Reproducteurs ovins et bovins
L'heure d'en découdre

AG
-

Une « grosse » semaine génétique se profile en Côte-d'Or, avec les ventes aux enchères de l'AEMCCO à Arnay-le-Duc et celle du GIE Charolais Évaluation à Créancey.

 

L'heure d'en découdre
Sébastien Jeannin sera présent à Arnay avec plusieurs fils de son bélier Chaponneau, dernier lauréat à Paris et Cournon.

Jeudi 10 février : vente de l’association des éleveurs de moutons charollais de Côte-d’Or (AEMCCO) à Arnay-le-Duc à 14 heures. Vendredi 11 février : vente du GIE Charolais Évaluation à Créancey à la même heure. L’agenda génétique est copieusement garni en fin de semaine prochaine dans le sud du département. Près d’une centaine de béliers et une quarantaine de reproducteurs charolais défileront sur leurs rings respectifs.

Arnay pour débuter

Les hostilités seront donc lancées au foirail arnétois. Huit membres de l’AEMCCO préparent de très bons béliers depuis plusieurs mois, spécialement pour ce rendez-vous. Parmi les nouveautés de cette édition : un éleveur expose pour la toute première fois en la personne de Sébastien Jeannin. L’éleveur venant de Souhey, près de Semur-en-Auxois, a été séduit par les enchères arnétoises l’an passé pour sa première visite : « Cette vente est très bien organisée et il y a un groupe d’éleveurs très sympa. C’était l’occasion pour moi d’adhérer à l’association et tenter de vendre davantage d’animaux ». Sébastien Jeannin fera le déplacement avec sept béliers, dont plusieurs fils de son reproducteur « Chaponneau » qui collectionne les titres sur les concours depuis plusieurs années. Le Côte-d’orien se dit optimiste quant à la bonne tenue des enchères : « le marché se porte plutôt bien, les agneaux de viande se sont bien vendus l’année dernière et cela motive les éleveurs à réinvestir dans la génétique ». Les autres élevages représentés jeudi prochain sont les suivants : Thierry et Adrien Maréchal (Viévy), Gaec Ferroux (Savilly), Gaec Gaudry (Marcheseuil), Gaec du Moulin de Jonchery (Diancey), Philippe et Antoine Thibault (Jouey), Nicolas Bayen (Nod-sur-Seine) et l’EARL Joubert (Coulmier-le-Sec). Le catalogue de la vente est disponible sur internet. Une demande a été adressée à la préfecture pour pouvoir se restaurer sur place. Il n’y aura vraisemblablement aucun problème pour maintenir la collation. Le hall des expositions ouvrira ses portes à 11 heures, la vente sera donc lancée à 14 heures. Renseignements : 06 17 96 39 61, 06 89 40 12 66, www.association-mouton-charollais.com, page Facebook « Association Éleveurs Moutons Charollais de Côte d’Or ».

Créancey dans la foulée

Après les ovins, les bovins ! Le lendemain, le rendez-vous sera donné au pôle agricole de Créancey pour la grande vente du GIE Charolais Évaluation. Le site ouvrira également ses portes en matinée, dès 10 heures. Les éleveurs pourront peaufiner leurs choix et leurs stratégies d’achat. L’organisation rappelle que les modalités de la vente et toutes les informations nécessaires sont disponibles sur internet depuis le 25 janvier avec notamment les résultats de l’indexation (le meilleur Imocr s’élève d’ailleurs à 119). Sont également proposés en ligne : l’ordre de passage des reproducteurs, des données sur le génotypage, des photos et des vidéos des veaux qui composent ce millésime (rendez-vous sur http://www.stationevaluation71.com/charolais21/). Le GIE espère retrouver un enthousiasme digne de ce nom après une édition 2021 impactée par la crise sanitaire. « Les restrictions étaient nombreuses l’an passé, une jauge était notamment instaurée mais ce n’est plus le cas cette année. Nous attendons beaucoup de monde le 11 février, en respectant bien entendu les gestes barrière. Le pass vaccinal sera demandé à l’entrée », indique Isabelle Brice, salariée à la Chambre d’agriculture, en charge du GIE, « pour les éleveurs qui opteraient pour l’achat à distance en direct par internet ou par téléphone, il suffit de nous contacter en amont pour s’inscrire, la procédure est très simple ». Un repas sous forme de plateaux sera proposé lors du déjeuner. Aucune réservation n’est préalablement demandée. En attendant le jour J, les visites à la station restent possibles sur rendez-vous. Le millésime 2022 est jugé très intéressant avec de bons résultats d’indexation, de belles croissances, des facilités de naissance, des sans cornes et de la viande. « Ce lot est en capacité de répondre à toutes les demandes. Nous avons eu un large choix d’animaux à l’entrée en station : cela se ressent sur la qualité des veaux présentés », ajoute Jean-Pierre Godot, président du GIE. Contact : 03 80 90 68 81, 07 88 94 47 16 ou isabelle.brice@cote-dor.chambagri.fr

Deux veaux homozygotes sans cornes sont notamment proposés le 11 février.