Le 27 juin, le Centre National de la propriété forestière (CNPF) organisait un tour d'horizon des différents essais d'essences alternatives intéressantes pour s'adapter au changement climatique. 

 

S'adapter au changement climatique
La carrière de Montauté, entre Montreuillon et Epiry. Crédit photo : CNPF

Le rendez-vous s’est déroulé à la carrière de Montauté, le 27 juin dernier, entre les communes de Montreuillon et Epiry. Organisé par le Centre National de la Propriété Forestière (CNPF), cet événement était l’occasion de revenir sur les essais d’essences alternatives capables de répondre aux enjeux du changement climatique. Pour débuter la rencontre, Madame Von Furstenberg, gérante du groupement forestier de Montauté, a présenté l’historique de la forêt et le lien qui les unit à la carrière.

Essais

Après une présentation sur l’essence robinier, son historique, sa répartition géographique dans le monde et sa biologie, Yann Mozziconacci (ONF) et l’entreprise Sorec Métal ont expliqué l’origine de la conception des cannes à semer et leur mise en production à la Charité-sur-Loire. Pour effectuer le semis, les participants se sont munis desdites cannes à semer et de graines de robinier faux acacia de trois provenances différentes afin de réaliser des tests. Les densités de plantations étaient elles aussi multiples. L’objectif étant de tirer des conclusions sur la qualité du bois produit par rapport à la provenance et au schéma de plantation réalisé.

De multiples usages

La sylviculture du robinier a été abordée ainsi que les expérimentations en cours au niveau national sur la sélection d’arbres de qualité supérieure pour créer un verger à graines français qui devrait être opérationnel d’ici une dizaine d’années. D’autres tests sont aussi menés afin d’évaluer et de sélectionner des variétés de robinier faux acacia pour leur capacité mellifère exceptionnelle pour l’apiculture. Monsieur Collignon, apiculteur local, était également présent. Romain Rozand (SARL Taure) a présenté l’aspect transformation et usage du bois de robinier faux acacia : du piquet de clôture à la lame de terrasse et même un usage en merrain pour fabriquer des tonneaux.

Au-delà des frontières

Après une pause déjeuner, l’après-midi fut consacrée à la découverte et la présentation de la carrière par le personnel, de son fonctionnement et des usages de la matière première. Puis le groupe a pu découvrir une collection de variétés de chênes rares plantés sur les terrasses issues de l’exploitation de la carrière, et notamment certains spécimens originaires du Nord de l’Afrique ou de l’Europe de l’Est et d’Amérique, pouvant être prometteurs dans le cadre du changement climatique en France. La journée s’est clôturée sur une remise aux participants de pots de miel, issu des ruches présentes sur le site.

photo supplémentaire
Les participants ont pu découvrir certains spécimens originaires du Nord de l'Afrique ou encore de l'Europe de l'Est. Crédit photo : CNPF