Elevage
Montrer que la filière a encore un avenir

Christopher Levé
-

Cette semaine, du 7 au 10 février plus exactement, la Chambre d’agriculture de l’Yonne et Alysé ont organisé des journées portes ouvertes des bâtiments d’élevage, dans cinq exploitations du département.

Vaches
Élevages bovins lait et viande, ovins ou encore caprins, c'est l'ensemble de la filière élevage qui était mis en avant lors des journées portes ouvertes des bâtiments d'élevage.

« Ces portes ouvertes sont organisées par la Chambre d’agriculture de l’Yonne et Alysé, sous l’égide d’Innov’action. Dans la semaine, cinq exploitations ont ouvert leurs portes : des exploitations laitières (bovines et ovines), des exploitations en bovins viande et en caprins », détaille Guillaume Durand, conseiller en bâtiments à Alysé.
Du 7 au 10 février, cinq éleveurs en ont accueilli d’autres, afin de partager avec eux leurs innovations. « L’idée c’est tout d’abord d’animer la filière élevage et de montrer tout ce qui a été fait récemment par les éleveurs entre les gros investissements et les petites astuces pour gagner du temps, puis de montrer ce qui a été réalisé dans chaque filière, que ce soit lié au bien-être animal, au confort de l’éleveur, à une nouvelle technologie, à un projet d’installation ou à un projet de diversification », poursuit Guillaume Durand. « Mais c’est avant tout garder un tissu qui a tendance à s’étioler puisque le nombre d’éleveurs diminue chaque année. On veut essayer de garder une ambiance générale et montrer qu’il y a encore des gens qui croient en l’élevage ».

« Faire des émules chez les jeunes »

À travers ce genre d’événement, le but est donc clair : mettre en valeur l’élevage pour ne plus être spectateur de la baisse constante du nombre d’éleveurs et d’animaux. « Si on pouvait au moins garder le nombre d’élevages existants, ce serait une grande satisfaction. Même si on sait que cela va être compliqué », avoue Guillaume Durand, qui croit aussi que ces journées peuvent faire naître de nouveaux projets. « Cela peut peut-être faire des émules chez les jeunes. L’une des clés de la réussite de tout cela, c’est de pouvoir installer des jeunes, soit sur des exploitations existantes soit sur de nouvelles exploitations. Je pense que cela va arriver petit à petit, notamment avec la vente directe ».
Pour rappel, la thématique de la semaine était l’installation en élevage. Les accueillants étaient donc des éleveurs qui s’étaient installés récemment, soit après avoir exercé d’autres activités, soit en créant un atelier élevage sur une exploitation déjà existante, entre autres. « On voulait ouvrir également ces journées à des éleveurs qui ont investi régulièrement et qui viennent encore d’investir pour avoir une perspective jusqu’à la fin de leur carrière, voire se projeter par rapport à la suite, en termes de transmission », conclut Guillaume Durand.