Festivités
Six ans après

AG
-

Le comice agricole et les JA de Saint-Seine-l'Abbaye préparent une nouvelle fête du lait.

Six ans après
Près de 6 000 personnes avaient participé à la dernière édition.

Elle ne s'était plus déroulée depuis 2016. La fête du lait revient dans le canton de Saint-Seine-l'Abbaye avec une édition programmée dimanche 15 mai à Fromenteau. Le comice agricole et les JA cantonaux sont à la baguette et communiquent déjà sur ce joli rendez-vous professionnel et festif. Des concours de vaches laitières, une mini-ferme, un marché de producteurs et une restauration avec des produits locaux sont notamment annoncés. « Cette fois-ci sera la bonne après nos deux annulations de la fête de l'agriculture en 2020 et 2021 ! », prévient Antoine Duthu, président du canton JA. Près de 80 vaches laitières sont d'ores et déjà pressenties dans les concours en races Prim'Holstein, Simmental et Montbéliarde. La Brune, elle, sera en plein préparatifs pour les Journées châtillonnaises. « Les laitiers sont à l'initiative de notre organisation, cela fait très longtemps qu'ils ne sont pas sortis en concours, il y a une très belle motivation. Nous entendons même parler d'une centaine de vaches le jour J », poursuit Antoine Duthu. Le projet de mini-ferme rencontre lui aussi un gros succès avec de nombreux animaux déjà annoncés, dans plusieurs espèces. « Pour le marché de producteurs, nous travaillons notamment avec le réseau Bienvenue à la ferme, tout est en train de se caler. En ce qui concerne la restauration, nous mettrons l'accent sur le local, avec vraisemblablement des cuisses de bœuf au déjeuner », ajoute le président JA. Le Bois des Mousses, brasserie installée sur la Zac de Saint-Martin-du-Mont, proposera de la bière banche avec du houblon cultivé chez Julien Duthu, agriculteur à Saint-Seine-l'Abbaye. « Une cuvée sera spécialement préparée pour cette fête du lait, ce sera l'occasion de venir la déguster », souligne le président des Jeunes agriculteurs, qui remercie Dijon Céréales pour le prêt de ses installations et également l'éleveur Éric Bolot, pour la mise à disposition d'une parcelle attenante aux infrastructures de la coopérative. « La fête départementale 2021 devait déjà se tenir sur ce site, ce sera l'occasion d'y remédier et d'organiser un événement ici », termine Antoine Duthu.

 

Il y sera

Il y sera

Florian Lamarche, éleveur à Turcey, sera présent à la fête du lait comme à ses habitudes. Ce co-associé du Gaec de la Goule (avec Cédric, son frère et Aymerick, leur cousin) devrait aligner entre cinq et sept vaches et génisses en races Prim'Holstein et Montbéliardes : « Ce sera un plaisir de sortir nos plus beaux animaux et de retrouver le côté convivial de cette belle journée avec les collègues et amis. Nous aimons nous rendre à ce type de rendez-vous depuis très longtemps, nous aurons à cœur de partager ce moment avec nos enfants ». Le Gaec de la Goule apparait au palmarès du concours de Cestres de 2016, avec le prix de la meilleure mamelle jeune, le championnat jeune et le championnat adulte en Prim'Holstein, ainsi que le prix de la réserve adulte en Montbéliarde. « Nous allons peut-être ressortir Impulsive qui avait terminé championne jeune à l'époque. Elle a aujourd'hui sept ans. Pour les autres animaux que nous présenterons, nous avons déjà une petite idée mais ce sera en fonction de la réussite du dressage et du temps que nous aurons pour les préparer ! », ajoute l'éleveur de 40 ans, qui n'exclut pas l'idée de participer quelques jours plus tard aux journées châtillonnaises, son cheptel comportant plusieurs vaches de race Brune.

Florian Lamarche profite de l'occasion pour dresser un petit état des lieux conjoncturel de l'élevage laitier : « la plupart des exploitations ont reconstitué leurs stocks fourragers l'an passé, c'est un point positif qui nous fait le plus grand bien. Dans notre cas, nous avons quatre, voire cinq mois d'avance dans le poste alimentation, cela nous change des campagnes précédentes... Depuis un petit moment, nous augmentions nos surfaces fourragères sans pour autant être davantage autonomes à cause des sécheresses. C'est désormais chose faite. Cette année, nous achetons moins d'aliments à l'extérieur et heureusement... Les charges explosent et c'est très pénalisant, même si le prix du lait a augmenté de 50 euros/1000 litres en un an ».