Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Conf' : une mobilisation citoyenne pour défendre les fromages fermiers

    La Confédération paysanne vient de lancer une pétition pour défendre le terme de « fromage fermier », a-t-elle annoncé le 21 juin. Cette « mobilisation citoyenne » s’adresse aux parlementaires et au ministre de l'Agriculture qui discuteront la dernière semaine de juin, au Sénat, du projet de loi agriculture et alimentation. « Aujourd'hui, un fromage fermier doit être produit de A à Z sur la ferme du producteur ». Si cet article du projet de loi n’est pas modifié, « demain un fromage affiné en-dehors de la ferme pourra être appelé “ fermier ” sans aucune règle. Des affineurs industriels pourront alors récupérer sans scrupules la plus-value des fromages fermiers ».

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • La Fédération nationale de défense du pastoralisme bientôt lancée

    La Fédération nationale de défense de pastoralisme (FNDP) sera officiellement lancée en Lozère le 24 juin. Elle regroupe des éleveurs, des bergers, des élus et des scientifiques convaincus de « l’impossible cohabitation des troupeaux et des grands prédateurs ». Mélanie Brunet, coprésidente de l’association, souligne qu’il ne s’agit pas d’un mouvement syndical ni politique, et que ce qu'elle souhaite, c'est sensibiliser l'opinion publique. « Notre objectif est de combler le fossé qui se creuse entre la ville et la campagne, dit-elle. Les citadins s’intéressent davantage au bien-être animal, pourtant ils ignorent qu’en 2017, le loup a fait 12 000 victimes dans nos troupeaux. »

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • Stéphane Travert justifie les dépassements de budget de son ministère

    « Le budget du ministère de l’Agriculture a été exécuté à hauteur de 6,4 milliards d’euros, en augmentation de 23 % par rapport au crédit voté en loi de finance initiale (LFI) pour 2017 à 5, 2 milliards d’euros », admet Stéphane Travert, lors d’une audition au Sénat le 21 juin. Une hausse qu'il explique par les crises sanitaires, notamment l’influenza aviaire (62 M€ pour les mesures sanitaires, 170 millions d’€ pour l’indemnisation des filières amont et aval). Il ajoute que le financement des campagnes ICHN 2016 et 2017 s'est fait sur la seule année 2017, entraînant une dépense supplémentaire de 256 M€. Il souligne des besoins supplémentaires liés aux dispositifs sociaux (81,5 M€), et un refus d’apurement communautaire (721,1 M€).

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • Sortie du glyphosate : Hulot et Travert réunissent les acteurs le 22 juin

    Les ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique, Stéphane Travert et Nicolas Hulot, doivent mettre en place une instance chargée de surveiller la bonne marche du plan de sortie du glyphosate en réunissant le 22 juin l'ensemble des acteurs, a-t-on appris auprès du ministère de l'Agriculture. Syndicats agricoles, industriels, distributeurs, services de l'Etat, coopératives, chambres d'agriculture et instituts de recherche et d'innovation seront rassemblés, en présence de parlementaires et de représentants des régions. La réunion doit permettre de mettre en place un comité de suivi chargé de suivre la progression de la sortie du glyphosate, avec une composition et une fréquence de points d'étape qui doit être précisée.

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • Richard Girardot élu président de l’Ania

    Richard Girardot a été élu le 21 juin président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) pour un mandat de trois ans. Il succède à Jean-Philippe Girard, qui occupait cette fonction depuis 2013. Ancien p.-d.g. de Nestlé France, il affiche une ambition claire pour son mandat : « Redonner à la première industrie de France la place qui lui revient dans le débat politique et médiatique ». Parmi ses priorités : recréer les conditions de la confiance avec les consommateurs, mettre un terme à la spirale destructrice de la guerre des prix entre distributeurs, et accompagner les adhérents de l’Ania en relation avec les autres intervenants de la filière : agriculteurs, coopératives.

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • La Turquie à l’honneur du prochain Sommet de l’élevage

    Le Sommet de l’élevage, qui se déroulera au 3 au 5 octobre, aura pour invité d’honneur la Turquie. En effet, « nos deux pays sont très complémentaires en matière d’élevage » affirme Jacques Chazalet, président du Salon lors d’une conférence de presse le 21 juin, accueillie par l'ambassadeur de Turquie en France, Dr Ismail Hakki Musa. Ce dernier a par ailleurs vanté « le climat d’accueil favorable pour les investisseurs » de ce « grand pays agricole » qu’est la Turquie. Ce salon est une « vitrine exceptionnelle de la génétique française », prône son Commissaire général, Fabrice Berthon. Les représentants du ministère de l’Agriculture turc ont d’ores et déjà confirmé leur intérêt pour la race Montbéliarde en laitière et Limousine ou Charolaise en races à viande.

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • Ressources en eau : un rapport parlementaire appuie la création de retenue

    Le député Adrien Morenas (LREM, Vaucluse), président-rapporteur de la Mission d'information parlementaire sur la ressource en eau, a remis le 20 juin un rapport favorable à « la création ou l’amélioration d’ouvrages, en particulier de retenues ». « Une action de communication et de concertation de grande ampleur doit être engagée pour éviter que des résistances trop grandes ne bloquent les projets qui ne doivent pas apparaître comme réservés à un nombre limité d’agriculteurs, mais comme une action favorable à l’environnement et à la santé publique », peut-on lire parmi ses propositions. Au niveau européen, les auteurs veulent faire de la lutte contre les pollutions diffuses « un impératif absolu et prioritaire » en intégrant des règles de bonnes pratiques agricoles dans le calcul des aides Pac.

    [ Publié le 22-06-2018 ]
  • Agriculture durable : les députés adoptent les propositions de la commission des affaires européennes

    La commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a adopté le 20 juin la proposition de résolution européenne (PPRE) relative à une agriculture durable pour l’Union européenne. Cette PPRE était défendue par les deux rapporteurs de la commission des affaires européenne, Alexandre Freschi et André Chassaigne. Leur rapport met en exergue les défis des filières et le modèle agricole souhaitable pour une « agriculture durable » d’ici 2030. À l’issue des questions des députés, 43 amendements ont été examinés. Le texte a été voté à l'unanimité. Il est inscrit à l’ordre du jour de la séance publique du jeudi 28 juin.

    [ Publié le 20-06-2018 ]
  • OFPM : la FNSEA enjoint les parlementaires à « rénover les relations commerciales »

    À la suite de la parution du rapport 2018 de l‘Observatoire de la formation des prix et des marges, la FNSEA, dans un communiqué de presse du 19 juin, constate que « les années se suivent et se ressemblent » avec « des prix payés aux producteurs agricoles qui n’ont pas couvert leurs coûts de production ». Ainsi, le syndicat somme les parlementaires et le gouvernement de « rééquilibrer le rapport de force dans les relations commerciales et faire cesser cette guerre des prix ». Par ailleurs, le syndicat s’inquiète d’un possible report du projet de loi, et demande au gouvernement et aux parlementaires de « trouver la voie d’un compromis » car « les producteurs ne pourront pas se permettre un an de report ».

    [ Publié le 20-06-2018 ]
  • Glyphosate : « dans trois ans, 95% des cas auront trouvé une alternative » (N. Hulot)

    « Je vous fiche mon billet que dans trois ans, dans au moins 90 voire 95 % des cas, on aura trouvé une alternative », assure Nicolas Hulot aux journalistes venus l’interroger sur le glyphosate, le 20 juin. Le ministre de la Transition écologique, en déplacement en Bretagne avec Emmanuel Macron, confie qu’un agriculteur conventionnel l’a interpellé dans la matinée pour lui spécifier que depuis quinze ans, il se passe de glyphosate. « Ça n’est pas une règle d’or qui peut s’appliquer à tous les modes de production, ni à toutes les zones géographiques, admet Nicolas Hulot. Il faut regarder au cas par cas. » Mais pour le ministre convaincu par ses chiffres, s’il reste 5 % d’impasses, c’est déjà une « avancée ».

    [ Publié le 20-06-2018 ]
  • OFPM : la FNSEA enjoint les parlementaires à « rénover les relations commerciales »

    [ Publié le 20-06-2018 ]
  • Nicolas Hulot veut inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution française

    Le 20 juin, Nicolas Hulot a déclaré vouloir inscrire la protection de l’environnement à l’article 1 de la Constitution française. Cet article stipule que la France est une « République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». En avril, Édouard Philippe avait promis que « le projet de loi constitutionnel inscrirait l’impératif de lutte contre le changement climatique à l’article 34 (de la Constitution, ndlr), qui définit le domaine de la loi ». Passer de l’article 34 à l'article 1 serait pour le ministre de la Transition écologique une victoire. Reste à savoir comment sera formulée cette introduction car cela « pose un problème juridique », et reste à laisser l’Assemblée nationale et le Sénat « exprimer leurs prérogatives ».

    [ Publié le 20-06-2018 ]
  • #glyphosate : les députés lancent une mission sur le suivi de la sortie de la molécule

    Le bureau de la commission du développement durable et celui des affaires économiques ont annoncé le 20 juin à l'Assemblée nationale la création d'une mission d'information commune sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate. Il se compose de 18 membres. Alors que de la commission du développement durable s'est réunie le matin même dans le cadre de la présentation du rapport sur la mission d'application de la loi biodiversité, sa présidente Barbara Pompili a annoncé l'envoi d'un appel à candidature auprès des groupes politiques. "Je souhaite qu'au delà de la "transcomission", les différentes sensibilités sur ce sujet soit représentées", a souligné Roland Lescure, président de la commission des affaires économiques.

    [ Publié le 20-06-2018 ]
  • Interfel décidé à « couper les ponts » avec le ministère sur les EGA

    « Nous arrêtons toute communication avec le ministère de l’agriculture sur les EGA », a prévenu le président d’Interfel Bruno Dupont dans une conférence de presse mardi 19 juin à l’issue de l’assemblée générale de l’interprofession. Convoquée lundi 25 juin pour un point d’étape au ministère concernant les plans de filière, l’interprofession a refusé de s’y rendre. « Toutes nos propositions à l’Assemblée ont été rejetée », explique Bruno Dupont, donnant notamment en exemple les propositions faites sur la contractualisation des fruits et légumes frais, les indicateurs de marché ou encore la possibilité pour les diététiciens d’Interfel d’intervenir dans les écoles. « On a le sentiment d’avoir été floué comme acteur des produits frais », précise-t-il dénonçant du même coup l’impossibilité d’être reçu par le ministre Stéphane Travert.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • Mortalité des abeilles : les syndicats reçus à l'Elysée

    L’Union nationale de l’apiculture française (Unaf), la Fédération française des apiculteurs professionnels (Ffap) et la Confédération paysanne ont été reçus le 19 juin, à l’Élysée, par la conseillère en agriculture, Audrey Bourolleau. Les syndicats ont le sentiment d’avoir été « mieux écoutés » que le 7 juin dernier, au cabinet du ministère de l’Agriculture. Les représentants conviés à l’échange ont insisté sur l’urgence de débloquer une aide pour les apiculteurs sévèrement touchés par la mortalité dans leurs ruches. Les syndicats pourraient, à la demande d'Audrey Bourolleau, obtenir une rencontre avec le ministre de l'Agriculture lors de son déplacement prévu en Bretagne le 20 et le 21 juin.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • Le Cese propose un nouveau Siqo « agriculture biologique, locale et équitable »

    Le Conseil économique, social et environnemental a adopté le 19 juin un avis qui propose d’expérimenter en France un nouveau signe officiel de qualité (Siqo) : « agriculture biologique, locale et équitable ». Ce projet « permettrait de répondre aux attentes des consommateurs, très nombreux à désirer consommer bio et local, en leur offrant des garanties concernant la traçabilité des produits biologiques », résume l’institution. Pour les Siqo existants, il préconise d’intégrer dans les cahiers des charges de nouveaux engagements environnementaux, sanitaires et sociétaux (réduction de produits phytosanitaires de synthèse, respect du bien-être animal, niveau de rémunération des producteurs…).

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • Euro alimentaire : la valeur ajoutée apportée par l’agriculture ne pèse que 6,5 %

    Comme chaque année, l’observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) a fait une analyse de la répartition de la valeur ajoutée tout au long de la chaîne de valeur. En 2014 (données les plus récentes), la valeur ajoutée induite dans l’agriculture est de 6,5 euros pour 100 euros de dépenses alimentaires. Cette part est en légère progression par rapport à 2013, du fait de la baisse des prix de certains intrants (alimentation animale) et de la hausse de certains produits agricoles (lait). En comparaison la valeur ajoutée induite par les industries agroalimentaires est de 11,90 euros, la restauration de 13,7 euros, les services de 14,40 euros, les commerces de 15,40 euros. Les importations pèsent quant à elles 25,10 euros.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • Quatre nouveaux instituts techniques agricoles rejoignent l’Acta

    L’Acta, le réseau des instituts techniques agricoles, s’est enrichi de quatre nouveaux instituts, a annoncé l’Acta le 19 juin. Il s’agit du Centre d’étude et de valorisation des algues (Ceva), de l’Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE), du Centre technique d'expérimentation en fruits, légumes et horticulture à l'île de la Réunion (Armeflhor) et de l'Institut technique tropical (IT2) aux Antilles. L’Acta coordonne ainsi désormais 22 instituts techniques qualifiés par le ministère de l’Agriculture.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • OFPM : Les Chambres d’Agriculture déplorent « des prix toujours insuffisants »

    « La modeste amélioration des prix agricoles ne permet toujours pas de rémunérer décemment les agriculteurs », réagissent les Chambres d’agriculture (APCA) à la publication du nouveau rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) dans un communiqué de presse du 19 juin. Pour l’APCA, ce nouveau rapport « justifie l’enjeu primordial de la construction des prix en tenant compte des coûts de production des agriculteurs ». De plus, les Chambres d’agriculture renouvellent leur souhait de voir, dans le projet de loi issu des États généraux de l’alimentation, les interprofessions et l’OFPM à la manœuvre pour la diffusion des indicateurs de coûts de production.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • OFPM : Les prix ne couvrent pas les coûts de production

    « On ne couvre pas la réalité des coûts de production », constate Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM) lors de la présentation du nouveau rapport le 19 juin. Seule une filière réalise des marges nettes positives en 2017 : la filière porcine « malgré des périodes où le prix du porc n’a pas été suffisant ». La filière laitière caprine réalise également des marges positives lorsqu’elle est associée à des cultures de vente ou à de l’élevage bovin. En revanche, les agriculteurs des filières laitières bovines, ovines et blé tendre ont des coûts de production qui demeurent supérieurs aux prix proposés, même si leur rémunération permise s’améliorer en 2017 par rapport l’année précédente.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • Semences de ferme : le Staff poursuit les discussions pour intégrer le Gnis

    Le 19 juin, à Paris, le syndicat des trieurs à façon de France (Staff) a martelé son souhait d’intégrer l’interprofession des semences. Sylvain Croquet, président du Staff, rappelle que le Gnis représente les sélectionneurs, les producteurs de semences certifiées et les distributeurs. « Ceux qui, avec la semence de ferme, représentent 60 % de la production totale des semences en France, sont absents », regrette-t-il. Le Staff mise sur l’ambiance des Egalim pour accélérer les discussions. « Le ministère a demandé au Gnis de lui remettre une feuille de route sur l’avenir du secteur des semences », indique Sylvain Croquet, qui reste convaincu que l'ouverture de l'interprofession prendra du temps, mais « va se faire. »

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • OFPM : une légère amélioration des prix à la production de 3 % en 2017

    Selon le rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges (OFPM), qui a été présenté le 19 juin, l’année 2017 se caractérise par une amélioration des prix à la production agricole dans son ensemble, avec une hausse moyenne de 3 % par rapport à 2016. Les prix des produits des industries alimentaires progressent plus timidement, avec +1,4 %, après trois ans de baisse. Quant aux prix à la consommation, ils enregistrent une hausse de 1 %, comme en 2016, et légèrement supérieure à l’inflation générale. « C’est désormais un contexte structurel : une très forte instabilité des prix à la production et une grande stabilité de ceux à la consommation », a souligné Philippe Chalmin, président de l’OFPM.

    [ Publié le 19-06-2018 ]
  • Alimentation durable : naissance d’un collectif des « filières agricoles responsables »

    Le « collectif de la troisième voie » est né ce 18 juin, scellé par la signature d’un manifeste entre Bleu blanc cœur, Demain la terre, CRC - le Blé de nos campagnes, et Vignerons en développement durable. Dans un communiqué, les quatre acteurs indiquent vouloir « fédérer et promouvoir les initiatives d’agriculture responsable dans toutes les filières », dans un contexte où « producteurs et consommateurs sont toujours plus nombreux à prendre la pleine mesure des bénéfices d’une meilleure alimentation et d’une agriculture responsable et durable ». Pour les signataires, la notion de « troisième voie » vient s’ajouter aux agricultures conventionnelle et biologique. Le collectif espère rassembler 20 % de la production agricole française d’ici cinq ans.

    [ Publié le 18-06-2018 ]
  • Stocks de poudre de lait : la proposition française ne séduit pas à Bruxelles

    Phil Hogan n’a pas adhéré, lors du Conseil agricole de l’UE le 18 juin à Luxembourg, à la proposition de la France d’ouvrir des appels d’offres spécifiques pour écouler les stocks d’intervention de poudre de lait dans l’alimentation animale, une solution selon lui « très complexe » nécessitant de « lourdes conditions de contrôle et de traçabilité » ainsi qu’un prix de vente « attractif » qui « soulèverait lui-même des problèmes ». Le commissaire européen a annoncé un prochaine proposition pour revenir à la périodicité bimensuelle des appels d’offres classiques et en rétablir un en août.

    [ Publié le 18-06-2018 ]
  • VinIGP et l’IFV signent une convention pour l’intégration des cépages résistants

    Michel Servage, président de la confédération des vins IGP (VinIGP) et Bernard Angelras, président de l’Institut français de la vigne et du vin (IFV) ont signé une convention pour l’intégration des cépages résistants aux maladies de la vigne dans les cahiers des charges des IGP, ont indiqué le 18 juin les deux organismes. Par cette convention, l’IFV fournira une assistance aux ODG (les syndicats de producteurs) de vins IGP qui souhaitent modifier leurs cahiers des charges, notamment en les aidant à fournir des arguments techniques. Lors du congrès national VinIGP à Brignoles le 14 juin, Joao Onofre, chef de l’unité « vin » de la Commission européenne, a souligné que la Commission est favorable à cette démarche.

    [ Publié le 18-06-2018 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1481

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux