Chambre d'agriculture
Mes Satimages : optimiser les apports d’azote et la marge face à la hausse des engrais

Guillaume Frémont, Chambre d'agriculture de l'Yonne
-

Il n’y a pas que la facture de gaz et d’électricité qui inquiète les agriculteurs. En effet, celle des engrais et notamment de l’azote devrait s’annoncer trois à quatre fois plus élevée qu’il y a un an. De 170 à 612 €/t (azote) et de 250 à 775 €/t (ammonitrate), ce sont respectivement les augmentations sur deux ans de la solution azotée liquide et de l’ammonitrate 33.5 %.

Mes Satimages : optimiser les apports d’azote et la marge face à la hausse des engrais

Représentant initialement en moyenne 30 % des charges opérationnelles, le poste azote pourrait grimper alors à 50 %. Quid de la future marge des céréales à paille et oléagineux ?
Dans ce contexte et plus que jamais, chaque unité d’azote apportée est précieuse et devra être réfléchie. Un des leviers à activer qui a montré son efficacité est le recours aux OAD (outils d’aide à la décision) et plus particulièrement Mes Satimages. Service testé et proposé depuis un an par la Chambre d’agriculture de l’Yonne, Mes Satimages délivre un conseil agronomique sur blé et colza pour optimiser sa gestion d’azote afin d’apporter la juste dose, au bon moment au bon endroit.

Comment cela fonctionne ?

Grâce aux images du satellite Sentinel qui passe sur l’Yonne deux fois par semaine (dans la plupart des départements, celui-ci ne passe qu’une fois par semaine), le besoin des plantes est analysé et un conseil est fourni à l’agriculteur.
Ce conseil est différent selon l’espèce : sur colza, un conseil est donné sur la dose d’azote totale à apporter (colza seul ou colza associé avec couvert non permanent). L’analyse est alors portée sur la biomasse entrée et sortie d’hiver. Rares sont les parcelles où la biomasse des colzas est homogène. Cela permet ainsi de constater l’hétérogénéité au sein d’une parcelle et d’ajuster au mieux sa fertilisation azotée. Quant au blé, un conseil est donné sur le dernier apport d’azote (blé tendre d’hiver, blé améliorant, blé dur, mélange de variétés). L’analyse est alors portée essentiellement sur l’INN (indice de nutrition azotée) avec des images au plus proche du dernier apport (quatre jours maximum avant que l’agriculteur n’intervienne), pour préserver tant le potentiel de rendement que la qualité.
En moyenne un gain net pour l’agriculteur de 60 €/ha est observé (soit directement par un rendement amélioré ou indirectement par une baisse de dose d’azote pour un rendement équivalent). L’expérimentation menée par la Chambre d’agriculture de l’Yonne lors de la campagne précédente confirme ces chiffres (voir illustration).

Mes Satimages et l’agriculture de précision

Sur colza et blé, en plus des résultats, une carte de modulation est envoyée à l’agriculteur s’il est équipé. Toutefois, Mes Satimages est à destination de tous, puisqu’une dose moyenne à la parcelle est conseillée et peut être manuellement pilotée si des zones importantes se dessinent.
Disponible directement via MesParcelles (logiciel de traçabilité développé par les Chambres d’agriculture) au tarif unique de 7 €/ha sur blé et 8 €/ha sur colza, carte de modulation incluse. Pour les non abonnés le service est disponible au même prix. Pour plus d’informations, contactez Guillaume Frémont au 06 71 34 25 77.