Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

Toutes les brèves de bourgogne

Phytos

Didier Guillaume confirme qu’il signera le Contrat de solutions

Dans un entretien accordé à RTL le 11 février, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a confirmé qu’il signera le Contrat de solutions (sur l’usage des phytos) proposé par la FNSEA avec une trentaine de partenaires. La signature aura lieu «dans quinze jours au Salon de l’agriculture», a-t-il précisé. Il n’a pas précisé quels seraient les engagements des parties. Le 17 janvier au Sival (Angers), Didier Guillaume avait indiqué à la présidente de la FNSEA Christiane Lambert qu’il était presque prêt à signer le Contrat de solutions. Son entourage précisait alors qu’il souhaitait vérifier au préalable que les mesures proposées seraient efficaces et ne relèveraient pas uniquement de la communication. Sur RTL, Didier Guillaume s’est par ailleurs exprimé sur le glyphosate: «Dans les trois ans (d’ici le 1er janvier 2021, ndlr) nous savons très bien que toutes les filières ne pourrons pas se passer de glyphosate (...) En trois ans, en France, 80% - en gros - de l’utilisation du glyphosate sera terminée».

[En ligne le 14-02-2019]

Agriculture de conservation

Le ministère et l’Apad planchent sur un PSE

François Maudin, agriculteur en Vendée, a été élu président de l’Association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad), lors de son assemblée générale, organisée le 5 février à Genech (Nord). Il remplace à ce poste Benoît Lavier, président depuis 2011. « Ma priorité est de faire reconnaître l’agriculture de conservation des sols comme une agriculture durable auprès des professionnels et du grand public », a-t-il indiqué à Agra Presse. Il souhaite par notamment travailler sur la « valorisation », via la création d’une marque dans les prochains mois. Un groupe de travail a par ailleurs été constitué sous l’égide du ministère de l’Agriculture, afin de créer des « indicateurs de résultat » adaptés à l’agriculture de conservation, pour la mise de place de paiements pour services environnementaux (PSE), dans le cadre de la future Pac. Il a également notifié son intention de travailler « avec les instituts techniques », sur la question du désherbage, pour identifier les « situations d’impasse».

[En ligne le 07-02-2019]

Multirisque climatique

La surface couverte toujours en hausse

« Un peu plus de 30 % » des surfaces en grandes cultures et viticulture seraient aujourd’hui couvertes en assurance multirisques climatiques, a indiqué François Schmitt, vice-président de Groupama dans une conférence de presse le 5 février. L’année dernière, ce chiffre atteignait 26 % en grandes cultures et 25 % en viticulture. « Pour la première fois, les surfaces en viticulture seraient à quelques dixièmes de pourcent plus développées qu’en grandes cultures » notamment à la suite des épisodes de gels sur vignes en 2017, a précisé François Schmitt. L’assureur a par ailleurs regretté la non-application en France de l’abaissement du seuil de déclenchement de l’assurance climatique permis par le règlement européen Omnibus. « Cette mesure permettrait d’arriver au doublement des surfaces couvertes. On estime que 60 à 65 % des surfaces devraient être couvertes pour dire que l’agriculture française est véritablement résiliente », a précisé Jean-Yves Dagès, le président de Groupama. En 2018 le groupe a versé 187 M€ d’indemnisations au titre de l’assurance climatique, notamment pour des dommages liés à la grêle (41 %) ou à la sécheresse (23 %), pour 220 M€ de primes. L’activité n’est toutefois « pas équilibrée » et reste portée par les autres activités du groupe, le montant des indemnisations ne prenant pas en compte les frais de gestion. Depuis 2005 et le lancement de sa première offre d’assurance climatique « Groupama a versé 2,4 Mrds € d’indemnisation pour 2,5 Mrds € de primes », a d’ailleurs précisé Delphine Letendart, directrice du marché agricole du groupe.

[En ligne le 07-02-2019]
Haut de page

Toutes les brèves de côte d'or

En bref

Dijon Céréales Les techniques de demain

Damier Vert vient de proposer cinq réunions techniques à Poinçon, Darcey, Aiserey, Til-Châtel et Époisses. L’équipe technique de Dijon Céréales a mis l’accent sur les systèmes de culture de demain. Ces derniers combineront des leviers agronomiques (amélioration de la fertilité biologique et chimique des sols, développement de la lutte alternative avec désherbage mécanique, insectes auxiliaires, variétés tolérantes, biocontrôle…) et technologiques (outils d’aide à la décision, réseau d’observation, agriculture de précision…) pour réduire les risques des bio-agresseurs qui ne pourront plus être contrôlés avec les solutions phytosanitaires actuelles.

[En ligne le 31-01-2019]

Calamités agricoles

C’est le moment de déposer votre demande d’indemnisation

Depuis mi-juillet la FDSEA et les JA (et seulement nous), avons été sur le terrain pour trouver des solutions à la situation climatique exceptionnelle que nous avons connu cet été. Nous avons pu obtenir, au-delà des aménagements réglementaires, des avances PAC, et des propositions de solutions techniques, un retour de près de 9 millions d’euros pour les exploitations de Côte d’Or :
Une aide au cheptel souche de la part du conseil régional (555 000 euros)
Un dégrèvement de la TFNB sur toutes les surfaces agricoles du département (2,1 millions d’euros).
La reconnaissance au titre des calamités agricole (6,39 millions d’euros).
Nous entrons dans la phase concrète des dépôts de demandes. Ce sont des étapes à ne pas rater !
Pour rappel :
La demande d’indemnisation au titre des calamités agricoles était à déposer via télécalam avant le 31 janvier. En cas d’oubli, contactez-nous au plus vite.
La demande d’aide du conseil régional est à retourner à l’ASP avant le 31 mars
N’attendez pas la dernière minute et n’hésitez pas à vous faire aider si besoin.

[En ligne le 31-01-2019]

ZDS

Encore une promesse non tenue !

Lors de sa visite en Côte d’Or, le ministre avait promis d’étudier sérieusement le cas des Hautes Côtes, injustement exclues de la ZDS, et d’envisager une modification du périmètre de la petite région agricole afin de pouvoir réintégrer les communes d’élevage au zonage.
Pourtant, à peine 10 jours plus tard, cette ouverture est balayée d’un revers de manche. L’administration émet un avis négatif catégorique et se retranche derrière divers prétextes technocratiques.
De qui se moque-t-on ? Et qui commande en France ? Apparemment, ce sont les administrations et non les représentants politiques.
La FDSEA et les JA ne céderont pas face à ces gens incapables de prendre en compte des réalités de terrain, de comprendre les vrais enjeux de leurs erreurs.
Puisque la logique et le bon sens ne semblent pas être compris en haut lieux, nous continuerons à demander pour obtenir gain de cause et évaluerons la possibilité de poursuivre notre combat sur le plan juridique.

[En ligne le 31-01-2019]
Haut de page

Toutes les brèves de nièvre

Sécheresse

Calamité agricole pour les pertes de récolte sur prairies

Suite à l’épisode de sécheresse de l’été 2018, le Gouvernement a reconnu par arrêté ministériel du 21 décembre 2018, le caractère de calamité agricole sur fourrages pour le département de la Nièvre excepté les 12 communes suivantes : Bulcy, Garchy, Mesves-sur-Loire, Pougny, Pouilly-sur-Loire, St-Andelain, St-Laurent-l’Abbaye, St-Martin-sur-Nohain, St-Père, St-Quentin-sur-Nohain, Tracy-sur-Loire, Vielmanay.
Pour toutes les autres communes, les exploitants peuvent demander à bénéficier d’une indemnisation.
Pour cela, ils doivent procéder à leur déclaration du 14 janvier au 12 février 2019.
NB : seule la procédure de télédéclaration informatique est mise en place (pas de dépôt papier). Les organismes de services suivants peuvent aider les exploitants dans leur démarche : Chambre
d’agriculture, CER France Alliance Centre, Sicafome, Elvea. Les modes opératoires et notice pour la télédéclaration sont consultables et téléchargeables sur le site des services de l’État de la Nièvre à l’adresse suivante : « www.nievre.gouv.fr », politiques publiques / agriculture / Calamité agricole.

[En ligne le 24-01-2019]

Irrigation

Du changement à la tête de l’Admien

Le bureau de l’Association départementale pour la maîtrise de l’irrigation en Nièvre (Admien) s’est réuni le mercredi 19 décembre à la Chambre d’agriculture pour des changements importants. Didier Guyon, à la tête de la structure des irriguants depuis 16 ans a cédé sa place à François Dulong céréalier à Avril-sur-Loire.

Quatre membres ont fait leur entrée au sein du bureau à savoir : Alexandre Collet ; Nicolas Faber ; Damien Guyot ; Aymeric Pinet des Écots (il devient secrétaire). Le bureau compte des désormais 12 membres.

Ces changements doivent encore être validés à l’occasion de l’Assemblée Générale qui doit se tenir courant février.
À ce jour, l’Admien compte 130 adhérents.

[En ligne le 24-01-2019]

Institut de l’élevage

Des échanges intéressants

Le comité de l’Institut de l’Élevage s’est réuni le jeudi 13 décembre à l’Agropôle du Marault à Magny-Cours. Autour de la table l’ensemble des acteurs de la filière bovine à savoir la Chambre d’agriculture, les représentants des éleveurs, les coopératives locales et l’interprofession. « Cette réunion avait pour nous trois objectifs. D’une part positionner l’Institut de l’Élevage par rapport aux projets Européen, donner des résultats des différentes initiatives en avant-première et réaliser un inventaire non exhaustif des sujets d’actualité (climats ; plants de filières…) » détail Emmanuel Bernard, le président du comité filière bovins viande à l’Institut de l’Élevage. À l’ordre du jour de ce comité, un débat autour des projets nationaux dans lequel l’Idel pourrait s’engager durant l’année. L’après-midi Florence Marquis directrice du Herd-Book Charolais et Raphaël Sotty, directeur de l’Agropôle du Marault ont exposé le lien qui pourrait exister entre l’Idele, l’OS Charolais et les projets au Marault.
Prochains rendez-vous pour l’Institut de l’Élevage: une conférence sur les marchés mondiaux qui se tiendra à Paris les 5 et 6 juin, et en novembre, l’événement « Grand Angle Viande » sur les évolutions de la filière en présence d’intervenants venant de pays étranger.

[En ligne le 03-01-2019]
Haut de page

Toutes les brèves de Yonne

Préfecture

Une soirée au goût terroir

Il y avait foule ce vendredi soir, dans les salons feutrés de la préfecture. Élus, corps constitués, représentants du monde économique icaunais dans toute sa diversité… Ils étaient nombreux à avoir répondu à l’invitation de Monsieur le Préfet pour la traditionnelle soirée des vœux. Même Jean-Baptiste Lemoyne, ancien sénateur de l’Yonne, aujourd’hui Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères avait pour l’occasion fait escale à la préfecture entre deux avions ! Pour la 3ème année consécutive, étaient offerts à la dégustation des produits estampillés terroir, par ceux là même qui les produisent. Vins rouges d’Irancy, escargots de Bassou, cornichons de Chemilly sur Yonne, chablis de Maligny, bière de Vézelay, fromages soumaintrain, confitures du Morvan, douceurs sucrées auxerroises… Autant d’occasions pour se livrer au péché de gourmandise et à consommer sans aucune modération !
La volonté de mettre ainsi en lumière le temps d’une soirée, des producteurs icaunais, est à mettre au crédit de l’ancien préfet Moraud, qui en eut l’idée pour la première fois, en 2016. Une initiative que son successeur, Patrice Latron, a souhaité faire perdurer. Pour le plus grand plaisir de tous, producteurs comme invités… Vous reprendrez bien une petite tartine de soumaintrain ?

[En ligne le 18-01-2018]

Voeux

Des vœux au goût «terroir»

Les centaines d’invités qui se pressaient dans les salons feutrés de la préfecture, le 12 janvier dernier, pour la traditionnelle cérémonie des vœux ont eu tout loisir de déguster quelques produits locaux estampillés terroir. Saumon du Borvo, Soumaintrain fermier élaboré par une jeune productrice de Varennes, cornichons « made in Yonne » cultivés et mis en bocaux par le dernier producteur existant sur le sol national, vins chablisiens du Domaine Pinsot, vins du Vézelien en provenance du Domaine Maria Cuny… Un buffet éclectique et coloré, apprécié à sa juste valeur par les visiteurs, qui ont salué l’initiative du préfet Jean-Christophe Moraud, d’inviter ainsi pour la seconde année consécutive, quelques «faiseurs de gastronomie », contribuant à la richesse et la réputation du département tout entier.

[En ligne le 04-02-2016]

Groupama

Groupama fait des heureux

Ils ont été 219, à glisser un bulletin dans l’urne, lors de la semaine d’inauguration de la nouvelle agence Groupama des Clairions, en décembre dernier. Ce mardi soir, c’était l’heure des récompenses pour les 10 chanceux tirés au sort, qui ont tous remporté un coffret cadeau Smartbox d’une valeur de 100 à 300 €.
La cérémonie de remise des prix s’est déroulée en présence du président de la Caisse locale, Julien Esclavy et du directeur de l’établissement auxerrois, Jacques Blanchot.
Les gagnants : Bernard Drujon, Nadine Darlot, Sabrina Lallam, Monique Danton, Catherine Martin, Muriel Abry, Florence Jacquiet, Chantal Gautheron, Kamel Mohamedi
C’est Lola Lugues, qui remporte le Concours du lâcher de ballon organisé à l’attention des enfants, le jour du marché de Noël, le sien ayant été retrouvé aux alentours de Chaumont, en Haute-Marne, à plus de 130 km d’Auxerre.

[En ligne le 04-02-2016]
Haut de page

RECHERCHE

ÉDITION N°1514

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux