Économie locale
Le Noeud Vert : un lancement prometteur

Chloé Monget
-

Durant les week-ends de décembre, le Noeud Vert (voir n° 1658) organisait ses premières ventes à l'atelier ; l'occasion de prendre la température des clients. 

Le Noeud Vert : un lancement prometteur
"Les premières ventes à l'atelier sont très prometteuses pour l'avenir de la marque" selon Hugo Marx.

Comme annoncé dans le n° 1658 de Terres de Bourgogne, le Nœud Vert (nouvelle fabrique de vêtement basée à Nevers), orchestrait ses premières ventes à l’atelier. « Tout s’est très bien passé, et les clients sont ravis de l’initiative » souligne Hugo Marx, un des trois associés de la marque avec Émilie Henault et Sébastien Buvat. Malgré un temps peu clément, ils étaient donc au rendez-vous comme Valérie B. venu faire du shopping.

Une belle idée

« Je suis cette démarche depuis le début sur les réseaux sociaux. L’initiative du Nœud Vert est très intéressante, car on relocalise une production qui tend à disparaître en France. À terme, si la marque prend de l’ampleur, cela peut apporter des emplois dans le secteur. De plus, ils utilisent des matières recyclées ou des invendus de tissus et recyclent leurs chutes. Je pense que tout cela permet de sortir d’un cercle infernal de la mode jetable. Certes, il y a un coût, mais les retombées potentielles sont tellement diverses qu’il est temps de réfléchir à ce que l’on veut vraiment… » détaille Valérie qui ajoute : « leur collection reprend des basiques, essentiels dans une garde-robe et cela est très pertinent de commencer par là ».

Toujours s’adapter

Outre la vente d’articles, ces événements étaient aussi l’occasion pour Émilie Henault d’en savoir plus sur les attentes des clients : « Nous prenons le temps de discuter avec eux, et si l’on voit une demande forte sur un produit en particulier, nous ajusterons notre collection pour y répondre. Nous devons nous adapter en fonction de leurs retours » avant de conclure dans un sourire : « L’aventure ne fait que commencer ».