Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

Toutes les brèves de bourgogne

Enseignement agricole

Le taux de réussite aux examens gagne 0,5 point

«Les taux de réussite aux baccalauréats dans l’enseignement agricole sont supérieurs aux taux nationaux : 84,6% comparé à 82,6% au baccalauréat professionnel, 90,5% comparé à 88,9% au baccalauréat technologique et 93,2% comparé à 81,8% au baccalauréat scientifique.» C’est ce que constate la Direction générale de l’enseignement du ministère de l’Agriculture, dans une synthèse publiée le 8 août. Sur les 675 600 bacheliers, 4,4% ont passé un diplôme agricole. La session de juin 2018 affiche un effectif d’élèves stable, et une hausse de 0,5 point du taux de réussite global. Le nombre de candidats et les taux de réussite sont en hausse en filière Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant (STAV), comme pour le baccalauréat professionnel de l’enseignement agricole. Les résultats sont stables pour le Certificat d’aptitude professionnelle agricole (CAPa) et pour le Brevet de technicien supérieur agricole (BTSA). En revanche, la réussite et les effectifs sont moins élevés en Brevet d’études professionnelles agricoles (Bepa). «Les résultats varient selon les spécialités et les options, notamment dans le cas du BTSA pour lequel l’amplitude du taux de réussite est particulièrement importante (30 points) alors qu’elle est plus faible pour le BEPA (11 points)», précise le ministère.

[En ligne le 14-08-2018]

Eau

La FNSEA, l’APCA et Coop de France réclament des actions sur le stockage

Le 9 août, la FNSEA, Irrigants de France, Coop de France, l’APCA et Jeunes agriculteurs, ont demandé dans un communiqué commun «un plan d’action concret» en matière de gestion de la ressource en eau, notamment sur le stockage. Les organisations professionnelles attendent encore de voir appliquées les annonces de l’an dernier. La cellule d’expertise chargée en août 2017, d’ «examiner les projets de territoire en cours, de proposer des pistes d’accélération de leur réalisation», n’aurait «toujours pas rendu son rapport», et «aucune mesure n’a été prise pour mener une politique active et ambitieuse». Les organisations estiment aussi que les mesures soutenues par la profession en faveur du stockage de l’eau «ont été systématiquement rejetées» lors des États généraux de l’alimentation, et renvoyées «aux Assises de l’eau», prévues en septembre. Le 6 août, Stéphane Travert annonçait que le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, servirait à financer «de l’irrigation». Mais «la profession reste à ce jour sans aucune visibilité sur les moyens financiers qui y seront réellement affectés», décrit le communiqué, avant de marteler que l’agriculture «a déjà adapté ses pratiques et itinéraires culturaux au changement climatique», mais que «l’accélération et l’amplitude de celui-ci rend urgente la nécessité de donner les moyens à l’agriculture de s’adapter».

[En ligne le 14-08-2018]

Procès Monsanto

Bayer voit son titre dégringoler en Bourse

Bayer souffre de la condamnation infligée aux États-Unis à Monsanto. Selon l’AFP, son titre dégringolait à la mi-journée du 13 août de plus de 12% à la Bourse de Francfort, à 81,79€, et voyait plus de 11 Mrds € de sa capitalisation partir en fumée. Après avoir perdu son procès, Monsanto a immédiatement annoncé son intention de faire appel et Bayer a défendu l’innocuité du glyphosate, estimant que d’autres tribunaux pourraient «aboutir à des conclusions différentes». Une déclaration qui n’a nullement rassuré les investisseurs, inquiets de l’impact sur les comptes de Bayer des milliers de procédures visant Monsanto aux États-Unis, à des degrés divers d’avancement. «Si chaque procès perdu coûte un quart de Mrds $, il n’en faut pas beaucoup pour que ça devienne assez cher», souligne auprès de l’AFP Michael Leacock, analyste chez MainFirst. Selon lui, la facture «pourrait facilement atteindre 10 Mrds $». Le nouvel ensemble doit aussi affronter l’incertitude sur l’avenir commercial du produit. «Si les consommateurs le considèrent comme dangereux, il y a un risque pour les ventes à long terme», estime Michael Leacock. Dans l’immédiat, Bayer n’a pas voulu préciser s’il avait commencé à provisionner pour affronter les ennuis judiciaires de Monsanto, lui qui avait déjà mis de côté, au 31 mars, 884 M€ pour ses propres procédures concernant plusieurs médicaments phares.

[En ligne le 14-08-2018]
Haut de page

Toutes les brèves de côte d'or

Le GDS21 répond à vos questions

IBR : Quelles sont les conditions sanitaires pour participer à un concours d’animaux de boucherie ?

A ce jour, seuls les animaux connus positifs en IBR (y compris vaccinés) et les animaux possédant une ASDA jaune ne sont pas autorisés à participer à un tel rassemblement. Des conditions sanitaires IBR complémentaires peuvent s’appliquer suite aux exigences de chaque organisateur et peuvent donc varier d’un concours à un autre.
Dans la mesure où l’ensemble des animaux présentés au concours sont tous :
Issus de troupeaux «Indemne en IBR»

Et/ou

Issus de troupeaux «En cours de qualification IBR» et présentent un résultat négatif en sérologie individuelle dans les 21 jours précédant la manifestation

Si ces conditions complémentaires sont respectées (ce qui n’est pas souvent le cas), il n’y a pas de contrôle sérologique au retour dans les exploitations. En revanche, si les animaux ne respectent pas les conditions décrites ci-dessus, ils doivent être isolés et  recontrôlés en sérologie IBR individuelle dans un délai de 15 à 30 jours après le rassemblement. En cas de non réalisation de ce recontrôle, le statut IBR du troupeau de ces animaux sera impacté.

[En ligne le 02-08-2018]

Groupama

Une collecte pour la bonne cause

Élus et collaborateurs de la caisse régionale Groupama Grand Est, accompagnés de leurs partenaires locaux et de leurs proches se sont massivement mobilisés à travers onze balades solidaires.

Chacune d’entre elles a permis de collecter de l’argent puis de le reverser à neuf associations de maladies rares.

En Côte-d’Or, le rendez-vous était donné à Brazey-en-Plaine, où 220 marcheurs se sont mobilisés pour l’Argad (Association pour la recherche génétique des anomalies du développement).

Plus de 6 000 euros ont été collectés et ont contribué au financement du prestigieux Festival international du film sur le handicap, qui s’est tenu à Dijon le mois dernier.

[En ligne le 12-07-2018]

Télédéclaration Pac 2018

Accompagnement des agriculteurs de Côte-d’Or

La télédéclaration PAC 2018 sera ouverte du 1er avril au 15 mai 2018.

La DDT de Côte-d’Or organise une série de 3 réunions d’information et d’appui à la télédéclaration Pac 2018, réparties sur le département, au démarrage de la période de dépôt des demandes d’aides «surface».

Programme des réunions :
• Mercredi 4 avril – 9h30 à Quétigny, amphithéâtre du lycée agricole
• Jeudi 5 avril - 14h, Pouilly en Auxois, salle polyvalente
• Mardi 10 avril - 14h, Châtillon sur Seine, salle ERL

Une réunion adressée aux techniciens des organismes professionnels aura également lieu le mardi 3 avril à 14h00 à la DDT – salle Canal de Bourgogne

Les agriculteurs qui souhaitent être accompagnés par un organisme professionnel pour la télédéclaration ou qui souhaitent la mise à disposition d’un accès à Telepac par la DDT et qui ont répondu au questionnaire en février, recevront un rendez-vous pour réaliser la télédéclaration.

Il est fortement conseillé aux agriculteurs de préparer leur déclaration avant de se rendre au rendez-vous pour réaliser leur télédéclaration : définition des surfaces retenues pour les 5 % de SIE, transferts de DPB, ...

Pour toute demande de renseignements auprès de la DDT, afin d’assurer un meilleur service, il est impératif de prendre un rendez-vous préalablement.

Un Numéro Vert est à disposition des agriculteurs pendant toute la période de télédéclaration :
0800 221 371

[En ligne le 29-03-2018]
Haut de page

Toutes les brèves de nièvre

Tourisme

La Maison du Parc labellisée Qualité Tourisme

C’est une bonne nouvelle pour le tourisme bourguignon. La Maison du Parc Naturel Régional du Morvan vient de se voir décerner le label Qualité Tourisme catégorie TM «lieu de visite» par la Direction Générale des Entreprises, une qualification valable pour 5 ans. L’audit et la visite mystère effectués ce printemps ont permis d’évaluer la qualité de ces aménagements et des services présents sur le site. Créée par l’État et attribuée aux professionnels du tourisme, cette démarche représente un signe de reconnaissance national qui valorise l’accueil et les prestations de qualité. Elle porte sur des exigences essentielles permettant de satisfaire les clientèles touristiques, à savoir : la découverte d’une destination, un accueil chaleureux, un personnel attentif, des prestations personnalisées, des informations claires et précises, une propreté et un confort assurés, la prise en compte de l’avis des clientèles... La Maison du Parc qui accueille environ 50 000 visiteurs à l’année devient ainsi le premier lieu de visite marqué en Région Bourgogne (sans compter la Franche-Comté). Pour Mariel Bonnet, chargée de mission tourisme à la Maison du Parc «ce label est un gage de qualité supplémentaire vis à vis des visiteurs. Il peut nous donner plus de visibilité pour les touristes.» En France ce sont près de  5 500 établissements labellisés dont 248 sont situés en Région Bourgogne-Franche-Comté.
Contact : 03 86 78 79 57

[En ligne le 09-08-2018]

Section bovine FDSEA

Réunion d’information le 5 juillet à 19h00

Ceta, Mercosur, réforme de la Politique Agricole Commune … Alors que les éleveurs allaitants sont depuis de nombreuses années confrontés à de faibles niveaux de revenus, les facteurs d’instabilité risquant d’impacter à moyen terme les marchés et les trésoreries des exploitations sont nombreux à faire l’actualité ces derniers mois.

Entre les 42 substances interdites qui rentreront sur notre territoire sous l’effet du Ceta, les hormones et activateurs de croissance sud-Américains et une réforme de la Pac qu’on annonce indécise sur le plan budgétaire et réglementaire, la section bovine de la FDSEA souhaite apporter aux éleveurs quelques clefs de compréhension d’un environnement économique et commercial en réelle mutation.

En présence de Jean-Pierre Fleury, président du Copa-Cogeca viande à Bruxelles (syndicat européen des producteurs de viande bovine), des éléments de réponse aux interrogations des éleveurs seront fournis par un acteur en prise directe avec ces problématiques au travers d’une soirée ouverte à tous le jeudi 5 juillet 2018 à partir de 19h00 au foyer rural de Rouy sur le thème «L’élevage bovin allaitant entre accords internationaux et nouvelle réforme de la Pac».
Renseignements : FDSEA 03 86 93 40 92.

[En ligne le 28-06-2018]

En bref

Le Préfet précise ses engagements pour la chasse

Joël Mathurin Préfet de la Nièvre, s’est exprimé dans un communiqué au lendemain de l’AG de la Fédération des Chasseurs de la Nièvre qui s’est tenue au centre Pagode  à Nevers.
Il s’engage pour la promotion de la chasse nivernaise, c’est à dire une chasse populaire et ouverte à tous.
Cependant dit le communiqué, «les intérêts de l’agriculture productive et singulièrement l’élevage doivent être préservé».
Joël Mathurin a souhaité que le nouveau schéma départemental de gestion cynégétique soit plus agile et donne plus de responsabilités aux instances de concertation locale. Après arbitrage, des mesures territorialisées faisant l’objet d’une évaluation annuelle avec clause de revoyure ont été actées.

[En ligne le 03-05-2018]
Haut de page

Toutes les brèves de Yonne

PAC

Accompagnements Télédéclaration 2018

La télédéclaration PAC 2018 sera ouverte le 1er avril et s’achèvera le 15 mai 2018.
Les exploitants agricoles pourront télédéclarer leur dossier PAC 2018 sur le site internet TéléPAC www.telepac.agriculture.gouv.fr jusqu’au mardi 15 mai minuit dernier délai.
 
Cinq réunions d’informations :
Vendredi 6 avril à Auxerre - DDT - salle Cloutier - 3 rue Monge à 9h15 (accueil dès 9h00)
Mardi 17 avril à Avallon - salle du Marché Couvert – Rue Georges Schiever à 14h00 (accueil dès 13h45)
Mercredi 18 avril à Saint Clément - salle des Fêtes – Place de l’Église à 9h15 (accueil dès 9h00)
Jeudi 19 avril à Ancy-le-Franc - salle polyvalente – Grande Rue à 9h15 (accueil dès 9h00)
Vendredi 20 avril à Toucy - salle Polyvalente – Rue Paul Defrance à 14h00 (accueil dès 13h45).

Deux numéros d’assistance :
Durant la période PAC, du 1er avril au 15 mai 2018, la DDT de l’Yonne met également en place un numéro de téléphone « Spécial TéléPAC » : 03 86 48 42 48
Un serveur vocal dirigera les interlocuteurs vers la personne habilitée à répondre aux questions des exploitants agricoles.
Un numéro vert national d’assistance téléphonique est également à disposition des agriculteurs pendant toute la période de télédéclaration : 0800 221 371

[En ligne le 29-03-2018]

Préfecture

Une soirée au goût terroir

Il y avait foule ce vendredi soir, dans les salons feutrés de la préfecture. Élus, corps constitués, représentants du monde économique icaunais dans toute sa diversité… Ils étaient nombreux à avoir répondu à l’invitation de Monsieur le Préfet pour la traditionnelle soirée des vœux. Même Jean-Baptiste Lemoyne, ancien sénateur de l’Yonne, aujourd’hui Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères avait pour l’occasion fait escale à la préfecture entre deux avions ! Pour la 3ème année consécutive, étaient offerts à la dégustation des produits estampillés terroir, par ceux là même qui les produisent. Vins rouges d’Irancy, escargots de Bassou, cornichons de Chemilly sur Yonne, chablis de Maligny, bière de Vézelay, fromages soumaintrain, confitures du Morvan, douceurs sucrées auxerroises… Autant d’occasions pour se livrer au péché de gourmandise et à consommer sans aucune modération !
La volonté de mettre ainsi en lumière le temps d’une soirée, des producteurs icaunais, est à mettre au crédit de l’ancien préfet Moraud, qui en eut l’idée pour la première fois, en 2016. Une initiative que son successeur, Patrice Latron, a souhaité faire perdurer. Pour le plus grand plaisir de tous, producteurs comme invités… Vous reprendrez bien une petite tartine de soumaintrain ?

[En ligne le 18-01-2018]

Préfet

Départ du préfet Jean-Christophe Moraud

Après un peu plus de deux ans et demie passés dans l’Yonne, le Préfet Moraud quitte le département après avoir été nommé en Conseil des ministres, le 28 juillet dernier, Préfet du Vaucluse. Il est remplacé dans sa fonction par Patrice Latron, actuellement préfet et directeur de cabinet de la préfecture de police à Paris. Ancien élève de l’école militaire de Saint-Cyr et ancien commandant de Cie au 9e régiment de chasseurs parachutistes, Patrice Latron a occupé les fonctions de directeur de cabinet du directeur des affaires politiques, administratives et financières de l’Outre-mer de 2003 à 2005, de secrétaire général de la préfecture de Martinique de 2005 à 2008, puis celle de l’Hérault de 2008 à 2011, avant d’être nommé préfet de Saint-Pierre-et-Miquelon. En décembre 2014, il a occupé le poste de chef du service du haut fonctionnaire de défense au secrétariat général du ministère de l’intérieur.

[En ligne le 03-08-2017]
Haut de page

RECHERCHE

ÉDITION N°1489

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux