Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

Toutes les brèves de bourgogne

Vin

Les Grands Jours en caves en mars

La dernière édition des Grands Jours de Bourgogne, salon international bisannuel, s’est tenue en mars 2018. L’édition 2020, initialement prévue du 9 au 13 mars, n’a pu être maintenue en raison de l’évolution de l’épidémie de Covid-19. Compte tenu de la situation actuelle, le conseil d’administration a décidé le 12 novembre, en respectant l’avis des organismes de gestion, de fixer la prochaine édition des Grands Jours de Bourgogne en mars 2022, afin qu’elle puisse se dérouler « physiquement » et pleinement. Néanmoins, pour garder ces précieux moments de convivialité et de partage chers aux bourguignons, une semaine d’accueil dans les caves sera organisée du 15 au 19 mars prochains. Un format différent et allégé, mais qui permettra de maintenir le contact entre professionnels, crucial pour tous. Forts de leur expérience et voulant préserver la convivialité et le contact avec leurs clients prescripteurs (cavistes, restaurateurs, importateurs, agents…), les organisateurs des Grands Jours de Bourgogne, vignerons et négociants, proposeront un accueil dans les caves du 15 au 19 mars. Acheteurs et journalistes, seront les bienvenus en Bourgogne ! Cette solution est possible grâce au soutien des fidèles partenaires du salon : le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB), le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, les Départements de Côte-d’Or, de Saône-et-Loire et de l’Yonne, et le Crédit Mutuel, sponsor de l’évènement.

[En ligne le 27-01-2021]

Santé

Des fiches pratiques de la MSA pour accompagner les professionnels agricoles

Les médecins du travail et les préventeurs des risques professionnels de la MSA ont mis à jour deux fiches pratiques précisant les mesures sanitaires à respecter, afin d’accompagner les professionnels agricoles dans leur activité professionnelle. Il s’agit de : travail dans un réseau de vente directe ; accueil de travailleurs saisonniers (focus saisonniers étrangers).
Ces fiches, régulièrement mises à jour, sont consultables et téléchargeables sur : ssa.msa.fr

[En ligne le 27-01-2021]

Téléphonie mobile

64 nouveaux sites à construire en Bourgogne Franche-Comté

Le gouvernement se mobilise pour faire de l’accès de tous aux infrastructures et aux usages du numérique une véritable politique publique déployée sur l’ensemble du territoire. Le New Deal Mobile s’inscrit dans cette politique essentielle pour rapprocher le numérique du quotidien des Français. À ce titre, Cedric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, a signé mi-décembre deux nouveaux arrêtés ministériels définissant 593 nouveaux sites, jusqu’alors non ou mal couverts en téléphonie mobile, pour lesquels les opérateurs Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR devront fournir une couverture 4G au plus tard dans les 24 mois. 64 de ces nouveaux sites sont en Bourgogne Franche-Comté.

[En ligne le 27-01-2021]
Haut de page

Toutes les brèves de côte d'or

Le Gds répond à vos questions

Qu’est-ce que l’ICA ?

L’objectif de l’ICA (information sur la chaîne alimentaire) est d’anticiper et d’adapter les mesures de contrôles à l’abattoir. Cette information est transmise à chaque nouveau détenteur du bovin par l’intermédiaire de l’ASDA (carte verte). Les ASDA ont été modifiées en ce sens depuis juillet 2018.

L’éleveur qui cède un animal doit préciser s’il y a - ou non - un risque sanitaire à déclarer nécessitant la transmission d’informations sur la chaîne alimentaire. Si ce risque existe, il est détaillé au recto de l’ASDA. Il est aussi possible de déclarer un risque non listé. Il est à préciser au bout de la phrase «ce bovin présente un risque avéré nécessitant des mesures de gestion». Cette déclaration concerne par exemple une aiguille cassée ou un corps
étranger.

Comme vous pouvez l’imaginer, l’information est de première utilité pour l’aval de la filière au niveau des métiers de l’alimentation. Il faut toujours penser à rayer la mention inutile au recto et signer l’ASDA. Même si, dans plus de 99 % des cas, l’animal ne présente aucun risque sanitaire à déclarer en sortie d’élevage.
Pour tout bovin possédant une ASDA ancienne formule et la nécessité de notifier le nouveau risque, il faut joindre un document d’accompagnement spécifique téléchargeable sur le site du GDS (www.gdsbfc.org).

[En ligne le 30-04-2020]

Supermarché

Avis aux amateurs

Carrefour Contact Talant, supermarché de proximité qui propose une large gamme de produits d’épicerie, produits frais, boucherie traditionnelle, fruits et légumes frais, pain et produits bio, s’adresse aux agriculteurs de la région. Par une communication sur sa page Facebook datant du 24 mars, le supermarché se propose d’écouler certains produits agricoles ne pouvant plus être vendus suite à la fermeture des marchés. L’annonce est principalement axée sur les fruits et légumes mais peut également s’intéresser aux œufs et au lait frais. Le magasin est déjà alimenté en viandes. L’objectif est « d’aider les producteurs avec une collaboration sur la base du gagnant-gagnant ». Contact : 03 45 83 54 55, aux horaires du magasin.

[En ligne le 01-04-2020]

GDS21

Informations sur la continuité de nos services (au 19 mars 2020 - 8 h 00)

En application de l’article 1er du « Décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19 », le fonctionnement du GDS s’en trouve impacté.
Nos bureaux de Bretenière ne sont plus ouverts au public, sauf urgence. Une équipe réduite assure l’accueil téléphonique et la priorité est donnée à la gestion des documents nécessaires à la poursuite de votre activité. La gestion de l’IBR et de la BVD sera réalisée secondairement avec des délais aménagés.
L’assemblée générale prévue le 31 mars est reportée à une date ultérieure.
Nos techniciens ne sont actuellement plus en mesure de se rendre chez vous. Cette position sera réévaluée en fonction de l’évolution du contexte.
Pour tout besoin, vous pouvez nous contacter par téléphone au 03 80 68 67 30 ou par courriel à gds21@reseaugds.com
Des informations complémentaires sont disponibles sur notre site internet : https://www.gdsbfc.org
Nous vous remercions de votre compréhension et restons à votre disposition pour toute information complémentaire.
Nous vous souhaitons à toutes et à tous beaucoup de courage en cette période bien particulière.
Prenez bien soin de vous et de vos proches.
Jean-Luc Chevalier, président du GDS de la Côte d’Or

[En ligne le 26-03-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de nièvre

Chasse

Mesures de restrictions

Dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du virus covid-19, Sylvie Houspic, préfète de la Nièvre, rappelle que toutes les actions de chasse, collectives comme individuelles, sont suspendues. Il en est de même des opérations de destruction des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts, qui sont interdites sur tout le territoire, quel que soit le type de propriété (communale, domaniale, privée…), sauf dérogation en cas de risque sanitaire ou de dégâts particuliers aux cultures et aux élevages.
Pour ces seules exceptions, une autorisation individuelle spécifique sera délivrée par la Direction départementale des territoires (DDT), en complément de l’arrêté préfectoral portant autorisation de destruction au bénéficiaire. Cette autorisation dérogatoire devra être présentée en cas de contrôle par le chasseur ou le piégeur, qui devra intervenir seul et dans des conditions de sécurité optimales.
Les piégeurs ne disposant pas d’autorisation dérogatoire doivent aller détendre leurs pièges.
Les demandes d’autorisation formulées par les chasseurs et les piégeurs devront être dûment justifiées au regard des motifs dérogatoires. Elles seront adressées à la fédération des chasseurs de la Nièvre, qui sollicitera les services de la DDT pour l’établissement des autorisations individuelles.

[En ligne le 07-05-2020]

PCAE 2020

Report de la date de clôture

Suite à la crise sanitaire et au dispositif de confinement qui a été déployé sur l’ensemble du territoire français dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19, la Région BFC a décidé de reporter la date de clôture de l’appel à projets du Plan de Compétitivité et d’Adaptation des Exploitations agricoles 2020 (PCAE) en 2 ou 3 phases de dépôts avec plusieurs dates possibles :

Les Volets qui se dérouleront en 3 phases :
Volet économies d’énergie en élevage
Volet modernisation classique des bâtiments d’élevage dans les exploitations agricoles
Volet transformation et la commercialisation dans les exploitations agricoles.
Cet appel à candidatures est composé de 3 phases de sélection. Les temps de sélection porteront sur les dossiers complets.

- 1er temps de sélection : date de complétude : 07/05/2020

- 2ème temps de sélection : date de complétude : 15/07/2020

- 3ème temps de sélection : date limite de dépôt : 04/09/2020
date de complétude : 25/09/2020

Les Volets concernés par les deux phases :
Volet gestion des effluents en zone vulnérable
Volet : équipements productifs en faveur d’une agriculture durable
Volet préservation de la qualité de l’eau (aires de lavage collectives).
Volet pour la réalisation d’aires de remplissage et de lavage des pulvérisateurs (projets individuels)
Cet appel à candidatures est composé de 2 phases de sélection. Les temps de sélection porteront sur les dossiers complets.

- 1er temps de sélection : date de complétude : 07/05/2020

- 2ème temps de sélection : date limite de dépôt : 01/07/2020
(date de complétude : 15/07/2020)

Cette décision permet aux éleveurs d’avoir plus de temps, pour récupérer les pièces administratives pour finaliser leur demande de subvention. Toutefois pour limiter le retard dans la réalisation de vos travaux, nous vous conseillons de finaliser votre dossier dès que possible.
Pendant cette période de confinement, les conseillers de la Chambre d’agriculture de la Nièvre restent joignables, à votre écoute et à votre disposition :

Contacts :
PCAE Agriculture durable : Céline Beauvois 03 86 93 40 00
PCAE Transformation et commercialisation : Clémence Guillaumet 06 47 86 89 21
PCAE Bâtiment volet modernisation classique et volet gestion des effluents : Perrine Raverat 06 31 14 61 82.

[En ligne le 16-04-2020]

Chambre d’agriculture

Des références accessibles à tous

La Chambre d’agriculture met à votre disposition deux documents technico-économiques portant sur des résultats 2018 consolidés.
Le premier est un document de synthèse annuel spécifique au Département. Il présente l’analyse de 68 résultats individuels, construits avec les mêmes méthodes de calcul et d’analyses, provenant de gestions technico-économiques, d’audits d’exploitation, de suivis dans le cadre du Réseau de Références Inosys et d’autres études diverses.

Les exploitations ont été classées en trois groupes, selon la typologie utilisée dans le Réseau de Références Élevage Charolais de l’Institut de l’Élevage : les herbagers (moins de 15 % de cultures dans la SAU), les diversifiés cultures (15 à 40 % de cultures dans la SAU) et les polyculteurs-éleveurs (plus de 40 % de cultures dans la SAU).

La seconde brochure présente les résultats, pour ce même exercice 2018, des fermes du Réseau de Références Élevage Charolais, à dimension interdépartementale. La clé de répartition des exploitations repose sur la spécialisation herbagère, mais aussi sur les types d’animaux produits.

Ces deux documents font partie des références technico-économiques que les Conseillers de la Chambre d’Agriculture utilisent pour leurs formations, leurs études et conseils. Ils peuvent vous permettre de positionner vos résultats par rapport aux références locales.

[En ligne le 09-04-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de Yonne

Viticulture

L’organisation des caveaux après le déconfinement

Dans un communiqué datant du 28 avril, la Chambre d’agriculture de l’Yonne indique que « depuis le début du confinement, la profession viticole souffre fortement dans la mesure où les ventes de vins et notamment celles de vin en bouteille ont considérablement diminué, tant à l’export que sur le territoire national ». Des problématiques abordées dans nos pages ces dernières semaines. Alors, une question revient chez tous les viticulteurs : comment l’activité va s’organiser après le 11 mai, date actuellement fixée par le gouvernement pour le déconfinement de la France ? « Avant confinement, bon nombre d’entre eux (les viticulteurs) conjuguaient dégustation sur site et vente à emporter », continue la Chambre d’agriculture de l’Yonne. Des activités pour l’heure rendues impossibles par les consignes sanitaires imposées. « Une réunion de travail initiée par la Chambre d’agriculture sur suggestion du Préfet a permis d’entendre sur ce point les représentants des différentes composantes de la viticulture icaunaise (caves coopératives, vignerons indépendants, syndicats d’appellations…). Face aux responsabilités de chacun vis-à-vis des consommateurs acheteurs mais également des salariés des établissements, il apparaît dans un premier temps inopportun de réintroduire la pratique de la dégustation au sein des caveaux », poursuit la Chambre d’agriculture de l’Yonne.
Ainsi, des préconisations sont faites : « lorsque les mesures devant être respectées auront été précisées par les Pouvoirs publics en matière de réouverture nationale des activités de débit de boissons et/ou de restauration, leurs grands principes assortis le cas échéant d’adaptations spécifiques, seront repris pour conditionner la réactivation de la pratique de la dégustation en caveau. Aussi, « dans l’immédiat, les caveaux icaunais ne pratiqueront que la vente de vins en bouteilles ou autres contenants, en respectant les mesures de lutte contre le COVID-19 applicables à une activité de commerce de détail », détaille la Chambre d’agriculture de l’Yonne.
Les représentants professionnels viticoles invitent tous les établissements icaunais concernés à respecter ces préconisations. « Il en va du sens de la solidarité et de la responsabilité d’un secteur qui depuis bien longtemps a dû et su conjuguer activité économique et santé publique », conclut la Chambre d’agriculture de l’Yonne.

[En ligne le 07-05-2020]

PAC

La date de clôture de télédéclaration reportée au 15 juin

Dans un communiqué datant du 29 avril, la préfecture de l’Yonne indique que «la télédéclaration des aides à la surface de la PAC (Politique agricole commune) a ouvert le 1er avril 2020 sur le portail TéLéPAC. Dans le contexte de pandémie liée au Covid-19, le ministre de l’Agriculture a décidé de repousser la date de clôture de télédéclaration au 15 juin 2020, au lieu du 15 mai 2020».
Un décalage qui permet aux services tels que les Chambres d’agriculture et les coopératives «de s’organiser et d’accompagner les exploitants à faire leur télédéclaration, sachant que la date du 15 mai reste la date à laquelle sont appréciés les engagements des demandeurs». Aussi, «cette date du 15 mai doit être celle à privilégier par les exploitants qui font leur déclaration en autonomie. Ils doivent dès maintenant effectuer leur demande sur le site TéLéPAC. Cela garantira l’instruction de leurs dossiers par la DDT (Direction départemental des territoires) et permettra que la mise en paiement du premier acompte des aides PAC ait lieu comme prévu en octobre 2020», ajoute la préfecture de l’Yonne.

[En ligne le 07-05-2020]

Préfecture

L’interdiction de brûler des déchets verts à l’air libre prononcée

Dans un communiqué datant du 23 avril, la préfecture de l’Yonne met en avant une «vigilance accrue concernant le risque de feux d’espaces naturels dans l’Yonne». L’absence de précipitations depuis plusieurs semaines dans le département «constitue un facteur aggravant lors de brûlages de végétaux effectués aux abords d’une végétation qui n’a pas encore poussé», poursuit la préfecture de l’Yonne. «Cette situation peut être génératrice de départs de feux d’espaces naturels. Ces feux sont ensuite susceptibles de parcourir plusieurs hectares».
Depuis le 5 avril, la préfecture de l’Yonne indique que les sapeurs-pompiers sont intervenus à 15 reprises (chiffre au 23 avril) pour des feux de broussailles, de sous-bois et de stockage de bois, détruisant plus de 12 hectares de végétation.
Ainsi, «en application de la circulaire du 28 novembre 2011 relative au brûlage à l’air libre des déchets verts du Ministère de l’Environnement et du règlement sanitaire départemental, il est interdit de brûler des déchets verts à l’air libre», annonce la préfecture de l’Yonne. Toute personne venant à brûler des déchets verts à l’air libre est passible d’une amende de 450 €. «La responsabilité civile de l’auteur peut également être engagée», conclut la préfecture.

[En ligne le 30-04-2020]
Haut de page

RECHERCHE

ÉDITION N°1628

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux