Station charolaise
Le 11 février est vite arrivé

AG
-

Les membres du GIE Charolais Évaluation se sont réunis la semaine dernière en assemblée générale. L'organisation de la vente aux enchères de février était au programme.

Le 11 février est vite arrivé
Lors de la visite de la station.

Dans trois semaines, on y sera. Vendredi 11 février, les hostilités seront lancées. La vente du GIE Charolais débutera comme tous les ans sous le coup des 14 heures au pôle agricole de Créancey après une exposition des animaux en matinée. Une quarantaine de reproducteurs passeront chacun leur tour sur le ring et seront tous proposés aux acheteurs. Réunis la semaine dernière en assemblée générale (avec pass sanitaire obligatoire), les membres du GIE Charolais Évaluation ont peaufiné l’organisation de ce grand rendez-vous de génétique que tout le monde espère réussi.

Un « super » lot

Jean-Pierre Godot, président du GIE, annonce un très bel ensemble de veaux pour cette édition : « Les résultats intermédiaires sont très bons, tous les reproducteurs ont bien évolué. Concernant le GMQ, la moyenne s’élève à 1 826 grammes avant la dernière pesée, pour un objectif de 1 400. Ce millésime est très prometteur. Ses caractéristiques ? Il présente un peu plus d’animaux type viande que d’ordinaire. Nous avons également neuf veaux sans cornes, dont deux homozygotes ». Ces futurs reproducteurs sont présentés sur le site internet de la station en format vidéo. « Nous n’avons pas lésiné sur cette présentation, les vidéos marchent toujours très bien », indique Jean-Pierre Godot. Les veaux ont été filmés pour la première fois sur le ring du pôle agricole, après avoir été soigneusement lavés et peignés. « C’est effectivement une nouveauté », poursuit le président de la station, « les apporteurs de veaux ont été nombreux à venir participer à la préparation des animaux, même des personnes qui n’habitent pas le département ont fait le déplacement. En complément de cette présentation en ligne, il est bien évidemment possible de venir les voir sur place avant la vente, plusieurs éleveurs sont déjà venus. Il suffit de prendre rendez-vous ».

Belle journée en perspective

Les membres du GIE espèrent bien assister à une belle journée d’élevage le 11 février, avec de belles ventes et un maximum de convivialité contrairement à l’an passé : « nous allons tout faire pour qu’il y ait un maximum de présentiel, avec la possibilité de se restaurer sur place, tout en prenant les précautions sanitaires nécessaires. Nous nous plierons, cela va sans dire, aux consignes que nous donnera la préfecture, avec probablement l’obligation d’un pass vaccinal. En ce qui concerne les modalités, la vente en ligne et par téléphone sera une nouvelle fois proposée ». La mise à prix est de 2 700 euros : « ce prix est attractif au regard de la qualité du lot de veaux et toutes les exigences sur les reproducteurs. Pour mettre un reproducteur en station, il faut un bon niveau génétique de l’ascendance, de la morphologie, des tests sanitaires, une spermatogenèse, un génotypage… Tout cela a un coût. Nous proposons des animaux clé en main ».

Merci les partenaires

Jean-Pierre Godot profite de l’occasion pour remercier une nouvelle fois les partenaires de l’évènement, ces derniers permettront de donner un nouveau « coup de main » aux éleveurs dans leur investissement génétique avec comme chaque année plus de 2 000 euros à gagner par tirage au sort. Renseignements : 03 80 90 68 81 ou isabelle.brice@cote-dor.chambagri.fr

Une première participation
Nicolas Germanic, éleveur à Ormancey.

Une première participation

Nicolas Germanic propose pour la première fois un veau à Créancey. Cet ancien étudiant du lycée La Barotte, aujourd'hui âgé de 27 ans, est éleveur à Ormancey, en Haute-Marne. Ce passionné de génétique a revu pour la première fois son veau Rintintin depuis la rentrée en station de fin septembre : « Il a bien profité depuis et affiche un GMQ de 1,9kg, il est bien classé et aura de quoi ramener de la viande dans un cheptel. C'est la première fois que je viens ici, un très beau lot de veaux est en train d'évoluer. La vente du 11 février devrait logiquement être réussie. Cette année, j'ai également un veau au Marault, ce sera là aussi une première participation pour mon élevage. J'ai aussi un troisième reproducteur à la station de Sommepy-Tahure près de Châlons-en-Champagne, là où je me rends plus régulièrement ».