Abonnement Nous Contacter Participer Petites annonces Publications légales Extranet

Toutes les brèves de bourgogne

Foncier

Un fonds pour réhabiliter les friches industrielles

À l’occasion du cinquième conseil de défense écologique, le 27 juillet, la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé, dans les colonnes du quotidien Le Monde, la création d’un «fonds de plusieurs centaines de millions d’euros pour réhabiliter des centaines d’hectares de friches industrielles», dans le cadre du plan de relance. Elle annonce par ailleurs la reprise de l’objectif proposé par la Convention citoyenne de «diviser par deux la bétonisation dans la prochaine décennie». Dans le cadre du plan biodiversité présenté à l’été 2018, le gouvernement poursuit déjà un objectif de «Zéro artificialisation nette» (ZAN). La ministre est par ailleurs revenue sur l’application du moratoire sur les zones commerciales en périphérie des villes, annoncé par le Premier ministre : «Avant la coupure estivale, nous enverrons une circulaire aux préfets pour leur demander de veiller scrupuleusement à cette question d’artificialisation dans les dossiers d’autorisation commerciale», annonce-t-elle. «Sur tous les nouveaux projets susceptibles de détruire des terres agricoles ou des espaces naturels, ils saisiront la commission nationale d’aménagement commercial».

[En ligne le 29-07-2020]

Bio

Du renfort pour le services Grandes cultures chez Bio Bourgogne

Le service Grandes cultures de Bio Bourgogne s’étoffe avec l’arrivée de Lucie Paumelle, nouvelle conseillère pour le bassin Rhône Méditerranée qui comprend le sud de la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire. A 25 ans, la jeune femme vient tout juste de terminer ses études d’ingénieur agronome, option développement agricole, qu’elle a suivi à Agro Paris Tech. Elle s’installe donc dans son premier poste en lieu et place de Stéphane Grippon à Bretenière, près de Dijon, dans les locaux de la Chambre d’agriculture régionale. La priorité désormais pour Lucie Paumelle est de se faire connaître auprès du monde agricole et d’anticiper les formations de la prochaine saison. Contact : Lucie Paumelle, 06 89 27 97 68.

[En ligne le 29-07-2020]

PAC

Budget stable pour la France

L’accord trouvé le 21 juillet sur le cadre financier pluriannuel de l’UE pour 2021-2027 conduit à un budget de la Pac «stable» pour la France, à 62,4 milliards d’euros (courants) contre 62 milliards sur la période actuelle, calcule le cabinet du ministre de l’Agriculture. Ce montant inclut le Feader (2nd pilier) et le Feaga (1er pilier) hors mesures de marché. Dans le détail, le Feader qui reviendra à la France s’élève à 11,4 milliards d’euros contre 10 milliards sur la période actuelle. Ce montant a fait l’objet de négociations jusque dans les dernières heures, selon le cabinet. Enfin 51 milliards d’euros d’aides directes du Feaga reviennent à la France, contre 52 milliards sur la période actuelle. Ce montant en baisse est notamment dû au mécanisme de «convergence externe», qui profite aux pays les plus récemment entrés dans l’UE (pays de l’est). Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, s’est félicité du résultat des négociations  «La France s’est beaucoup battue pour avoir une Pac à la hauteur de ses attentes, et c’est le cas. Nous avons une Pac ambitieuse avec un budget renforcé. Et ce n’était pas gagné».

[En ligne le 22-07-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de côte d'or

ZNT

Aide à l’investissement en matériels d’application de produits phytosanitaires plus performants

La FNSEA et les associations spécialisées grandes cultures ont obtenu du Gouvernement la mise en place d’un plan de 30 M€ pour accompagner les filières dans l’investissement de matériels d’application de produits phytosanitaires plus performants ainsi que certains équipements alternatifs à l’utilisation de ces produits.
Vous pourrez déposer un dossier dès le 31 juillet et jusqu’au 31 décembre via un formulaire en ligne sur le site de France Agrimer.

Attention : Les dossiers seront examinés et sélectionnés selon le principe du « premier arrivé premier servi ».
L’attribution de l’aide se fera au fil de l’eau, jusqu’à épuisement de l’enveloppe, il est donc préférable de déposer au plus tôt votre demande. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à faire établir des devis dès maintenant car ils seront nécessaires à la complétude du dossier
Les matériels éligibles :
- Buses et équipements d’application des phytopharmaceutiques permettant de réduire la dérive de pulvérisation.
- Certains équipements de substitution à l’usage de produits phytos identifiés dans le référentiel agroéquipement MAA 2015.
- Matériels bénéficiant de la labellisation « Performance Pulvé » (classe 1 à 4).
Montant de l’aide
- Dépenses éligibles : 500 € à 40 000 € HT.
Le taux de l’aide est fixé de 30 % à 40 % du coût HT selon le type d’investissements.
Vous avez des questions ? La FDSEA 21 et les JA 21 sont à votre écoute au 03 80 68 67 70
ou 03 80 68 67 67.

[En ligne le 22-07-2020]

Emploi

Recherche de maître d’apprentissage

Armand, futur étudiant en BTSA Acse (Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole), recherche un maître d’apprentissage dans une exploitation en grandes cultures ou polyculture élevage pour une durée de 2 ans à partir de septembre 2020. Âgé de 20 ans, il est titulaire du permis B et possède une voiture. Il est donc mobile sur tout le département. Résident à Brazey-en-Plaine, il souhaiterait pouvoir loger à proximité de l’exploitation si celle-ci se situe à plus de 30 km de son domicile. Titulaire d’un bac S, il a effectué des missions au sein du service de remplacement 70 et a également travaillé en contrat saisonnier en grandes cultures (moisson, pressage, préparation des sols, semis…). Pour obtenir ses coordonnées, contactez le Service Juridique Emploi de la FDSEA 21 au 03 80 68 67 68 ou sje@fdsea21.fr.

[En ligne le 18-06-2020]

Chambre d’agriculture

Les formations reprennent

Certaines formations ont repris depuis fin mai à Bretenière dans le respect, bien sûr, des mesures sanitaires. C’est notamment le cas d’Inst’Agri qui permet aux porteurs de projet de s’approprier les chiffres de leur future installation. Une autre actualité concerne le service formations de la Chambre d’agriculture de Côte-d’Or, avec le bilan de satisfaction des 196 stages de l’année 2019.

Les résultats sont extrêmement positifs : 97 % des 1 200 stagiaires qui ont répondu au formulaire ont été satisfaits de leur formation. Pour 99 % des personnes sondées, la formation à laquelle ils ont pris part était «bien ou très bien organisée». Pour 98 % des stagiaires, les interventions étaient de «bonne ou de très bonne qualité». Les acquis de la formation seront utilisés «à court terme sur l’exploitation» pour 92 % des participants. La formation a «bien ou très bien répondu aux attentes» dans 99 % des cas.

[En ligne le 18-06-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de nièvre

Covid-19

Dépistage de la Covid-19

Depuis mi-juin, le Conseil départemental de la Nièvre a mis en place une équipe médicale mobile pour organiser auprès des agents et des établissements partenaires le dépistage
de la Covid-19.
Formée préalablement au prélèvement naso-pharyngés, cette équipe mobile composée de médecins, sages-femmes et infirmière effectuera des tests aux dates et lieux suivants :

- le vendredi 31 juillet 2020 de 9h à 12h : Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Le Prado, situé au 1 rue de la Passière à Nevers

- le mardi 4 août 2020 de 9h à 12h et 13h à 17h : Centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) Georges Boucault, situé au 8 rue Jean Sounie à Imphy

L’équipe mobile est en mesure d’intervenir en tout point du territoire dans des délais très courts, auprès d’agents ou d’établissements partenaires se signalant. Les contacts sont également détectés, dans le but de casser très rapidement la chaîne de contamination au sein de la collectivité.
Le résultat du prélèvement pourra se faire dans un délai de 24 à 48 heures maximum. La presse est cordialement invitée à assister à ces dépistages.
D’après communiqué du Conseil Départemental

[En ligne le 29-07-2020]

Nièvre

Découvrez des exploitations de l’intérieur à l’occasion de la Fête des moissons et récoltes

Dans le cadre de la Fêtes des moissons & des récoltes, deux exploitations ouvrent leurs portes dans le département de la Nièvre, samedi 1er août. A partir de 15h, Antoine et Didier Guyon vous accueillent au 9 rue des Ecoles à Mesves-sur-Loire, près de La Charité-sur-Loire, pour parler culture de maïs, irrigation, sans oublier la présentation d’un bâtiment équipé de panneaux photovoltaïque. A 17h : Muriel Harand et Romaric Gobillot parleront polyculture, élevage et ventes directe de caissettes.
Info : FDSEA de la Nièvre au 03 86 93 40 92

[En ligne le 29-07-2020]

Préfecture

Nouvelles restrictions des usages de l’eau

De nouvelles mesures de restrictions d’usages de l’eau sont mises en place sur le département par arrêté préfectoral du 15 juillet 2020. Depuis la mise en place des premières mesures de restriction le 25 juin dernier, l’absence de pluie significative et les températures estivales ont aggravé la baisse de débit des cours d’eau du département.
Les prévisions météorologiques pour les jours à venir devraient confirmer voire accentuer cette tendance, malgré quelques passages orageux.
L’arrêté du 15 juillet 2020, à effet immédiat, institue les niveaux suivants :
• alerte renforcée sur les zones de l’Acolin-Colâtre et de l’Alène-Cressonne. Ce niveau correspond à une réduction de 50 % des prélèvements ;
• alerte sur les zones du Beuvron, de la Dragne, de l’Ixeure-Canne, de la Nièvre, de la Vrille, de l’Yonne amont et de l’Yonne aval. Ce niveau qui est le premier niveau de restrictions d’usage, a pour objectif de réduire de 25 % les prélèvements ;
• vigilance sur le restant du département. Ce niveau de vigilance ne se traduit par aucune restriction mais vise à alerter tous les usagers sur la nécessité d’une utilisation économe et raisonnée de la ressource.
L’arrêté préfectoral précise les mesures de restrictions d’usage mises en place. Il est consultable sur le site des services de l’état : www.nievre.gouv.fr, ainsi qu’en mairie.
Si la situation venait à se dégrader davantage, des mesures renforcées de restriction seront mises en place pour y répondre.

[En ligne le 22-07-2020]
Haut de page

Toutes les brèves de Yonne

Préfecture de l’Yonne

Le rappel à l’interdiction de la pratique de brûlage

Dans un communiqué datant du 10 juillet, la préfecture de l’Yonne indique que «toute pratique de brûlage est interdite». «La valorisation de tous les résidus végétaux soit par broyage en place, par mise en compostage, par paillage pour litière ou par toutes autres formes de valorisation énergétique telles que la méthanisation et la production de plaquettes combustibles ou par apport dans une déchetterie doit être privilégiée».
La préfecture de l’Yonne ajoute que «le brûlage ou l’incinération à l’air libre ou en incinérateur individuel de résidus végétaux reste une solution exceptionnelle soumise à dérogation».
L’arrêté préfectoral du 9 juillet 2020 réglemente les dérogations autorisant le brûlage en plein air des résidus et des rémanents de cultures, d’exploitations forestières et des déchets végétaux dans le département de l’Yonne. «Ce document vise, dans un contexte d’été sec, à encadrer les brûlages pour prévenir les risques d’incendie», continue la préfecture de l’Yonne.
Du 1er novembre au 31 mars, les rémanents forestiers peuvent être brûlés dans le respect des prescriptions obligatoires de sécurité énoncées dans l’arrêté à l’article 3. «Une exception est faite pour les brûlages destinés à lutter contre le gel dans les vergers et les vignes. Dans ce cas, les dates d’autorisation sont portées du 1er novembre au 31 mai», conclut la préfecture de l’Yonne.

[En ligne le 22-07-2020]

Sécheresse

Des premières mesures de restriction d’eau

Dans un communiqué datant du 6 juillet, la préfecture de l’Yonne indique que l’Yonne «a été placé en vigilance sécheresse par arrêté préfectoral le 5 juin dernier. Les précipitations orageuses du mois de juin ont permis de stabiliser la situation hydrologique. Toutefois, le retour d’un temps sec et les températures élevées enregistrées ces derniers jours ont favorisé une baisse des débits des cours d’eau».
Ainsi, plusieurs seuils d’alerte du plan sécheresse ont été franchis sur les secteurs du Serein Amont, de l’Armançon Amont, de la Cure, du Cousin, du Tholon-Ravillon-Vrin-Ocques et de l’Ouanne-Loing. «Météo-France n’envisage pas de précipitations significatives dans les prochains jours. Compte tenu de ces prévisions, et au regard des franchissements des seuils d’alerte sur ces six secteurs, des mesures de restriction des usages de l’eau doivent être mises en œuvre, selon les articles R211-66 et R211-67 du code de l’environnement».
Les mesures de restriction des usages de l’eau sont imposées aux particuliers, industriels, agriculteurs, collectivités et établissements publics. Il est notamment interdit d’arroser potagers, jardins, pelouses, espaces verts terrains de sport entre 8 heures et 19 heures, de laver façades, toitures, voies et trottoirs de 8 heures à 19 heures également.
En ce qui concerne les usages agricoles, pour l’irrigation des grandes cultures, cultures fourragères, cultures légumières de plein champ (type oignons, cornichons, pommes de terre), les prélèvements en cours d’eau, nappes d’accompagnement et eau souterraine sont interdits entre 12h00 et 20h00. Quant aux cultures maraîchères, pépinières, horticoles, cultures porte-graine et arboriculture fruitière, il n’y a pas de restrictions.
Aussi, aucune mesure de restriction n’est appliquée sur l’utilisation d’un système de goutte-à-goutte ou les prélèvements pour l’abreuvement des animaux.
«Un suivi hebdomadaire de la situation est réalisé par les services de l’État, et le dispositif pourra s’étendre à d’autres secteurs, voire s’intensifier en fonction de l’évolution de la situation hydrologique. Il convient donc d’adopter un comportement responsable et de rechercher dans ce contexte les économies d’eau, par un usage raisonnable», conclut la préfecture de l’Yonne.

[En ligne le 08-07-2020]

Initiative

Plus que quelques jours pour recycler vos pneus d’ensilage

Il ne reste plus que quelques jours pour pouvoir recycler vos anciens pneus d’ensilage. La FDSEA de l’Yonne s’est lancée dans une opération de collecte de pneus usagés utilisés pour l’ensilage. Un dispositif subventionné à hauteur de 75€/tonnes, par l’association Ensivalor, qui subventionne 15 000 tonnes de pneus par an. «Chaque exploitant souhaitant changer de système de stabilisation des tas d’ensilages doit remplir l’enquête avant le 5 juillet», indique la FDSEA de l’Yonne. Pour cela, il suffit de se rendre sur le lien suivant : ps://forms.gle/NstHBrR9Zpgtay8E6.

[En ligne le 02-07-2020]
Haut de page

RECHERCHE

ÉDITION N°1606

La une

LIENS EXTERNES

METEO

PUBLICITE

votre publicité

NEWSLETTER

Inscrivez vous à la Newsletter pour être toujours informé

Réseaux