Le 8 septembre, à Murlin, a eu lieu le conseil d'administration décentralisé de la Section Régionale des Anciens Exploitants (SRAE) Bourgogne Franche Comté. 

Continuer le combat
Toutes les sections ont repris cette année des voyages et/ou journées conviviales pour la plus grande joie de tous. Crédit photo : Catherine Dupont.

C’est le groupe Charlois qui accueillait à Murlin le conseil d’administration décentralisé de la Section régionale des anciens exploitants (SRAE). Au total 44 membres et conjoints des SRAE de la région se sont réunis pour aborder divers sujets remontés du terrain par les groupes départementaux.

Retraites

La problématique récurrente sur les retraites a animé les échanges, notamment autour des erreurs des montants de ces retraites ou encore du mauvais calcul au rapport de l’application de la loi Chassaigne 1 et 2 (voir TDB n° 1670, 1672, 1698). L’incompréhension des retraités vis-à-vis de ces fautes de calcul reste très présente et se mêle à un sentiment d’abandon sur le suivi de la MSA dans ces dossiers. Parmi les revendications de la section, il est demandé que le montant des revenus n’entre pas en compte dans le versement d’une réversion, alors qu’à ce jour il y a un plafond de revenu maximal au-delà duquel aucune réversion ne sera versée.

Bonification

Outre cela, la bonification par enfant a été évoquée avec l’enjeu de comprendre et de rectifier le fait que deux personnes ayant des enfants en commun ne touchent pas le même montant. Enfin, la réévaluation des conjoints et aidants familiaux a été discutée de même que l’absence d’animatrice/animateur au niveau national rendant le ruissellement d’informations compliqué voire très sporadique. Pour la suite, la section a opté pour faire une remontée de ces échanges par courrier au national et l’organisation d’un conseil régional d’ici mi-janvier pour préparer une intervention au congrès national électif de mars 2023.