Formation de la Chambre d’agriculture
Optimiser les réglages de sa moissonneuse-batteuse

Christopher Levé
-
Le jeudi 20 mai, une formation, organisée par la Chambre d’agriculture de l’Yonne, a lieu dans le but de montrer aux agriculteurs participants comment bien effectuer les réglages de sa moissonneuse-batteuse, afin d’optimiser son débit de chantier et garantir la qualité de sa récolte.
Optimiser les réglages de sa moissonneuse-batteuse
Le jeudi 20 mai, la Chambre d’agriculture de l’Yonne organise une formation pour optimiser les réglages de sa moissonneuse-batteuse
Le 20 mai prochain, la Chambre d’agriculture de l’Yonne organise une formation pour optimiser les réglages de sa moissonneuse-batteuse (le lieu reste à définir). « L’objectif c’est d’être capable de régler sa machine pour optimiser son débit de chantier et garantir la qualité de sa récolte », indique Richard Wylleman, conseiller en agroéquipement à la Chambre d’agriculture de l’Yonne.
Alors, pourquoi cette formation ? « Il y a plusieurs aspects de contexte », répond Richard Wylleman. « Il y a le fait qu’aujourd’hui, les investissements dans les moissonneuses-batteuses doivent être optimisés. Il faut que la machine travaille vite et bien. Aussi, il y a des exigences supplémentaires sur la qualité de récolte. Pour avoir un prix, il faut une certaine qualité de récolte, c’est-à-dire diminuer les impuretés, les casses et autres », explique-t-il. « Les agriculteurs sont également de plus en plus dans la diversification des assolements. Ils se retrouvent avec plus de cultures différentes, donc des réglages plus nombreux à faire et plus délicats ».

Savoir résoudre les problèmes mécaniques
Lors de cette journée, Gérard Besnier, formateur spécialisé en agroéquipement à l’Éfea (École de formation par l’expérience en agriculture) interviendra auprès des participants. « Il y a une partie théorique le matin, sur les principaux organes de la machine. Et une partie pratique l’après-midi, autour de deux machines : une moissonneuse-batteuse à secoueur et une moissonneuse-batteuse à rotor. On est dans la visualisation des organes de réglage, dans le questionnement et la résolution de problème mécanique », détaille Richard Wylleman.
Quant aux possibles problèmes que les agriculteurs peuvent rencontrer sur leurs moissonneuses-batteuses ? « On peut avoir un débit de la machine qui n’est pas satisfaisant, avec des pertes qui peuvent être plus ou moins importantes. C’est de la perte sèche pour l’exploitant. On peut avoir des mauvais réglages qui conduisent à une qualité de récolte qui est moindre, à savoir des impuretés, ce qui entraîne des réfractions de la part de l’organisme stockeur, une baisse du poids spécifique, une augmentation de l’humidité ou encore des grains cassés », liste-t-il. Tant de points qui seront développés lors de la formation.

Pour s’inscrire, contacter Richard Wylleman au 03 86 94 22 24