Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

AGRA LIVE

LE QUOTIDIEN DE L'ÉCONOMIE AGRICOLE - PARIS - BRUXELLES

  • Pommes de terre : avec 5 000 hectares de plus, la production a reculé de près de 10%

    Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier, a indiqué l’Union nationale des producteurs (UNPT) le 7 décembre. Les surfaces en pommes de terre avaient de nouveau augmenté de 3,6 % par rapport à l’année dernière, après une hausse de 5,1% il y a un an. La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c'est-à-dire la pomme de terre fraîche et pomme de terre industrielle, sauf la pomme de terre de fécule.

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • Gilets jaunes: baisse de «plus de 50%» de l'activité chez de nombreux marchés de gros

    «Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50% de leur activité pour une majorité d’entre eux» depuis le début des manifestations des Gilets jaunes, indique dans un communiqué le 7 septembre la Fédération des marchés de gros de France (FMGF). Elle relève également «une baisse du chiffre d’affaires des opérateurs et des producteurs estimée à 30%» et «une augmentation du gaspillage alimentaire et des déchets de l’ordre de 20%», notamment en raison d’un approvisionnement «de plus en plus difficile et dégradé». Si elle dit se «réjouir» de l’annulation de la hausse de la taxe carbone, la FGMF demande au gouvernement «que toutes les mesures nécessaires soient prises» pour «rétablir la libre circulation» afin «d’exercer […] en toute sérénité».

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • Ordonnances SRP et promos: le gouvernement promet une présentation le 12 décembre

    Les ordonnances concernant le seuil de revente à perte (SRP) et les promotions seront présentées lors du conseil des ministres du 12 décembre, annoncent les ministères de l’Économie et de l'Agriculture dans un communiqué le 7 décembre. Leur parution prévue lors du précédent conseil des ministres le 5 décembre avait été annulée, en raison du mouvement des Gilets jaunes. Le gouvernement confirme que le relèvement du SRP doit s'appliquer le 1er janvier, tout comme l'encadrement des promotions en valeur. Concernant l'encadrement en volume, il se fera bien à partir du 1er mars, et «couvrira l'ensemble des contrats en cours de négociation depuis le 1er décembre 2018».

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • Agenda de la semaine agricole du 10/12/2018

    Mobilisation de la FNSEA et des JA durant toute la semaine

    Lundi 10 décembre
    Assemblée générale du GIPT (pommes de terre)

    Mardi 11 décembre
    Vote du PLF 2019 au Sénat en première lecture
    Conférence de presse de Coop de France
    Audition de Didier Guillaume à l'Assemblée nationale (enseignement)
    Audition de J-B Lemoyne à l'Assemblée nationale (accords commerciaux)
    Forum international de la robotique agricole à Toulouse
    Assemblée générale du Consortium biocontrôle

    Mercredi 12 décembre
    Conseil des ministres, présentation attendue des ordonnances SRP et promos
    Conseil spécialisé céréales FranceAgrimer
    Colloque annuel de l'Anses sur la santé des abeilles
    Proposition de résolution en faveur de la création de PSE (Sénat)

    Jeudi 13 décembre
    Rapport de l'OPECST sur l'expertise des risques sanitaires et environnementaux
    Colloque Farm sur la contractualisation dans les agricultures africaines

    Vendredi 14 décembre
    Salon Vinibio à Paris

    [ Publié le 07-12-2018 ]
  • Pac: le paiement « additionnel » aux jeunes agriculteurs fixé à 88,15 euros pour 2018

    Pour la campagne 2018, le paiement «additionnel» aux jeunes agriculteurs est finalement fixé à 88,15 euros par droit à paiement de base (DPB) activé, selon un arrêté paru au Journal officiel le 7 décembre. Il était jusqu'ici fixé à 65,20 euros pour la campagne 2018. Le montant dépend du nombre de demandes. II est payé en complément des DPB, dans la limite de 34 hectare par exploitation comportant un jeune agriculteur. Il s'agit d'un dispositif mis en œuvre depuis 2014, pour une enveloppe de 70 millions d'euros par an en France.

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • Loup : le seuil de viabilité «en phase d'être atteint» en France (ONCFS)

    L'effectif de loups en France devrait dépasser les 500 individus cet hiver, ce qui correspond à «un premier seuil» pour assurer une viabilité à long terme pour l'espèce, a annoncé l'Office nationale de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) le 6 décembre. Selon l'établissement, «l'expansion démographique se poursuit» avec près de 72 meutes décomptées, contre 57 l'an passé. Cette évolution pourrait conduire le gouvernement à «réexaminer le dispositif de gestion» de la population, dans la mesure où il s'était fixé comme objectif d'atteindre le cap des 500 loups pour 2023. L’ONCFS indique en tout cas qu'il «travaille d’ores et déjà pour être en mesure de nourrir les réflexions» sur cette question.

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • La Conf' s’associe à la « Marche pour le Climat » ce samedi

    La Confédération paysanne (Conf') «s’associe à la Marche pour le Climat» organisée ce samedi 8 novembre à Paris entre les places de la Nation et de la République, a indiqué le syndicat dans un communiqué le 7 décembre, estimant que «les paysans sont les premières victimes du dérèglement climatique». «La Cop 24 qui s’est ouverte dimanche en Pologne se tient dans une terrible indifférence», constate le syndicat qui estime par ailleurs que «les effets dévastateurs de la folie de l’industrialisation, en particulier celle de l’agriculture, ne sont plus à démontrer». «Nous exigeons des États qu’ils respectent les Accords de Paris», insiste l’organisation qui demande de «transformer les politiques publiques pour répondre à cette urgence climatique».

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • Création d’un club de financeurs de la «transition écologique» des agriculteurs

    Les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique ont officiellement lancé la création du club Prosper, un club de financeurs de la transition écologique des agriculteurs, le 7 décembre. Parmi les membres de ce club, figurent le Crédit Mutuel, le Crédit Coopératif, la Banque des territoires, le fonds Blues Bees. La finalité de ce club est d’accélérer les financements (prêts ou fonds propres) des agriculteurs ou de porteurs de projets ayant pour objectif l’agroécologie. Le club Prosper aura pour rôle de mutualiser l’instruction des dossiers, pour éviter que les porteurs exposent à chaque financeur leur projet. D'ici 2020, les membres du club se fixent pour objectif de traiter ensemble 100 millions d'euros d'investissement.

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • Elections/chambres : la CR veut profiter du «dégagisme» ambiant

    La Coordination rurale espère profiter, lors des élections aux chambres d'agricultures, du «dégagisme» nourri par les «gilets jaunes», a-t-elle dit en congrès le 6 décembre à Vannes (Morbihan), soutenant entre autres des prix rémunérateurs et une exception agriculturelle. «Nous voulons devenir le premier syndicat (agricole) de France, car c'est la condition pour que les politiques changent de logiciel», a déclaré le président Bernard Lannes, convaincu d'«un alignement de planètes» favorable à la CR. «Le jaune est tendance», d'après lui: une double référence à la couleur de son organisation et à celle des manifestations en France depuis le mois dernier.

    [ Publié le 09-12-2018 ]
  • «Une mobilisation pacifique et dans le dialogue» pour les JA

    Lors de leur université d’hiver qui s’est déroulée du 4 au 6 décembre, les Jeunes agriculteurs (JA) ont décidé, en ligne avec la FNSEA, de manifester la semaine prochaine. La mobilisation sera «pacifique et dans le dialogue», explique Jérémy Decerle, président du syndicat à Agra Presse. Les modalités d’actions seront «des rendez-vous en préfecture et des visites dans les cours de fermes». Les JA demandent la publication rapide des ordonnances sur le SRP et les promotions et leur application dès le 1er janvier. Ils souhaitent l’annulation de la hausse de la redevance pour pollution diffuse. L’«agribashing» que subit le secteur est aussi une raison de cette mobilisation, que ce soit la «start-up d’Etat» sur le glyphosate, les attaques des vegans ou les dénonciations de Greenpeace.

    [ Publié le 06-12-2018 ]
  • Les Safer veulent placer le foncier agricole «sous la protection de la Nation»

    Réunies à La Baule pour leur congrès annuel, les Safer ont appelé le 6 décembre à placer le foncier agricole sous «la protection de la Nation», pour «mettre fin à l'artificialisation des terres». «La protection des terres doit désormais être une règle, et l'artificialisation une exception», a ainsi plaidé Emmanuel Hyest, président de la FNSafer, qui demande la mise en place d'une «commission de déclassement», autorisant, au compte goutte, le bétonnage des terres agricoles. La FNSafer appelle également à «plus de régulation et de transparence» sur les transferts de parts sociales et sur le travail à façon, pour «permettre le renouvellement des générations». L'organisation souhaite «une grande loi foncière» pour 2019, après la publication, le 4 décembre, du rapport de la mission d'information sur le foncier agricole.

    [ Publié le 06-12-2018 ]
  • La FNEDT appelle à «rejoindre les agriculteurs si des manifestations s’organisent»

    La FNEDT (entreprises de travaux agricoles) «est favorable à rejoindre les agriculteurs si des manifestations s’organisent», a indiqué son président Gérard Napias, dans un communiqué diffusé le 6 décembre. L’organisation «appelle à la mobilisation» notamment pour «faire respecter les engagements pris dans EGAlim», à l'image de ce que revendiquent la FNSEA et les JA, après l’annonce par le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume du report de la publication de l'ordonnance sur le relèvement du seuil de revente à perte (SRP). «Il en va de la sauvegarde des exploitations agricoles et de la compétitivité des filières agroalimentaires du pays. Il en va également de la réussite des activités de nos entreprises», estime Gérard Napias dans le communiqué.

    [ Publié le 06-12-2018 ]
  • Lait: Bel reconduit son accord annuel à 350 € les 1000 litres

    L’accord assez inédit qu’avait passé l'année dernière le fromager Bel avec l’association des Producteurs Bel de l’ouest (APBO), qui réunit les quelque 800 exploitations collectées par l’industriel, est reconduit, a annoncé le groupe lors d’une conférence de presse le 6 décembre. «Cet accord, qui concerne 100 % de notre collecte laitière [420 millions de litres de lait, ndlr] prévoit une rémunération annuelle de 350 euros pour 1000 litres, plus une prime de 21 euros pour une mise au pâturage [de 150 jours minimum, ndlr] et une alimentation des troupeaux sans OGM», explique Antoine Fievet, président du groupe Bel. La rémunération prévue sur une base annuelle reste donc inchangée par rapport à l’année dernière.

    [ Publié le 06-12-2018 ]
  • Face à la mobilisation de la FNSEA, WWF France défend les mesures du gouvernement

    Au lendemain de l'annonce de manifestations de la FNSEA durant la semaine du 10 décembre, l'ONG WWF France dénonce, dans un communiqué le 6 décembre, l'une des trois revendications du syndicat, celle de faire annuler la hausse de la redevance pour pollutions diffuses (RPD), prévue dans le projet de loi de finances pour 2019 actuellement en examen. WWF France défend également l'ordonnance actant la séparation de la vente et du conseil des phytos, actuellement en chantier et pointée du doigt par la FNSEA. « Si le gouvernement cédait, ce serait un signal incompréhensible », estime le directeur général de WWF France Pascal Canfin cité dans le communiqué. En juillet dernier, les deux organisations avaient publiquement enterré la hache de guerre, en co-signant un «manifeste pour une agriculture prospère et durable».

    [ Publié le 06-12-2018 ]
  • Des fédérations de la Conf’ et le Modef appuient les Gilets jaunes

    Des fédérations départementales de la Confédération paysanne «ont rejoint ou vont rejoindre» les Gilets jaunes, tandis que le Modef appelle à «tendre la main» au mouvement, indiquent indépendamment les deux syndicats, le 5 décembre. Dans une «lettre ouverte à nos concitoyens, avec ou sans gilet jaune», le secrétariat national de la Confédération paysanne indique que «certaines des revendications portées par le mouvement social des Gilets jaunes trouvent un écho particulier pour les ruraux et les citoyens que nous sommes». «Au quotidien, nous subissons l’inégal partage de la valeur produite dans les filières», souligne la lettre ouverte. Le Modef quant à lui « demande que le président de la République écoute le peuple ainsi que la détresse des paysans et du monde rural ».

    [ Publié le 05-12-2018 ]
  • Cannabis à usage thérapeutique: une légalisation possible dès «début 2019»

    Une légalisation de la production de cannabis à usage thérapeutique est possible «dès début 2019», a estimé Jean-Baptiste Moreau, député LREM de la Creuse, à l’issue d’une réunion à l’Assemblée nationale le 5 décembre consacrée à cet enjeu. «Il faut attendre que l’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments) rende un rapport définitif», rappelle-t-il, alors que l’institution étudie l’opportunité et les modalités d’une éventuelle légalisation dans un comité scientifique temporaire devant rendre ses conclusions d’ici la fin de l’année. «Ensuite, c’est faisable par décret» du ministère de la Santé, indique-t-il. Le député, qui y voit une opportunité de diversification pour les agriculteurs, estime que «1 million de malades pourraient être soulagés par l’usage de cannabis thérapeutique en France».

    [ Publié le 05-12-2018 ]
  • Manifestation de la FNSEA et des JA confirmée pour la semaine du 10 décembre

    Réunie en bureau ce 5 novembre, la FNSEA a validé le principe d'appeler à manifester, aux côtés des Jeunes agriculteurs, durant la semaine du 10 décembre, rapporte le secrétaire général de la FNSEA, Jérôme Despey. Les modes d'action sont encore en discussion entre la FNSEA et les JA. Sous le mot d'ordre général «halte au matraquage», trois grandes revendications: la fermeture des cartes diffusées par Greenpeace («fermes-usines») et l'Etat (glyphosate.gouv.fr), et une parole forte de l'Etat suite aux attaques de boucheries et abattoirs ; sur la question des charges, pas de hausse de la redevance pour pollutions diffuses (RPD), en débat à l'Assemblée nationale jusqu'au 17 décembre ; et la parution des ordonnances concernant le SRP et les promos lors du prochain conseil des ministres du 12 décembre.

    [ Publié le 05-12-2018 ]
  • Casino lance le premier étiquetage sur le bien-être animal

    Casino lance le premier étiquetage en France sur le niveau de bien-être animal en collaboration avec trois organisations welfaristes (CIWF, LFDA, OABA). Ce nouveau référentiel s’applique aux poulets de chair et sur l’ensemble du cycle de vie de l’animal, de la naissance à l’abattage et non aux seuls modes d’élevage. L’étiquette comprendra quatre niveaux: A pour supérieur, B pour Bien, C pour Assez bien et D pour Standard. Parmi les 230 critères retenus figurent l’éclairage naturel des bâtiments, le rythme de croissance des poulets et la durée de transport jusqu’à l’abattoir. Ses critères ont été, dans un premier temps, définis par le distributeur et les ONG ; leur pertinence et contrôlabilité ont ensuite été testées avec les groupements d’éleveurs fournisseurs de Casino.

    [ Publié le 05-12-2018 ]
  • Mission foncier: les rapporteurs partagent le constat, pas toutes les propositions

    La mission parlementaire d'information sur le foncier agricole, menée par le député LREM Jean-Bernard Sempastous (LREM) avec ses corapporteurs Anne-Laurence Petel (LREM) et Dominique Potier (PS), a présenté le 4 décembre un rapport à l'Assemblée Nationale, dont toutes les propositions ne sont pas partagées par l'ensemble des auteurs. Ensemble ils alertent sur «l'artificialisation aveugle» et la «progression des formes sociétaires». Pour y répondre, Anne-Sophie Petel (LREM) défend une mise en commun locale des moyens des acteurs publics et privés, au sein de dispositifs «prenant en compte la diversité des territoires», tandis que Dominique Potier (PS) préconise une «grande loi universelle» pour faire «sauter le verrou constitutionnel» sur le contrôle des cessions de parts sociales.

    [ Publié le 05-12-2018 ]
  • Bruxelles envisage des droits compensateurs de 25 % à 33 % sur le biodiesel argentin

    Les services de la Commission européenne ont conclu leur enquête anti-subvention sur les importations de biodiesel argentin et proposent de leur imposer un droit compensateur définitif allant de 25 % à 33,4 % selon l’entreprise exportatrice. Un niveau de droit selon eux « suffisant pour éliminer le risque de préjudice » que représente ces « importations subventionnées » pour l’industrie de l’UE. Les « parties intéressées » ont jusqu’au 13 décembre pour transmettre leurs commentaires éventuels à Bruxelles. Il reviendra ensuite à la Commission de prendre formellement la décision d’instaurer ces droits compensateurs, sans effet rétroactif toutefois.

    [ Publié le 05-12-2018 ]
  • Erratum: le résultat net de Maïsadour en progression de 94%

    En 2017-2018, le groupe Maïsadour affiche un résultat net en progression de 94%, et non de 34%, comme indiqué par erreur dans un Agra Live paru ce jour. Soit un quasi-doublement du résultat net.

    [ Publié le 04-12-2018 ]
  • La CR se félicite du report de la publication de l’ordonnance sur le SRP

    À contre-courant d’autres organisations, la Coordination rurale «se félicite du report du projet d’ordonnance inutile sur le SRP», dans un communiqué de presse du 4 décembre. Le syndicat estime cette mesure «inutile» car elle «ne servira qu’à enrichir un peu plus la grande distribution». Dans le contexte du mouvement des Gilets jaunes, Damien Brunelle, secrétaire général adjoint, s’inquiète également que le monde agricole soit accusé d’être responsable des augmentations de prix. Toutefois, la CR «exige une ordonnance interdisant l’achat à perte pour les matières premières agricoles via l’établissement de prix abusivement bas fixés par l’Observatoire de la formation des prix et des marges».

    [ Publié le 04-12-2018 ]
  • Maïsadour : bénéfice doublé et cession de 29 Gamm vert à InVivo

    La coopérative Maïsadour va céder 29 Gamm vert à son master-franchiseur InVivo, a-t-elle annoncé le 4 décembre à l’occasion d’une AG présentant un résultat net multiplié par deux en 2017-18. Cette opération, prévue au printemps 2019, concerne 80% du pôle jardineries et motoculture du groupe, selon un communiqué. Par ailleurs, le projet de fusion avec la coopérative Périgord Aviculture (chiffre d’affaires : 18,5 M€) a été validé. Un rapprochement qui permet à Maïsadour de renforcer sa position de n°2 des volailles label» avec au total 15 M animaux produits. Le groupe affiche en 2017-18 un chiffre d’affaires de 1,3 Mrd € (-1,8%), pour un résultat net de 9,3 M€ (+94%) et un EBE de 52,7 M€ (+34%) qui marquent «la fin d’une période de convalescence».

    [ Publié le 04-12-2018 ]
  • Employeurs agricoles: la MSA maintient l'ancienne formule du service Tesa en 2019

    Le service Tesa (Titre emploi service agricole), proposé par la MSA aux employeurs de main-d’œuvre agricole de CDD de moins de 3 mois, sera «maintenu au-delà du 1er janvier 2019» dans sa forme actuelle, a indiqué la MSA dans un communiqué de presse le 4 décembre. Ce service sert notamment à faciliter les déclarations d’embauche par les employeurs agricoles. Le Tesa dans sa version actuelle devait disparaître au 1er janvier 2019, remplacé par un «nouveau Tesa», permettant de gérer l’emploi de salariés en CDI ou CDD, quelle que soit la durée et intégrant le prélèvement à la source. Sauf que la version actuelle était «plébiscitée», car considérée comme plus simple et plus adaptés aux travailleurs occasionnels. Finalement, les deux versions resteront disponibles, annonce la MSA.

    [ Publié le 04-12-2018 ]
  • TODE: l’Assemblée nationale adopte le PLFSS 2019 en lecture définitive

    Les députés ont adopté le Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019 par 42 voix contre 32 (et 2 abstentions) en lecture définitive le 3 décembre dans la soirée. Le vote a eu lieu après plusieurs heures d’échanges ponctués de plusieurs rappels au règlement durant lesquels les représentants de l’opposition ont axé leurs critiques du texte par rapport aux revendications des Gilets jaunes. Sur le plan agricole, le vote entérine les modifications apportées par l’Assemblée nationale en seconde lecture, notamment l’abaissement du seuil d’exonération de charges prévues par le dispositif devant remplacer le TODE (travailleurs occasionnels) à 1,20 Smic, contre 1,25 Smic dans la version votée par le Sénat.

    [ Publié le 04-12-2018 ]

Toutes les brèves

RECHERCHE

ÉDITION N°1505

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux