Le programme « Plantons des haies » apporte aux agriculteurs désireux d’effectuer des plantations sur leurs parcelles une grande facilité, que ce soit dans le montage du dossier, dans les conseils apportés, et dans l’exécution des travaux. En Bourgogne-Franche-Comté, vous pouvez encore en bénéficier jusqu’en juin.

Le programme "Plantons des haies" se poursuit en BFC
Le programme « Plantons des haies » est une composante du volet Transition agricole du plan de relance. A ce jour, il a permis d'enclencher la plantation de 79 kilomètres de haies en BFC.

Financer des plantations de haies et d’arbres intraparcellaires, c’est le but de « Plantons des haies », un programme qui fait partie des mesures du volet Transition agricole du plan de relance. Ce programme, les agriculteurs de Bourgogne-Franche-Comté peuvent encore en bénéficier puisque la limite pour déposer un dossier est fixée au mois de juin prochain. Il ne faut donc pas traîner, d’autant plus que le dispositif est intéressant sur de nombreux aspects. Financièrement, tout d’abord : le montage du dossier est intégralement pris en charge, de même que les travaux de préparation du sol pour les plantations. L’État finance 85 à 100 % de la plantation de haies. Dans ce financement sont compris : les fournitures des plants, les protections de ces plants, le paillage, la plantation et la pose de ces protections et paillage. En résumé, les agriculteurs n’ont rien à débourser, sauf pour ceux demandant des plants particuliers non inclus dans le choix de base. « Nous avons tous types de projets, souligne Géraldine Ducellier, de la Chambre d’agriculture de Côte-d’Or, en grandes cultures, chez des éleveurs, des maraîchers et également en viticulture ». Du côté de la Nièvre, comme le confirme Étienne Bourgy, chargé de mission Énergie et Agroforesterie à la Chambre d’agriculture du département, les agriculteurs qui postulent au programme « Plantons des haies » sont en majorité des céréaliers. Les financements se déclinent sous la forme d’appels à projet. On est actuellement dans le second, qui prendra fin le 28 février, mais un troisième est prévu.

Mise en œuvre facilitée

Des programmes de financement pour des plantations de haies, il en existait déjà, mais « Plantons des haies » place le curseur très haut en termes de moyens et de facilité de mise en œuvre pour les agriculteurs. Les Chambres d’agriculture de la Côte-d’Or ou de la Nièvre font partie des structures animatrices aptes à accompagner les agriculteurs intéressés, puisqu’elles ont répondu à un appel à projet. En Bourgogne-Franche-Comté, elles ne sont toutefois pas les seules : on compte en tout une vingtaine de structures réparties sur tout le territoire régional qui peuvent proposer leur accompagnement technique. Celui-ci est gratuit, mais obligatoire. Leur rôle est de répondre aux objectifs du planteur, d’adapter le projet au terrain et de monter le dossier afin de réduire au maximum les démarches à réaliser par le planteur. Ce réseau de structures comprend, outre les deux Chambres départementales précédemment citées, Biobourgogne, le Centre régional de la propriété forestière, les fédérations départementales de chasse (sauf dans l’Yonne), le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de la Nièvre, les associations France Nature Environnement BFC, Jura Nature Environnement et, sur certaines communes, la Maison de l’environnement entre Loire et Allier, le Parc naturel régional du Morvan, le bureau d’études Desbrosses 71, et le cabinet d’expertise Patrick Gury. La coordination de ce réseau a été confiée à Alterre Bourgogne-Franche-Comté, agence de l’environnement et du développement soutenable.

Des objectifs divers

Dans la Nièvre, les agriculteurs ont appelé spontanément les services de la Chambre d’agriculture pour exprimer leur intérêt pour ce programme. « Le bouche-à-oreille a bien fonctionné dans les milieux agricoles » reconnaît Étienne Bourgy. Du côté de la Côte-d’Or, Géraldine Ducellier parle de « Plantons des haies » à chaque fois que ses missions lui fournissent l’occasion de rencontrer des groupes d’agriculteurs. « Si un exploitant agricole est intéressé, explique-t-elle, un dossier technique et de demande de financement est monté. Le projet doit y être décrit dans le détail. Il est ensuite envoyé aux pépiniéristes et aux paysagistes qui peuvent alors établir un devis. C’est l’agriculteur qui fait ensuite le choix du professionnel avec lequel il veut travailler. Il choisit aussi le type de haie qu’il souhaite implanter. De notre côté, nous discutons avec lui des objectifs qu’il se fixe et nous le conseillons sur les plantations les plus adaptées ». En Côte-d’Or comme dans la Nièvre, ces objectifs sont les mêmes : utiliser les haies ou les plantations intraparcellaires pour briser le vent, apporter une protection contre le gel, lutter contre la dérive de produits phytosanitaires, favoriser l’installation d’auxiliaires de culture qui peuvent y trouver un habitat et favoriser l’équilibre de la vie du sol, favoriser la biodiversité. « Les haies sont un maillon de la chaîne permettant de retrouver un bon fonctionnement du sol » souligne Étienne Bourgy. Reste une problématique : celle des délais de plantation car la demande est très forte sur les plants. Les premières plantations vont démarrer cet hiver et se poursuivront sur l’hiver 2022-2023. Les pépiniéristes mettent les bouchées doubles pour répondre à cette forte demande, qui ne constitue pas une surprise, en regard de l’attractivité du programme « Plantons des haies ». Une dynamique positive est lancée sur ce thème et c’est bien l’essentiel.

« Plantons des haies », à ce jour, c’est :

Pour la Bourgogne-Franche-Comté :

- 56 dossiers déposés pour un total de 79 kilomètres de plantations

- Une enveloppe de financement régionale de 780 000 euros

Pour la Côte-d’Or :

- 18 dossiers déposés pour 16 kilomètres de plantations

Pour la Nièvre :

- 11 dossiers déposés pour près de 20 kilomètres de plantations

- en moyenne chaque dossier représente 2 kilomètres de plantations

En savoir plus…

Pour vous renseigner sur « Plantons des haies » :

– en Côte-d’Or : Géraldine Ducellier, à la Chambre d’agriculture : 06 70 58 86 34

– dans la Nièvre : Étienne Bourgy : 03 86 93 40 18 et etienne.bourgy@nievre.chambagri.fr

Renseignements également sur http://plantonsdeshaies.alterrebfc.org/