Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Mercosur, assurance récolte: la FNSEA trace sa feuille de route pour la fin 2019

    «Nous mènerons à la rentrée des actions de terrain décentralisées», notamment contre l’accord de libre-échange avec le Mercosur, a indiqué Christiane Lambert à la presse le 25 juin. Cette mobilisation reprendrait le message déjà utilisé par le syndicat en juin 2018: «N’importons pas l’agriculture dont nous ne voulons pas». La présidente de la FNSEA a également tracé la feuille de route de son syndicat pour la fin 2019 : travail sur la Pac et les phytos en conseil décentralisé dans le Calvados (3 et 4 juillet), journée nationale sur l’organisation des filières le 15 octobre.

    [ Publié le 25-06-2019 ]
  • Les apiculteurs craignent une récolte 2019 «catastrophique»

    Dans un communiqué du 24 juin, le Modef craint une saison «catastrophique» pour les récoltes de miel. Une affirmation confirmée par Eric Lelong, le président de l'interprofession apicole Interapi : «Nos adhérents nous font parvenir les mêmes échos», indique-t-il. L'Unaf (apiculteurs amateurs) partage aussi cette inquiétude: «Ça se passe très mal, selon les premiers retours de nos apiculteurs, même si on ne peut pour l'instant pas se prononcer de manière définitive». En cause: le climat. L'hiver, particulièrement doux a favorisé la ponte et l'activité des abeilles à une période peu propice, entraînant une surconsommation de leurs réserves en miel, faute de fleurs à butiner. «Mais la saison n’est pas finie, il reste encore de grosses miellées», tempère Eric Lelong.

    [ Publié le 25-06-2019 ]
  • Les Philippines refusent la viande de porc française pour cause de PPA en Belgique

    Les autorités philippines ont annoncé la fermeture de leur marché aux pays limitrophes de ceux atteints par la peste porcine africaine (PPA), alerte Culture Viande le 21 juin. En vigueur depuis la semaine du 17 juin, cette mesure s’applique aux pays proches de la Belgique (France, Allemagne, Pays-Bas) et de la Hongrie (Autriche). «Selon nos informations, le blocage philippin ne prend pas une forme officielle, mais consiste à refuser la délivrance des licences d’importation», explique Culture Viande. Le syndicat professionnel a «alerté la DGAL pour intervenir auprès de ce pays». D’après Culture Viande, les Philippines importent 400 000 t de viande porcine par an, dont 40 000 t venant de France.

    [ Publié le 24-06-2019 ]
  • Vaste opération européenne contre les fraudes alimentaires en bio

    Une opération menée entre décembre 2018 et avril 2019 par Europol pour lutter contre les fraudes alimentaires dans les filières bio a donné lieu à 24 procédures judiciaires, a dévoilé le 21 juin la DGCCRF, qui a participé à l'opération. Au total, 90 000 tonnes de produits bio ont été analysées au niveau européen. L'organisme français a mené 741 contrôles «à tous les stades de la filière» pour repérer des pratiques frauduleuses, essentiellement des «fausses certifications» et des «pratiques trompeuses sur la qualité et la nature réelle des produits commercialisés». «Au regard de la demande croissante des consommateurs pour ces produits, il est impératif de vérifier la réalité de leur caractère biologique», affirme la DGCCRF.

    [ Publié le 24-06-2019 ]
  • Croissance végétale et maladies humaines, des régulations communes décryptées

    Des chercheurs de l’Inra et d’équipes belges du Vlaams instituut voor biotechnologie viennent de mettre en évidence des régulations communes à la croissance des plantes et aux maladies humaines (en termes de prolifération cellulaire), a indiqué l’Institut national de recherche agronomique le 24 juin. Leurs résultats ouvrent des perspectives tant pour l’amélioration de la croissance des plantes que pour les thérapies contre le cancer ou les maladies neurologiques. Ils révèlent que la mutation d’une protéine (Yak1) permettrait de contrecarrer les effets de l’inhibition d’une autre protéine (Tor) qui se traduit par une réduction de la croissance et du métabolisme.

    [ Publié le 24-06-2019 ]
  • Lait: une mise à l’herbe précoce en 2019

    Ce printemps «se caractérise par une mise à l’herbe précoce [des vaches laitières] par rapport aux trois dernières années», assure Pauline Gautier du service Elevage et territoires de l’interprofession laitière (Cniel), le 24 juin, dans un point sur le pâturage au printemps 2019. Et tout le territoire français est concerné: «En moyenne, en France c’est 10% d’élevages pâturant en plus au 30 mars.» Et plus particulièrement à l’Ouest. Les raisons: «Un mois de février battant des records de température et un besoin pour les éleveurs de compenser le manque de fourrages conservés à la suite de l’automne dernier très sec.

    [ Publié le 24-06-2019 ]
  • En difficulté, Carrefour quitte la Chine

    Le groupe Carrefour a annoncé, dans un communiqué de presse du 23 juin, céder 80% de Carrefour Chine au groupe chinois Suning.com. Il s’agit d’un des leaders du marché chinois de la distribution, avec un réseau de 8881 magasins, et de la troisième plateforme d’e-commerce B2C du pays, explique le communiqué. L’enseigne française dispose, quant à elle, de 234 magasins en Chine qui ont généré un chiffre d’affaires de 3,6 Mrd € en 2018. Elle est valorisée à quelque 1,4 Mrd € dans le pays. Cette annonce se place dans un contexte de grandes ambitions des filières, notamment animales, pour le marché chinois, alors que les distributeurs français se placent souvent à l’étranger comme d’importants prescripteurs de produits d’origine France.

    [ Publié le 24-06-2019 ]
  • BPIFrance chargée de réfléchir au financement des solutions post-glyphosate

    La Banque publique d'investissement Bpifrance a été chargée par l’Elysée de réfléchir sur les moyens de financer les recherches technologiques de sortie du glyphosate, a révélé Pedro Novo, directeur exécutif chargé de l’export à Bpifrance, le 21 juin, à l’assemblée générale de l’Adepta (Association pour le développement des échanges internationaux de produits et techniques agroalimentaires). Bpifrance ne sera pas en l’occurrence l’organisme qui prendra les décisions. Mais son expertise est sollicitée en tant que financeur des start-up et entreprises aux technologies innovantes. Le défi du remplacement du glyphosate étant inédit, Bpifrance pourrait de nouveau avoir à financer des recherches fondamentales, de rupture, tant le sujet est nouveau.

    [ Publié le 23-06-2019 ]
  • Avril arrêtera les œufs de poules en cage d’ici 2025 et accompagnera ses éleveurs

    D’après un communiqué du 21 juin, Avril abandonnera les cages pour «la totalité des œufs produits, commercialisés ou utilisés par le groupe» d’ici 2025. Ceux-ci seront désormais issus d’élevages de poules au sol, plein air ou bio. Après ses marques Matines (œufs coquille) et Lesieur (mayonnaise vendue en grandes surfaces), qui s’étaient déjà engagées, cette nouvelle annonce concerne ses ovoproduits (Ovoteam), la mayonnaise Lesieur destinée à la restauration et les œufs coquille commercialisés en nom propre. Avril «s’engage à accompagner» ses éleveurs via un «plan de conversion prenant en compte les spécificités de chaque élevage». Avec une production annuelle de 3,5 milliards d’œufs coquille et d’ovoproduits, Avril couvre un quart de la consommation française.

    [ Publié le 23-06-2019 ]
  • Agenda de la semaine agricole du 24/06/2019

    Mardi 25 juin
    Discussions du projet de loi Climat et énergie à l'Assemblée nationale
    Conférence de presse autour du label «produit biosourcé» (construction)
    Sommet européen de l'innovation agricole à Lisieux
    Table ronde organisée par Agriconfiance
    L'Anses présente les repères alimentaires pour les populations spécifiques
    Symposium européen «pour un secteur laitier durable»

    Mercredi 26 juin
    Conférence de presse de l'Ifpen sur les biocarburants de 2e génération
    Conférence de presse du Sitevi (salon viti-arboriculture)

    Jeudi 27 juin
    Congrès des caves coopératives à Marciac (Gers)
    Événement «Planet A», à Châlons-en-Champagne
    Colloque de l'Inra sur la gestion des risques
    Assemblée générale du marché du porc breton (MPB)
    Journée sur le travail en grands troupeaux laitiers (Idele, RMT Travail en élevage)

    [ Publié le 21-06-2019 ]
  • Sécheresse: des restrictions d’eau dans 17 départements

    Dix-sept départements sont concernés par des mesures de restriction d'eau, selon le site ministériel Propluvia. Parmi eux, le Loiret et l'Indre sont en niveau «crise» sur une partie de leur territoire. Il existe trois niveaux de restriction : l'alerte de niveau 1, l'alerte renforcée et enfin le niveau «crise», qui interdit les prélèvements non prioritaires, y compris à des fins agricoles. Des premières mesures de restriction d'eau ont notamment été prises le 20 juin dans 45 communes du Gard, les niveaux des nappes et des cours d'eau présentant une «tendance généralisée à la baisse», selon la préfecture. Cette alerte de niveau 1 autorise l'irrigation agricole uniquement entre 10h et 18h dans le département.

    [ Publié le 23-06-2019 ]
  • Didier Guillaume veut aller vers une assurance récolte «obligatoire ou en tous cas généralisée»

    «J’ai fait la proposition aux organisations professionnelles agricoles, aux chambres d’agricultures mais également à Groupama, à la MSA et au secteur bancaire de travailler sur une véritable assurance récolte», a indiqué le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume devant le Sénat le 20 juin. Il a également associé à cette réflexion «les parlementaires qui devront vraisemblablement le faire dans le cadre d’un texte» afin «qu’une assurance récolte obligatoire ou en tous cas une assurance récolte généralisée soit mise en place». Le ministre considère que le système de l'assurance récolte «n’est plus à la hauteur de la situation»: «Aujourd’hui […] soit les agriculteurs n’ont pas les moyens de s’assurer, soit les risques ne sont pas assurables, car par exemple les calamités de grêles sur vergers, ce n’est pas assurable».

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • Brexit: les Hauts-de-France seraient la région la plus exposée au «no deal»

    Lors d'une conférence sur le Brexit le 20 juin, l'APCA a détaillé l'effet qu'aurait un Brexit sans accord selon les régions. Les territoires les plus touchés seraient les Hauts-de-France (87 M€ de pertes potentielles à court terme), Grand-Est (67 M€), Nouvelle-Aquitaine (65 M€), ainsi que la Normandie et Pays de la Loire (plus de 40 M€). Des chiffres qui se situent «dans la fourchette basse», précise Thierry Pouch, économiste à l'APCA, car ils n'englobent que les frais douaniers et les effets de change. Ils ne comprennent pas d'éventuelles baisses de volumes ou les effets sur les marchés (reports), encore inconnus à ce jour. Tous produits confondus, l'effet négatif global sur l'agroalimentaire français pourrait atteindre 500 M€.

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • Réglement bio: la Fnab et le Synabio alertent sur «des risques de recul»

    Plusieurs organisations françaises du bio, dont le Synabio (industriels) et la Fnab (producteurs), ont alerté, dans un communiqué du 20 juin, sur les «risques de reculs» des exigences du cahier des charges bio. Les États membres de l'UE doivent en effet se réunir le 24 juin pour adopter des «actes secondaires» visant à compléter le nouveau règlement européen, adopté en 2018. Les organisations demandent l'instauration de «tailles limites pour les bâtiments» d'élevage de volailles de chair et l'interdiction des élevages de poules pondeuses sur plusieurs niveaux. Elles appellent à revenir sur une disposition du nouveau règlement permettant l'utilisation de coformulants issus de la chimie de synthèse. Enfin, elles souhaitent un «encadrement strict » des dérogations à la visite annuelle de contrôle, permises par le règlement.

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • Panneaux solaires dans le Larzac: la société de construction veut rassurer

    «Nous comprenons les inquiétudes de la Confédération paysanne», a indiqué, dans un communiqué du 20 juin, la société Arkolia Energies, après l'irruption la veille de militants de la Conf' dans ses locaux pour dénoncer son projet de panneaux solaires dans le Larzac. Accusée d’encourager «l'artificialisation du foncier agricole», Arkolia Energies rappelle que le domaine sur lequel sera construite sa centrale «n'est pas une exploitation agricole». Elle précise que le projet prévoit la mise en place de prairies près des panneaux solaire afin d'accueillir un «troupeau de 200 à 400 ovins». Elle propose enfin aux « collectivités et aux usagers» d'acquérir «ensemble» le terrain, «sans possibilité de le revendre».

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • La biodiversité recule dans les milieux agricoles franciliens

    Le rapport annuel de l'Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France, publié le 19 juin, pointe du doigt le «déclin» de la biodiversité dans les milieux agricoles de la région. Sont principalement concernés les «papillons, les plantes messicoles et les oiseaux». Selon l'organisme public, les populations d'oiseaux ne vivant que dans ces milieux ont ainsi diminué de 44% entre 2004 et 2017. L'agence accuse «la simplification du paysage agricole», «l'intensification des pratiques», et la «faible diversité des plantes cultivées». «L'abandon progressif du pâturage», à travers la disparition des prairies, est aussi évoqué. L'ARB appelle à la mise en œuvre de mesures «agroenvironnementales», telles que la «mise en place de haies», le «non labour» et «l'agriculture biologique».

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • Semences: les trieurs à façon veulent négocier leur entrée au Gnis

    Le Staff (trieurs à façon) a indiqué le 20 juin vouloir négocier son entrée au Gnis (interprofession des semences). «On souhaite ouvrir des négociations» avec le Gnis, a déclaré le président Sylvain Ducroquet, réclamant la désignation d’un médiateur au ministère de l’Agriculture. Pour adhérer à l’interprofession, le Staff veut notamment «avoir une discussion» sur le financement de la recherche variétale: s’il accepte la récente augmentation des royalties versées aux obtenteurs, le syndicat aimerait une cotisation pour les semences de ferme inférieure à celle des semences certifiées. D’autres sujets sont mis sur la table comme l’orientation de la recherche, la réglementation sur les hybrides.

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • L214 dénonce les essais menés sur des «vaches à hublots» dans un centre Sanders

    Dans une vidéo publiée le 20 juin, l’association animaliste dénonce les expérimentations menées sur des «vaches à hublots» par Sanders à Saint-Symphorien (Sarthe). «Leur estomac est perforé d’un trou de 15 cm de diamètre pour étudier leur digestion», explique L214. Dans son communiqué, l’association indique porter plainte contre le centre. «D’après la réglementation, les expérimentations sur les animaux ne peuvent être menées que s’il y a "stricte nécessité"», argue L214. La pose de hublot sur les vaches «fait l’objet d’une autorisation» du ministère de la Recherche, répond Avril dans un communiqué du 20 juin. Ce procédé est aujourd’hui «l’unique solution permettant d’étudier la digestion des protéines végétales», se défend le groupe.

    [ Publié le 20-06-2019 ]
  • Lait: Sodiaal présente un résultat stable malgré les effets de l'affaire Lactalis

    A l'issue de l'assemblée générale du groupe coopératif laitier Sodiaal, le 19 juin, son président Damien Lacombe a annoncé à la presse agricole un résultat courant consolidé de 12,7 M€ en 2018, «à peu près au même niveau» que l'année précédente (16,7 M€ en 2017 et 24 M€ en 2016). L'année a été marquée par des investissements importants, «notamment humains», prévus dans son plan stratégique présenté en 2017 («améliorer la valeur à volume constant»), et par les effets négatifs de l'affaire Lactalis, qui a engendré des charges de supplémentaires de «sécurisation des sites», estimées à 20 M€. L'affaire Synutra n'a, en revanche, «pas impacté négativement le résultat», assure Damien Lacombe, car le rachat des usines françaises du chinois, estimé à 131 M€, a été financé partiellement par sa dette.

    [ Publié le 19-06-2019 ]
  • Le marché des spiritueux décroît en France et se renforce à l’exportation

    Les résultats de l’année 2018, diffusés le 19 juin par la Fédération française des spiritueux (FFS), traduisent une décroissance du marché des spiritueux en grande distribution de 2,1% en volume, à 275 millions de litres (Ml). Parmi les raisons, la FFS cite les perturbations dues au mouvement des Gilets jaunes et le renchérissement des spiritueux de 5 à 8% dû au relèvement de 10% du seuil de revente par la loi Egalim. Cette hausse des prix s’est opérée «sans pour autant créer de la valeur pour les entreprises» de production, précise la fédération. Les exportations quant à elles ont progressé de 1,9% en volume à 445 Ml, l’Amérique du Nord et l’Asie représentant 70% de l’export français.

    [ Publié le 19-06-2019 ]
  • C. Lambert demande des assurances «plus appropriées pour les arboriculteurs»

    En déplacement le 19 juin en Ardèche et dans la Drôme chez des agriculteurs touchés par les récents orages, la présidente de la FNSEA a plaidé pour des dispositifs assurantiels «plus appropriés pour les arboriculteurs». Une demande à laquelle le ministre de l’Agriculture, qu’elle a rencontré le 18 juin, se serait montré sensible. «Auparavant, il s’interrogeait sur la pertinence des dispositifs assurantiels, raconte Christiane Lambert. Aujourd’hui, il est convaincu qu’ils sont indispensables.» Ce travail sur l’attractivité de l’assurance récolte pourrait passer par la hausse du taux de subvention des cotisations (prévue par le règlement européen Omnibus) et par des «ciblages plus précis».

    [ Publié le 19-06-2019 ]
  • La Conf' s'oppose à un projet photovoltaïque dans le Larzac

    Une «quarantaine» de membres de la Confédération paysanne ont occupé le 19 juin les locaux de la société Arkolia Energies, à Mudaison (Hérault), pour protester contre un projet de centrale solaire au sol sur le plateau du Larzac, a annoncé le syndicat dans un communiqué du 19 juin. Le projet en question vise à implanter, à la place d'un «domaine utilisé pour la chasse privée», une centrale photovoltaïque de 400 ha, selon la Conf'. L'organisation se dit «opposée au photovoltaïque au sol» et demande «l'abandon [du] projet». «Nous sommes pour le développement des énergies renouvelables, mais sur les toits des bâtiments», explique Albane Lamy, animatrice syndicale de la Confédération paysanne de l'Hérault.

    [ Publié le 19-06-2019 ]
  • Sélection animale: une plainte pour concurrence déloyale en cours contre Evolution

    Interrogé par Agra Presse le 19 juin, Alain Guillaume, président de l’Union des coopératives Gènes Diffusion, confirme le dépôt d’une plainte auprès de l’Autorité de la concurrence contre son concurrent Evolution. Une partie des coopératives de Gènes Diffusion a porté plainte au printemps 2018 contre Evolution pour «concurrence déloyale en vue de l’éviction d’un concurrent: nous», précise-t-il. Les accusations portent sur du «dumping tarifaire» tant sur l’acte d’insémination que sur la vente de dose de semence. «Le dossier est en cours auprès de l’Autorité»,explique Alain Guillaume. Cette dernière ne commente pas une possible affaire en cours d’instruction.

    [ Publié le 19-06-2019 ]
  • Foncier: la région Ile-de-France veut atteindre le «zéro artificialisation nette»

    «Nous souhaitons atteindre le plus rapidement possible le zéro artificialisation nette en Ile-de-France en récupérant des espaces, en organisant des compensations réelles et en densifiant l'habitat», a déclaré le vice-président de la région, Jean-Philippe Dugoin-Clément, lors de l'ouverture de la 9e édition des Assises de la biodiversité le 19 juin. L'artificialisation des sols, considérée comme un facteur majeur de perte de biodiversité, sera au cœur des débats de cet évènement organisé notamment par l’Agence française pour la biodiversité (AFB), du 19 au 21 juin à Massy (Essonne). Invitée à s'exprimer, la secrétaire d’Etat à la Transition écologique Emmanuelle Wargon, a pointé du doigt la nécessité de nouer un «partenariat avec les collectivités locales» sur ces sujets.

    [ Publié le 19-06-2019 ]
  • Vers des PSE pour protéger les captages d'eau (Emmanuelle Wargon)

    Des paiements pour services environnementaux (PSE) devraient être mis en place à l'issue de la seconde phase des Assises de l'eau, pour «la protection des captages», a déclaré la secrétaire d’État à la transition écologique Emmanuelle Wargon, à l'occasion des Assises de la biodiversité, organisées à Massy le 19 juin. «Ce sujet a été à l'ordre du jour des discussions», a indiqué la secrétaire d’État. Le gouvernement avait déjà rendu public ses premières conclusions le 9 mai, en détaillant la méthode des «projets de territoire» destinée à assurer la gestion collective de l'eau. La seconde phase des «Assises de l'eau», consacrée à « l'adaptation au changement climatique, est «en train d'être clôturée», a par ailleurs précisé la secrétaire d’État.

    [ Publié le 19-06-2019 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1532

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux