Dominique Rouyer, Les escargots d'Armeau à Armeau
« Monter à Paris pour toucher … les Icaunais »

Christopher Levé
-

Dominique Rouyer, producteurs d’escargots, est, quant à lui, un habitué du salon. Il sera présent lors de la totalité de l’événement. Et ce n’est pas seul qu’il se déplace puisqu’il représentera deux autres producteurs : le Gaec des vins vieux, à Lignorelles et le Gaec Desmoutiers-Breton (fromages de chèvre), à Branches.

Dominique Rouyer
Dominique Rouyer (à gauche) présentera également les produits d'autres producteurs de l'Yonne, comme ceux de Gérard Breton (à droite).

« Cela fait plusieurs années que l’on fait une formule bar à escargots, que l’on propose chaud, avec un verre de vin », lance Dominique Rouyer, producteurs d’escargots à Armeau.
Habitué du salon de l’agriculture, c’est pour lui « une vitrine phénoménale. Ce sont plusieurs centaines de milliers de visiteurs à chaque édition (plus de 630 000 en 2019 et plus de 480 000 en 2020, ndlr). D’autant plus que depuis quelques années, on a l’autorisation de vendre sur le salon, ce qui nous permet de rentabiliser le déplacement et le stand ».
Sur son stand, s’il y aura bien évidemment des escargots, d’autres produits seront également proposés. « Même si c’est moi qui gère le stand, je n’y suis pas seul à proprement parler. Je représente deux autres producteurs : le Gaec des vins vieux, à Lignorelles et le Gaec Desmoutiers-Breton (fromages de chèvre), à Branches. Il y aura donc la promotion du vin, du fromage et des escargots. On proposera aux gens de passage de faire la dégustation de ces produits », confie-t-il.

La vitrine des productions de l’Yonne

Pour Dominique Rouyer, le salon de l’agriculture permet d’avoir quelques retombées par la suite, « même si elles ne sont pas énormes ». « Commercialement, c’est une bonne foire. Certains nous découvrent sur ce salon et viennent ensuite sur l’exploitation ou nous voir dans d’autres salons ou marchés ».
Et s’il participe au SIA (salon international de l’agriculture), c’est pour toucher… les Icaunais. « En y participant, on est un peu la vitrine des producteurs du département, ce qui est très bénéfique. Monter à Paris nous fait de la pub localement, dans l’Yonne, ce qui est original », rit-il. « Cela nous permet aussi de rencontrer tous les acteurs politiques car ils aiment tous venir au salon. On peut donc échanger avec eux ».
Étant présents la totalité de l’événement, Dominique Rouyer prévoit de faire quelques allers-retours pour se réapprovisionner. « J’y vais avec deux collaborateurs. Il y en a un d’entre nous qui reste l’intégralité du salon à Paris. Les autres font l’aller-retour un jour sur deux pour aller recharger en produits. Car sur place, il n’y a pas beaucoup d’espace de stockage. L’Yonne n’étant pas très loin de Paris, cela se fait bien et rapidement ». Et il serait quand même dommage de ne pas avoir assez d’escargots pour tout le monde.