Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

Toutes les brèves de bourgogne

Chambres d’agriculture

L’APCA demande de la visibilité financière aux députés

«On ne peut pas demander aux Chambres d’agriculture de s’engager sur un contrat d’objectifs jusqu’en 2025 sans régler la question des moyens financiers jusqu’en 2025, notamment le Compte d’affectation spéciale Développement agricole et rural (Casdar) et la Taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non-bâti (TATFNB)», a déclaré Sébastien Windsor à Agra Presse le 26 juin. Le président de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA) était auditionné le même jour par les députés de la mission d’information sur le financement des Chambres. Créée le 24 juin, elle regroupe 21 députés autour du président Jean-Pierre Vigier (LR, Haute-Loire) et des rapporteurs Stéphane Travert (LREM, Manche, ancien ministre de l’Agriculture) et Marie-Christine Verdier-Jouclas (LREM, Tarn). La mission présentera ses conclusions au second semestre 2020 autour de quatre thèmes: missions, structuration du réseau, gouvernance et statut des salariés, financement. Un périmètre «cohérent» aux yeux de Sébastien Windsor, qui souhaite «voir traiter ensemble ces sujets dans le contrat d’objectifs» en discussion avec le gouvernement. Il a insisté devant les députés sur « l’utilité du réseau des Chambres pour les agriculteurs et les pouvoirs publics durant la crise du Covid». «On a pu avoir cette réponse-là parce qu’on a bâti notre projet stratégique pour 2025», estime-t-il. Bouclé fin 2019, celui-ci est entré «en phase de déploiement». Lors de la discussion du Projet de loi de finances (PLF) pour 2020, les Chambres d’agriculture ont échappé de justesse à une coupe budgétaire voulue par le gouvernement.

[En ligne le 02-07-2020]

Retraites

La FNSEA s’inquiète du financement

Après l’adoption définitive le 29 juin par les sénateurs, de la proposition de loi du député André Chassaigne (PCF, Puy-de-Dôme), la FNSEA et JA se félicitent, dans un communiqué, de «cette victoire importante. Il était en effet profondément injuste qu’un agriculteur touche un minimum basé sur 75 % du Smic alors qu’un salarié bénéficie d’une retraite minimum calculée sur 85  % du Smic ». Cependant la FNSEA s’inquiète que «le texte voté au Parlement ne prévoit (…) pas de financement» et veillera à ce que la solidarité nationale «finance cette revalorisation conformément aux engagements du gouvernement». Elle rappelle à ce dernier la revalorisation des retraites de 2016 (75 % du Smic) «qui avait été, au final, en partie supportée par les actifs agricoles». La FNSEA regrette que cette réforme se limite aux «seules carrières complètes des chefs d’exploitation», que les conjointes et les aides familiaux soient mis de côté et que les polypensionnés soient exclus. «Nos organisations ne pourront se réjouir que lorsque ces injustices seront résolues», conclut le communiqué.

[En ligne le 02-07-2020]

Céréales

Nouveau bureau pour l’AGPB

Le conseil d’administration de l’AGPB a reconduit Éric Thirouin dans ses fonctions de président. Le conseil d’administration de l’AGPB a aussi élu un bureau dans lequel figurent notamment deux Bourguignons : les côte-d’oriens Philippe Dubief-Bechet (vice-président) et Jacques De Loisy.

[En ligne le 25-06-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de côte d'or

Emploi

Recherche de maître d’apprentissage

Armand, futur étudiant en BTSA Acse (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole), recherche un maître d’apprentissage dans une exploitation en grandes cultures ou polyculture élevage pour une durée de 2 ans à partir de septembre 2020. Âgé de 20 ans, il est titulaire du permis B et possède une voiture. Il est donc mobile sur tout le département. Résident à Brazey-en-Plaine, il souhaiterait pouvoir loger à proximité de l’exploitation si celle-ci se situe à plus de 30 km de son domicile. Titulaire d’un bac S, il a effectué des missions au sein du service de remplacement 70 et a également travaillé en contrat saisonnier en grandes cultures (moisson, pressage, préparation des sols, semis…). Pour obtenir ses coordonnées, contactez le Service Juridique Emploi de la FDSEA 21 au 03 80 68 67 68 ou sje@fdsea21.fr.

[En ligne le 18-06-2020]

Chambre d’agriculture

Les formations reprennent

Certaines formations ont repris depuis fin mai à Bretenière dans le respect, bien sûr, des mesures sanitaires. C’est notamment le cas d’Inst’Agri qui permet aux porteurs de projet de s’approprier les chiffres de leur future installation. Une autre actualité concerne le service formations de la Chambre d’agriculture de Côte-d’Or, avec le bilan de satisfaction des 196 stages de l’année 2019.

Les résultats sont extrêmement positifs : 97 % des 1 200 stagiaires qui ont répondu au formulaire ont été satisfaits de leur formation. Pour 99 % des personnes sondées, la formation à laquelle ils ont pris part était «bien ou très bien organisée». Pour 98 % des stagiaires, les interventions étaient de «bonne ou de très bonne qualité». Les acquis de la formation seront utilisés «à court terme sur l’exploitation» pour 92 % des participants. La formation a «bien ou très bien répondu aux attentes» dans 99 % des cas.

[En ligne le 18-06-2020]

Le Gds répond à vos questions

Qu’est-ce que l’ICA ?

L’objectif de l’ICA (information sur la chaîne alimentaire) est d’anticiper et d’adapter les mesures de contrôles à l’abattoir. Cette information est transmise à chaque nouveau détenteur du bovin par l’intermédiaire de l’ASDA (carte verte). Les ASDA ont été modifiées en ce sens depuis juillet 2018.

L’éleveur qui cède un animal doit préciser s’il y a - ou non - un risque sanitaire à déclarer nécessitant la transmission d’informations sur la chaîne alimentaire. Si ce risque existe, il est détaillé au recto de l’ASDA. Il est aussi possible de déclarer un risque non listé. Il est à préciser au bout de la phrase «ce bovin présente un risque avéré nécessitant des mesures de gestion». Cette déclaration concerne par exemple une aiguille cassée ou un corps
étranger.

Comme vous pouvez l’imaginer, l’information est de première utilité pour l’aval de la filière au niveau des métiers de l’alimentation. Il faut toujours penser à rayer la mention inutile au recto et signer l’ASDA. Même si, dans plus de 99 % des cas, l’animal ne présente aucun risque sanitaire à déclarer en sortie d’élevage.
Pour tout bovin possédant une ASDA ancienne formule et la nécessité de notifier le nouveau risque, il faut joindre un document d’accompagnement spécifique téléchargeable sur le site du GDS (www.gdsbfc.org).

[En ligne le 30-04-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de nièvre

Chambre d’agriculture

Certiphyto : pensez au renouvellement

Quelle que soit votre situation (première obtention ou renouvellement) ce document est obligatoire pour l’utilisation de vos produits phytosanitaires, alors mieux vaut ne pas tarder à se lancer dans les démarches. C’est pourquoi la Chambre d’agriculture vous accompagne en vous proposant des modules de formations. Pour les agriculteurs qui doivent renouveler leur Certiphyto, il est important de regarder la date d’expiration de votre document. L’idéal est d’engager les démarches entre trois et six mois avant la date butoir. Inutile de la faire avant, mais attention à ne pas renouveler après la date car vous risqueriez de recommencer à zéro. Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour le renouvellement :
• Soit une formation de renouvellement de 7 heures. La chambre vous propose pour cela un pack Certiphyto par semestre, comprenant la formation et la réalisation de la démarche administrative de renouvellement de votre certificat.
• Un QCM seul de 30 questions avec un minimum de 50 % de bonnes réponses. Il est réalisable à la Chambre d’agriculture (à partir de trois stagiaires). Comptez 76 euros HT (inclus les frais de démarches administratives).
• Le suivi de 14 heures de formation, labellisée Écophyto par Vivéa, dans les 3 ans précédant le renouvellement. Ces formations vous permettent de perfectionner vos connaissances et vos pratiques afin de réduire l’usage des produits phytosanitaires ou d’avoir recours à des méthodes alternatives à ces produits tout en diminuant les risques et les impacts. Vous devez par la suite compléter ces 14 heures de formation par un module de formation en ligne de 2 heures sur le site du Vivéa (à faire au minimum 4 mois avant la date de renouvellement).
Précisions concernant les certiphyto qui étaient à renouveler en période de confinement : les Certiphytos échus entre le 12 mars et le 23 juin 2020 sont prorogés de 3 mois soit jusqu’au 23 septembre inclus.

Modalité d’obtention : premier certificat
Pour une première obtention, vous pouvez suivre la formation « Premier Certiphyto » de deux jours à la Chambre d’agriculture (formation comprenant un QCM avec obligation de résultat) ou passer par le mode QCM avec les mêmes modalités que pour un renouvellement.
Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Marie-Luce Baudot à la Chambre d’agriculture, tél. 03 86 93 40 62 ou marie-luce.baudot@nievre.chambagri.fr

[En ligne le 25-06-2020]

Decize

Lancement d’une consultation en ligne sur la réhabilitation et l’aménagement du pont sur la vieille Loire

Dans le cadre des études préliminaires précédant les travaux de réhabilitation et d’aménagement du pont sur la vieille Loire, à Decize, le Conseil départemental lance une consultation des citoyens en ligne, à compter du lundi 22 juin 2020.
Un questionnaire anonyme, assez rapide à remplir, permet à chacun d’exprimer ses souhaits, à la fois sur les travaux à réaliser, les solutions de circulation provisoires souhaitées et les besoins nouveaux à prendre en compte en termes de circulation (en voiture, à vélo ou à pied).
Une large participation des habitants et des usagers à cette concertation est attendue, afin de calibrer au mieux la réponse technique aux enjeux posés par cette réhabilitation/aménagement du pont.
Les citoyens peuvent remplir le questionnaire en ligne, en allant sur les sites internet du Conseil départemental de la Nièvre (www.nievre.fr), de la ville de Decize (www.ville-decize.fr) ou de la communauté de communes du Sud Nivernais (www.ccsn.fr).

[En ligne le 25-06-2020]

Enseignement

Le Lycée professionnel Cœur de Nièvre ouvre ses portes

Le lycée professionnel Cœur de Nièvre (ex Iperma) a organisé une journée portes ouvertes le mercredi 17 juin. L’objectif de cette journée était de présenter les apprentissages, répondre aux questions des parents et enfants qui sont intéressés par les filières proposées (service à la personne jusqu’au bac pro et agroéquipement jusqu’au BTS) et bien entendu de rassurer sur la continuité et la qualité des apprentissages. Durant cette journée, le port du masque était obligatoire et l’entrée se faisait par petits groupes pour des raisons de sécurité sanitaire liées au coronavirus.

Renseignement : 03 86 58 33 87

[En ligne le 18-06-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de Yonne

Initiative

Plus que quelques jours pour recycler vos pneus d’ensilage

Il ne reste plus que quelques jours pour pouvoir recycler vos anciens pneus d’ensilage. La FDSEA de l’Yonne s’est lancée dans une opération de collecte de pneus usagés utilisés pour l’ensilage. Un dispositif subventionné à hauteur de 75€/tonnes, par l’association Ensivalor, qui subventionne 15 000 tonnes de pneus par an. «Chaque exploitant souhaitant changer de système de stabilisation des tas d’ensilages doit remplir l’enquête avant le 5 juillet», indique la FDSEA de l’Yonne. Pour cela, il suffit de se rendre sur le lien suivant : ps://forms.gle/NstHBrR9Zpgtay8E6.

[En ligne le 02-07-2020]

Moissons

Une dérogation accordée pour la durée maximale du temps de travail

Pour les moissons, la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) de Bourgogne Franche-Comté autorise la dérogation de la durée  hebdomadaire maximale absolue, accordée pour une durée de quatre semaines (consécutives ou non) entre le 17 avril 2020 et le 31 août 2020. Ainsi, la durée maximale hebdomadaire de travail autorisée est portée à 60 heures, et la durée maximale hebdomadaire moyenne sur 12 semaines est portée à 46 heures.
Une dérogation qui concerne les salariés permanents et saisonniers, y compris les intérimaires à l’exception des mineurs et des personnes déclarés inaptes à de telles durées de travail par le médecin du travail. Les stagiaires sont également exclus de cette dérogation.
Dans le cadre de cette dérogation, les salariés doivent bénéficier d’un repos quotidien de 11 heures consécutives, d’une pause de 20 minutes après un temps de travail ininterrompu d’au plus six heures et de leurs droits acquis aux congés payés. Aussi, les salariés doivent bénéficier de 35 heures de repos hebdomadaires et la durée quotidienne de travail ne peut pas excéder 12 heures.
A noter que toutes les heures effectuées à partir de 48 heures doivent donner lieu à un repos compensateur égal à 50 % du temps de travail accompli.

[En ligne le 02-07-2020]

Moissons

Qui peut conduire un tracteur ?

En période de moissons, comme durant le reste de l’année, des règles sont a respecter par les agriculteurs et leurs salariés en ce qui concerne la conduire des tracteurs et télescopiques. Pour la conduite du tracteur sur route, toute personne majeure rattachée à une exploitation y est autorisée, après une période de formation dispensée par l’employeur. Quant aux mineurs de plus de 16 ans, ils peuvent conduire un tracteur seul ou attelé à un outil porté ou à une remorque si l’ensemble ne dépasse pas 2,5 mètres de large. De plus, ils ne doivent pas tracter plus d’une remorque ou matériel remorqué.
Pour la conduite d’un télescopique, l’employeur peut autoriser le salarié majeur à le conduire sur route et au champ si l’engin a été vérifié depuis moins de six mois par une personne qualifiée et si l’employeur a délivré une autorisation de conduite au salarié.
Pour les salariés mineurs, il faut en plus qu’ils soient en formation et que cette formation nécessite l’utilisation de l’appareil de levage et que l’employeur ait fait la déclaration de dérogation aux travaux interdits pour les jeunes de 15 à 18 ans en formation professionnelle auprès de la Direccte.
Les tracteurs ou télescopiques doivent  être munis d’un dispositif anti-renversement et d’une ceinture de sécurité.

[En ligne le 02-07-2020]
Haut de page

RECHERCHE

ÉDITION N°1585

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux