcuterie, saurisserie, traiteur…) affichent -0,7 %.

    [ Publié le 17-04-2019 ]
  • Report de la parution de deux ordonnances après l'incendie de Notre-Dame de Paris

    La parution de deux ordonnances très attendues par le secteur agricole et agroalimentaire a été reportée d'une semaine, suite à l'incendie de Notre-Dame de Paris, le 15 avril, indique-t-on au cabinet du ministre de l'Agriculture. En effet, le Conseil des ministres du 17 avril sera consacré exclusivement à l'incendie. Prévues initialement à l'ordre du jour, les ordonnances portant sur le prix abusivement bas et la séparation de la vente et du conseil des phytos devraient donc être présentées lors de la prochaine réunion du Conseil, prévoit le cabinet.

    [ Publié le 16-04-2019 ]
  • Un prix littéraire pour promouvoir l'agriculture et l'agroalimentaire français

    Le Comité Sully annonce, dans un communiqué le 16 avril, la création d'un prix littéraire récompensant un ouvrage «ayant contribué significativement aux réflexions et au rayonnement de la filière agricole et agroalimentaire française». Le nom du premier lauréat sera révélé le 15 octobre. La création de ce prix s'inscrit dans le cadre de l'activité «de promotion de la filière agricole et agroalimentaire» de ce Comité né en 1984, qui se définit comme un «lieu privilégié d’échanges et de débats», réunissant «de nombreux chefs d’entreprises, financiers et experts français». Depuis 2017, il est présidé par Jean-Philippe Girard (ex-président de l'Ania), qui avait succédé à Xavier Beulin (ex-président du groupe Avril et de la FNSEA).

    [ Publié le 16-04-2019 ]
  • L'objectif de 50% d'oeufs français en alternatif devrait être atteint fin 2020

    L'objectif que s'était fixé, en 2016, l'interprofession de l’œuf (CNPO) de produire 50% des œufs français dans des modes d'élevage alternatifs (bio, plein air, sol) d'ici 2022 pourrait être atteint plus tôt que prévu, a annoncé le vice-président Loïc Coulombel, lors d'une conférence de presse le 16 avril. «Si nous continuons sur le même rythme, nous y serons fin 2020», a-t-il déclaré, avant d'alerter sur le «respect de l'équilibre entre offre et demande». En 2018, 42,2% des poules étaient élevées en alternatif (contre 36,7% en 2017). Le plein air (hors Label Rouge) atteint 16,4% (15,7% en 2017), le Label rouge 5% (4,4%), le bio 12,9% (10,2%), et le sol 8% (6,4%). Côté consommation, les ventes (toutes catégories confondues) progressent en grandes surfaces (+1,9% en volume ; +3,5% en valeur). «Les oeufs alternatifs sont le moteur de la consommation», a expliqué le secrétaire général du CNPO Maxime Chaumet. Chez les adultes, la consommation se développerait notamment autour du brunch.

    [ Publié le 16-04-2019 ]
  • Fédération du négoce agricole: François Gibon nommé délégué général par intérim

    La FNA a annoncé le 16 avril la nomination comme délégué général par intérim de François Gibon, actuellement directeur du groupement régional Négoce agricole Centre-Atlantique. «En attente du recrutement d’un nouveau délégué général», François Gibon se voit confier la représentation institutionnelle des négociants, l’accompagnement juridique et technique des entreprises, selon un communiqué. Il devra aussi «gérer les dossiers d’actualité, dont la suppression des 3R (remises, rabais, ristournes, NDLR) et la séparation du conseil et de la vente» concernant les phytos, indique la FNA. François Gibon remplace Isabelle Guédra, en poste depuis le 19 novembre.

    [ Publié le 16-04-2019 ]
  • Restauration collective: un décret précise l'expérimentation de l'affichage renforcé

    Un décret d'application paru au Journal officiel le 16 avril précise les modalités selon lesquelles des collectivités territoriales peuvent, à titre expérimental, «rendre obligatoire l'affichage de la composition des menus dans les restaurants collectifs dont ils ont la charge». Prévue par la loi Egalim, cette expérimentation durera trois ans, sur la base du volontariat des collectivités. L'affichage doit à minima mentionner les catégories de produits intégrées aux objectifs d'approvisionnement fixés par la loi Egalim (Bio, AOP, IGP, Label rouge...). L'affichage peut aussi faire apparaître «le fournisseur des produits», «le lieu de production», «le mode de transformation des produits», «des informations nutritionnelles», et la mention «fait maison», ainsi que «toute autre information jugée utile».

    [ Publié le 16-04-2019 ]
  • Abattoirs mobiles: l'expérimentation débute

    Un décret en Conseil d’État est paru le 16 avril au Journal officiel, dont la date de parution fixe le début de l'expérimentation des abattoirs mobiles, pour une durée de quatre ans. Prévue par la loi Egalim, cette expérimentation a pour objectif «d'identifier les éventuelles difficultés d'application de la réglementation européenne». Le décret précise les modalités de participation : un agrément de la préfecture est obligatoire, et le participant doit ensuite transmettre un dossier au préfet au plus tard 30 mois après la publication de ce décret. Ce dossier concerne le contrôle et l'évaluation de l'expérimentation.

    [ Publié le 16-04-2019 ]
  • Sécheresse: les rendements européens à la baisse en grandes cultures (Commission)

    Si les cultures d’hiver se portent bien dans la plupart des pays européens, la sécheresse affecte l’Espagne et le sud-est du Vieux Continent, a indiqué le 15 avril le service de prévisions de la Commission européenne. «Dans de grandes parties de l'Espagne et du sud-est de l'Europe, les déficits de précipitations persistants ont eu un impact négatif sur la croissance des cultures et les travaux», selon un bulletin Mars. Les prévisions de rendement sont revues à la baisse pour l’est de la Croatie, la Hongrie, la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce. De même pour l’Espagne, où «les niveaux d'eau dans les réservoirs sont toujours en deçà de leur capacité, ce qui pourrait éventuellement limiter l'irrigation des cultures d'été».

    [ Publié le 15-04-2019 ]
  • UE/États-Unis: feu vert de l'UE à des négociations excluant en principe l'agriculture

    Les États membres de l’UE ont donné, le 15 avril, leur feu vert à l’ouverture de négociations commerciales avec les États-Unis sur les échanges de produits industriels, excluant les produits agricoles. Mais les États-Unis qui doivent encore adopter leur mandat de négociation espèrent, au contraire, que l’agriculture sera traitée. L’objectif est de désamorcer les tensions commerciales avec les États-Unis. Ces derniers menacent notamment l’UE de rétorsions frappant entre autre ses exportations agroalimentaires si elle ne met pas un terme à certaines subventions à Airbus. En réponse, la Commission européenne est en train de préparer des mesures d’un niveau équivalent, affectant certains produits agroalimentaires, pour répliquer aux subventions à Boeing.

    [ Publié le 15-04-2019 ]
  • Pac: les ministres de l'UE encore divisés sur le renforcement des mesures environnementales

    Réunis le 15 avril à Luxembourg, les ministres de l’agriculture de l’UE se sont, une nouvelle fois, montrés divisés sur le niveau d'ambition environnementale des propositions de la Commission européenne pour la future Pac. La nouvelle architecture verte «est la pierre angulaire de notre proposition», a prévenu en ouverture du débat le commissaire européen Phil Hogan. Même s’ils sont encore loin de faire l’unanimité, les éco-programmes du premier pilier sont soutenus par de plus en plus d’États membres. Par contre de nombreux ministres s’opposent à une partie des nouvelles exigences de la conditionnalité qu’ils considèrent comme trop contraignantes.

    [ Publié le 15-04-2019 ]
  • Coop de France Grand Est voit le jour

    Cinq fédérations de coopératives agricoles et viticoles du Grand Est (la FCVC, Coop de France Lorraine, Coop de France Alsace, la FRCA et l’URGPAL) ont fusionné le 12 avril pour donner naissance à Coop de France Grand Est, annoncent-elles. La nouvelle structure, qui compte 260 entreprises, 56 000 adhérents, plus de 11 250 salariés pour un chiffre d’affaires de 14,4 Mrd €, vise à «porter ensemble une politique forte et unitaire», selon un communiqué. Coop de France Grand Est, présidée par Sylvain Hinschberger (FRCA) et dirigée par Alexandrine Legras-Populus (FCVC), compte trois pôles (animal, viticole, végétal), eux-mêmes subdivisés en diverses sections.

    [ Publié le 15-04-2019 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1523

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux