Investissement
Livry : de nouveaux services

Chloé Monget
-

Le 1er avril, les élus régionaux votaient l’attribution d’une enveloppe de 49, 22 millions d’euros dédiée en partie à l’appui aux projets de relance et de transformation dans le cadre de la cohésion territoriale. Livry (58) fait partie des heureux bénéficiaires.

Livry : de nouveaux services
La boulangerie et l'épicerie seront positionnées sur la rue principale en face de la mairie de Livry. Crédit photo : Mairie de Livry.

Dans le cadre du Plan d’accélération de l’investissement régional (PAIR) mis en œuvre par la Région afin de faire face à la crise sociale et économique (liés à l’épidémie de Covid-19), Livry a obtenu une aide financière à hauteur de 248 050 euros pour deux projets.

Point de départ

« La vie rurale est possible s’il y a des commerces à proximité » pointe Adrien Aufèvre, maire de Livry, avant d’ajouter : « il nous paraissait intéressant pour nos administrés et pour ceux des alentours de proposer des services complémentaires et diversifiés. C’est pour cela que nous allons installer une épicerie automatique avec des produits locaux et une boulangerie artisanale bio au feu de bois. En janvier 2021, soit en pleine crise sanitaire, nous avons compté environ 1 500 véhicules uniques traversant la ville. Cette affluence nous a décidés à sauter le pas en plus de la fermeture des commerces de proximité dans les villes alentour ; nous pensons sincèrement que notre projet répondra aux besoins ».

À toute heure

« Cela me trottait dans la tête lors de la campagne des municipales 2020. Une fois élu, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose pour proposer un service de proximité, différent de ce que l’on connaît ». Avec cela en tête, l’ensemble du conseil municipal opte pour une épicerie proposant des produits des producteurs locaux avec fromage, miel, charcuterie, bière, vin, viande, etc. « Cela est une manière de les aider dans la vente de leurs produits. Nous pensons que les soutenir est nécessaire, car leurs présences sur notre territoire rural comptent. S’ils sont conquis par le procédé, d’autres pourront s’en inspirer et donc venir s’installer dans nos campagnes ; la désertification s’arrêterait ». Avec cette épicerie, une tranche particulière était visée : « nous voulions toucher les travailleurs, et donc nous avons choisi un système automatique, ouvert 24 h / 24 h, 7 j/ 7j, fonctionnant en se rendant à la boutique ou à l’aide d’une application. Grâce à cette dernière, les clients peuvent payer en ligne leurs produits, pour ensuite les récupérer sur place. De plus, elle permet de voir le niveau des stocks, idéal pour les clients, mais surtout pour les producteurs qui ne se rendent pour le réapprovisionnement que lorsque cela est nécessaire ».

Le pain de la vie

« Lorsque nous avons commencé à parler de notre projet d’épicerie, un jeune boulanger en reconversion a voulu participer également au projet. Nous l’avons donc intégré au dossier de subvention du PAIR. Cela fait 15 ans qu’il n’y a plus de boulangerie à Livry, et son offre complète parfaitement celle de l’épicerie. De plus, cette dernière sera aussi un outil pour lui, car les clients pourront y trouver du pain lors des jours de fermetures ; une complémentarité très utile pour la vie quotidienne. De plus, les boulangeries deviennent de plus en plus rares dans les environs, du coup, nous espérons que son installation pourra servir à tous ». La boulangerie devrait, comme l’épicerie, ouvrir en septembre/octobre prochain. Pour le moment, un marché le vendredi matin permet aux habitants de trouver des produits frais à proximité. Adrien Aufèvre rappelle d’ailleurs : « c’est une nouveauté qu’il nous semblait nécessaire de mettre en place, et nous en avons la preuve aujourd’hui puisqu’une dizaine de commerçants sont au rendez-vous tous les vendredis ».

Vision d’ensemble

Ces différents projets s’inscrivent dans une approche plus globale : « nous devons nous réinventer afin d’attirer et fixer de nouveaux habitants. Je pense que les lignes ont bougé avec la crise sanitaire, et il faut se saisir de cette opportunité. La Nièvre est préservée avec une certaine authenticité à mettre en avant avec un système qualitatif » pour ce faire, une labellisation « Ville et Métiers d’Art » est en réflexion ou encore l’installation d’un concept nommé « Ville à joie » (articles explicatifs à venir prochainement)… En attendant, un Printemps de l’Art est organisé le 15 mai à Livry auquel le luthier, le potier céramiste, le vitrailliste ou encore le forgeron de la commune participeront. « Nous avons des atouts, il faut simplement en avoir conscience ».